La Chine, puissance mondiale

333

Pour sa 24e édition, le Festival International de Géographie de Saint-Dié pose ses bagages en Chine. L’Empire du Milieu est depuis longtemps une puissance mondiale. Il faut dire qu’en réunissant près de 20 % de la population du globe, il a des arguments…

La Chine est un pays fascinant. D’un côté, l’Occident continue à la rêver à la manière de Tintin : ongles griffus, nattes à la mandchoue, tuniques de soie, dragons impériaux, enfants qu’on jette dans les rivières… Souvenez-vous de cette publicité télévisuelle pour les bonbons Ricola : on surfait sur le cliché d’une Chine éternelle faite de mandarins, de médecine traditionnelle et de pratiques alimentaires des plus … « exotiques ». D’un autre côté, personne n’ignore que la Chine est une très grande puissance technologique. Ne l’a-t-on pas surnommée l’atelier du monde ? Et pourtant, ne raille-t-on pas certains produits par un « Hummpf, made in China ! », décriant une qualité « moindre » (mais l’est-elle vraiment ?) tout en se précipitant dessus car les prix sont très attractifs.

Envoûtante

La Chine ne peut que fasciner : par son histoire plurimillénaire, par son territoire immense, par sa population qui dépasse le milliard d’individus depuis le siècle dernier, par ses villes mythiques (Pékin, Shanghai, Canton), son économie étonnante qui marie communisme et capitalisme débridée… comment vouloir résumer la Chine en quelques lignes ? Il fallait bien toute une édition du FIG pour aborder cette puissance mondiale à travers le regard de géographes mais aussi de scientifiques, de spécialistes des sciences humaines, de littéraires, de gourmands et du vôtre ! car le FIG reste fidèle à sa tradition de découvertes, de partages et d’échanges ouverts à tous.
Le FIG sera structuré autour de six itinéraires scientifiques :

  • Le territoire chinois, ses périphéries et ses frontières.
  • Les nouvelles trames de l’espace chinois : campagnes, villes et métropolisation.
  • La Chine, atelier et banque du monde ?
  • Les coûts du développement : la Chine actuelle est-elle « durable » ?
  • La Chine change-t-elle l’équilibre du monde ?
  • Mille façons d’être chinois…

Six itinéraires pour mieux comprendre la Chine, son évolution et les enjeux du monde de demain. Car la Chine change : ses campagnes se vident, son niveau de vie augmente. Les ouvriers revendiquent davantage. Dans ce contexte, reste-t-elle compétitive ? Certains géants mondiaux du textile délocalisent déjà dans des pays où la main d’œuvre est moins chère comme l’Ethiopie. Par ailleurs, en Chine, tout est souvent démesuré. L’étudier nécessite alors de se placer à des échelles différentes. Par exemple, en France, une entreprise moyenne se résume à quelques centaines d’employés ; en Chine, c’est quelques dizaines de milliers. L’Empire du Milieu est bien plus complexe qu’on ne le croit.

Quatre jours pour tous

Si, durant quatre jours, la ville de Saint-Dié devient la capitale de la géographie, elle le devient pour tous ! Chacun est le bienvenu et nul besoin d’être un spécialiste de la discipline.
En outre, l’accès aux tables rondes, cafés géographiques et cartographiques, salons (dont l’important salon du livre Amerigo Vespucci) et conférences est toujours libre. Souplesse et simplicité priment. Quelque chose vous tente. Il suffit d’y aller. Pas besoin de s’inscrire. Seule la capacité des salles d’accueil limite le nombre de participants (alors, on ne le redira jamais assez, si une manifestation vous intéresse, prévoyez un peu d’avance. Pour vous, pour les autres, pour le conférencier, c’est toujours plus confortable).
Pour parfaire votre séjour sur place, n’hésitez pas à contacter l’Office du tourisme de la ville (www.tourisme.saint-die-des-vosges.fr – 03 29 42 22 22) qui a plus d’une solution d’hébergement (évitez la tente plantée sauvagement sur la pelouse municipale, ça fait mauvais genre) et de restauration dans son sac !

Des géographes gastronomes !

Cela peut surprendre, mais c’est devenu une tradition du FIG : parmi les plus de 300 rendez-vous proposés, il y a un Salon de la Gastronomie. Trois chemins vous attendent : une découverte du parcours du goût, une dégustation des produits proposés et des conférences sur la gastronomie. Naturellement, la Salon sera en accord avec le thème de cette année. Préparez donc vos baguettes !
Nous entendons déjà les critiques : « de la cuisine dans un festival de géographie ? On aura tout vu » ! Mais la géographie s’affranchit à raison des limites. Comme le rappelle Jean-Robert Pitte, Président de la Société de Géographie et membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques : « Cuisiner, c’est manifester son humanité, c’est autant vivre pour manger que manger pour vivre » et il souligne à juste titre qu’ « il existe un grand nombre de cuisines en Chine qui reflètent la géographie des milieux et des cultures de cet immense pays. Le FIG sera l’occasion d’en expérimenter quelques unes ».
Parmi les nombreuses propositions, nous vous suggérons le salon de thé où l’on peut déguster des thé en provenance du monde entier (n’oublions pas que c’est la Chine qui découvrit le thé par une feuille tombée fortuitement, selon la légende, dans la tasse d’eau chaude de l’Empereur). Comme conférences, pourquoi ne pas opter pour celle du professeur Gilles Fumey sur la conquête chinoise du monde par la cuisine (qui n’a jamais mangé « chinois » ?). Et puis, pour vos papilles affamées, laissez vous tenter par la démonstration culinaire de Nathalie Nguyen (qui a été finaliste de l’émission MasterChef) et Pascal Lemort, chef cuisinier.

Saint-Dié, ce n’est pas loin. Par la route ou le train, on y est finalement en peu de temps. Alors, n’hésitez pas à vous joindre aux 50 000 festivaliers pour vous sentir un peu géographe et mieux connaitre le monde qui vous entoure.

Du 3 au 6 octobre 2013.
www.fig.saint-die-des-vosges.fr