Le cocktail neige frissons

400

Grande fête internationale du cinéma fantastique, le Festival de Gérardmer est l’endroit couru où les people viennent jouer de la spatule, avec combinaisons et lunettes de rigueur. Top class ! Cette année, les présidents des jurys sont deux incontestables vedettes : Christophe Lambert (longs métrages) et Vincent Perez (courts métrages).

Stars dans les jurys

Au fil des éditions, on a retrouvé comme membres des jurys, Johnny Halliday, Henri Salvador, Florent Pagny, Mimie Mathy, John Malkovitch, Romane Bohringer, Laurent Gerra, Clotilde Coureau, Bruno Solo, Vanessa Demouyn Benoît Poelvoorde, Pierre Mondy, Tom Novembre, Cécile de France, Michel Delpech, Mathilda May, Serge Lama, Benoît Magimel, Samuel Le Bihan, Claude Brasseur, Lou Doillon, Claire Keim… La Croisette n’est pas la seule à avoir son tapis rouge et son parterre de stars. De ce côté-ci de la Lorraine, on excelle en la matière. En goguette durant le Festival, vous  croiserez sûrement des célébrités sur les pistes de ski ou sur les sites. En 2013, avec Christophe Lambert, on trouve Nicolas Boukhrief, Marc Caro, Marina De Van, Xavier Gens, Pascal Laugier, Xavier Palud et Pitof. Vincent Perez fera équipe avec Fouad Benhammou, Guillaume Lubrano, Pierre Perrier, Fanny Valette et Jemina West.

vn54-001 vn54-005

Une histoire fantastique

Le Festival de Gérardmer, c’est un peu une quatrième dimension où se mêlent mystère, sursauts, hantise, panique, étrange, imaginaire, épouvante. Les fans  de fantastique et d’horreur qui connaissent par cœur La colline a des yeux, Massacre à la tronçonneuse, L’exorciste, La nuit des masques, Les griffes de la nuit, Carrie au bal du Diable adorent… et en redemandent. Il faut remonter à 1994 pour voir naître en Lorraine un rendez-vous devenu incontournable. Il a toujours lieu en plein hiver. C’est donc un épatant cocktail glacé neige-frissons qui a repris avec succès le flambeau du film fantastique d’Avoriaz. Du cinéma frissonnant aux côtés d’autres formes artistiques : concours de dessins, littérature fantastique, prix pour les décorations de vitrines. A présent, poussons la porte (la Neuvième bien sûr, ce bijou de réalisation signé Roman Polanski) pour entrer là où il ne faut peut-être pas…

vn54-004 vn54-003

« Qui est le tueur dans Vendredi 13 ? »

Dès son origine, le Festival de Gérardmer s’est imposé par sa haute tenue. Les deux premiers présidents du Jury furent Walter Hill (scénariste de la saga Alien et des Contes de la Crypte parmi d’autres) et John Carpenter auquel on doit beaucoup de cheveux dressés sur la tête (Christine, la voiture maléfique ou encore The Thing, Halloween la nuit des masques en passant par Vampires). Le ton était donné. Chaque année, le festival se donne un thème : les tueurs psychopathes, les masques du diable, les mondes parallèles, l’Apocalypse, la peur, les animaux fantastiques, les états d’âme, le chiffre 13, jeux et miroirs, le silence… L’édition 2013 (encore un 13) s’est choisie sa symbolique : « La peur est-elle plus féminine que masculine ? » Bien sûr, le titre primé à Gérardmer qui a tant marqué les esprits reste Scream de Wes Craven. Les spectateurs vosgiens découvraient alors le palpitant prologue de dix minutes sur lequel s’ouvre le film et faisait connaissance avec ce sérial killer semant la terreur dans un campus avec cette lancinante question « Qui était le tueur dans Vendredi 13 ? ». En 2012, un vent froid de Scandinavie avait parcouru les échines avec la promotion du film norvégien Babycall, thriller passionnant sur fond de paranoïa.

vn54-010 vn54-009

L’édition 2013 : glaçante !

Passons en revue les neuf œuvres en course pour les différents prix. Pour les longs métrages, les spectateurs iront donc à la découverte d’une bactérie maléfique (The Bay de Barry Levinson,), d’un appartement absolument angoissant (The Complex de Hideo Nakata), d’une studio de cinéma devenu enfer (Berberian sound studio de Peter Strickland), d’une balade en campagne des plus terrifiantes (The Crack d’Alfonso Acosta), d’une bande estudiantine plongée au cœur d’une forêt qui n’a rien d’accueillante (The End de Jorge Torregrossa), du sosie de Damien le Maléfique (House of last things), de deux sœurs très poches du Malin (Mama d’Andres Muschietti), de zombies gays (Remington and the curse of the zombadings de Jade Castro), de tueurs psychopathes (You are next).
Rayon courts-métrages, sept concurrents avec aussi beaucoup d’émotions : 22 : 22 (Julien Becker), Alice et Lucie (Xavier Ournac), L’homme à la cervelle d’or (Joan Chemia), Mort d’une ombre (Thomas Van Avermaet), Night watch (Nicolaï Belce-Kennedy), Un monde meilleur (Sacha Feiner), Zoo (Nicolas Pleskof). Vingt-deux autres films sont présentés hors compétition.

vn54-008 vn54-007

Des lieux incontournables

L’espace Lac demeure le cœur du festival. Toutes les cérémonies officielles s’y passent. Trois films y sont diffusés le 2 février lors de la Nuit du Fantastique : Dead sushi, Iron Sky et New Kids Nitro. La maison de la culture et des loisirs, labellisée « Cinéma Art et Essai », propose de faire un voyage dans le temps et de balayer plus de 50 ans d’histoire du cinéma fantastique mondial grâce à d’authentiques bandes annonces en 35mm, films d’horreur et de science-fiction. En définitive, vous avez crié face à Psychose ? Tremblé devant Souviens-toi de l’été dernier ? Alors, laissez-vous de nouveau envoûter par cette atmosphère délicieusement oppressante lors du 20e épisode du Festival de Gérardmer. On ne s’en lasse pas.

vn54-006

Collector : Les collectionneurs peuvent se procurer la série complète des 20 affiches officielles de collection du Festival de Gérardmer. Culte !
Site : L’espace web indispensable pour les dernières infos : www.festival-gerardmer.com

Encore plus de frissons

Anniversaire. Pour la première fois, le Festival s’offre un visuel avec une photo et non un dessin.

FNAC. Partenaire du Festival, la FNAC organise le 26 janvier à Nancy (15 h) un forum consacré à 100 % à l’événement vosgien.

110. Le nombre de projections prévues durant quatre jours de Festival.

35 000. Le nombre de spectateurs attendu durant le Festival.

Hommage. L’édition 2013 rend hommage au réalisateur emblématique du cinéma d’horreur mexicain, Carlos Enrique Taboada, surnommé le Duc de la Terreur.

Région. Douze jeunes Lorrains issus d’établissements proposant une option cinéma composent le jury du Prix Jeunes de la Région Lorraine.

Jeunesse. Des ateliers dédiés aux 7-12 ans : contes fantastiques, jeux de société, marionnettes, diffusion de films.

Grimoire. Le nom du Salon littéraire du Festival avec le gratin des auteurs du genre.

B.D. Incontournable rencontre avec le spécialiste de la bande dessinée fantastique, Georges Bess.

Débats. Deux thématiques proposant des tables rondes aux festivaliers : « les effets spéciaux dans le cinéma fantastique »  et « la peur est-elle plus féminine que masculine ? »