Une maison d’hôte de charme : la maison de Myon

373

Lovée derrière la cathédrale dans une somptueuse demeure canoniale, la maison d’hôte de Myon séduit par ses volumes, son espace, sa tranquillité (en plein centre ville !), sa décoration. Une oasis dans la minéralité urbaine.

Au chevet de la cathédrale, deux rues discrètes et tranquilles, loin du tumulte du centre-ville et pourtant tout à côté : les rues des chanoines et Mably. Ces rues sont bordées de magnifiques hôtels particuliers qui rappellent le riche train de vie que menaient autrefois les chanoines nancéiens. Certaines maisons sont très anciennes et datent de la fondation de la Ville Neuve. D’autres ont été reconstruites au cours des siècles. Myon date du XVIIIe . Son architecture classique déploie une belle symétrie autour de deux cours : une petite accueille le visiteur une fois le portail franchi, et une seconde, plus grande, permet de rejoindre les dépendances qui offrent une sortie sur la rue du Manège.

Maison-de-Myon-a

Une restauration-décoration minutieuse

Lorsque Martine Quénot achète la maison en 2006, elle est immédiatement séduite par les volumes, l’espace habitable (800 m²), le potentiel. Son souhait ? « Redonner [au bâtiment] sa pureté originelle ». Elle chasse alors l’inutile, casse des cloisons, et redonne une nouvelle fraîcheur à la vieille bâtisse. Le résultat est surprenant. Classique et contemporain se marient dans chaque pièce, avec un bel équilibre.

Les chambres

La maison abrite cinq chambres disposées sur deux niveaux. Leurs noms (Sable, Ebène, Turquoise, Tilleur, Mandarine) évoque les tons dominants de chaque salle-de-bain.

Des différentes fenêtres, tantôt le quartier, tantôt la cathédrale s’offrent au regard. La décoration est épurée, sobre. Par touche, le savoir-faire régional transparait : ici un Daum, là un Gallé…

Maison-de-Myon-c

Les lofts

Le troisième étage de la maison est dévolu à trois lofts (Taupe, Perle et Sofia) à l’esprit résolument contemporain : garde-corps en verre, escalier aérien en métal, etc. Et toujours par les fenêtres, la vue sur ce beau quartier trop ignoré de la Ville-Neuve. Détail qui a son importance : les lofts sont équipés d’une cuisine.

Martine Quénot veille à accueillir ses hôtes avec simplicité et chaleur. Elle s’efface souvent pour que chacun puisse prendre possession des lieux, se sente chez lui. Les espaces « communs » ne manquent pas : salons, grandes dépendances, caves voûtées (où des dégustations de vins attendent les amateurs). On retrouve l’esprit d’un certain art de vivre à la française qui fait la transition entre l’ancien et le moderne.

Des dépendances insolites

Une écurie aménagée en bibliothèque et une grange transformée en salle de séminaire. Autant d’espaces de réunions, de fêtes et de rencontres qui ceinturent la cour pavée prolongée d’un caillebotis de bois exotique. Cette cour centrale abritée du vent permet de prendre le petit-déjeuner en extérieur, à la belle la saison.

Infos : 7 rue Mably à Nancy – Tél 03 83 46 56 56 – Plusieurs formules existent, renseignements sur maisondemyon.com