Requiem pour une limace

89

L’exposition sur la biodiversité au Muséum-Aquarium de Nancy propose un sidérant voyage au cœur d’une nature… en danger.

Mouches, moineaux, limaces, lézards, araignées… Peu d’entre nous recherchent la compagnie de ces bestioles. Pourtant, elles font partie intégrante de l’écosystème et présentent toutes une utilité dans la grande chaîne de la nature. A l’occasion de l’Année Internationale de la Biodiversité lancée par l’ONU, le Musée-Aquarium de Nancy sensibilise le grand public à l’importance de la biodiversité qui est l’ensemble des milieux naturels et des formes de vie cohabitant sur notre planète.

Une nature malmenée

La biodiversité est en crise. Depuis plusieurs décennies, on observe des taux d’extinction d’espèces anormalement élevés. Personne ne saurait être insensible au sort de l’ours polaire victime de la fonte de banquise, ou bien à celui du thon rouge qui souffre de la surpêche. Idem pour la baleine, l’abeille, le panda géant ou l’éléphant. Mais il est des espèces menacées qui ne suscitent pas autant de compassion. C’est le cas de la limace Arion simrothi, disparue récemment dans l’indifférence générale. Le Musée-Aquarium de Nancy a choisi de rendre hommage à ce mollusque gastéropode en lui dédiant une exposition temporaire visible jusqu’au 2 janvier prochain.

Des jardins aux océans

C’est un beau voyage qui nous est proposé. Ignace la limace disparue nous accueille. Sur un grand podium apparaissent les « stars de la biodiversité » qui font régulièrement la une des médias. Puis, nous cheminons à la découverte de cette multitude d’espèces que nous ignorons, voire dénigrons, car invisibles à nos yeux, nuisibles ou passant inaperçues tellement elles sont devenues banales. Une part de ces espèces de l’ombre, dont fait partie la limace, sont mises à l’honneur dans trois mini espaces : jardin, sous terre, et abysses. Des bêtes des sous-sols comme les taupes ou les vers de terre, jusqu’à l’infini petit avec une plongée au fond des océans pour découvrir les bactéries. Nous restons quelques instants figés devant ce « cimetière de la biodiversité ». A cet instant, presque émouvant, et face à ce grand panneau rouge sur lequel sont inscrits les noms des 7040 espèces aujourd’hui en danger et vulnérables, une réflexion certaine nous anime. L’extinction est à la base d’un phénomène naturel dont les fossiles sont la preuve. Notre monde vit actuellement sa 6e crise d’extinction depuis l’apparition des êtres vivants. Sa particularité est d’avoir comme effet accélérateur, l’Homme, qui vit tout de même aux côtés de presque 2 millions d’autres espèces.

Une exposition pour tout public

L’essentiel des objets présentés provient des collections du Muséum-Aquarium de Nancy : Ours blanc et brun, louveteaux, Grand tétras, œuf de dinosaure, vertèbre de baleine, insectes… Des photos d’espèces abyssales de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer et un extrait du film « Des chercheurs, des insectes et des plantes » produit par le Centre National de la Recherche Scientifique sont présentés. L’exposition « Biodiversité, hommage à une limace disparue » s’inscrit dans un programme d’activités culturelles prévu jusqu’en décembre sur la biodiversité à Nancy et ses alentours, organisé par les Conservatoire et Jardins botaniques de Nancy dans le cadre de l’Année Internationale de la Diversité Biologique avec conférences, rencontres-débats, sorties naturalistes, visites de laboratoires et autres animations. L’exposition, dont on appréciera la qualité de mise en lumière et l’esthétique soignée, questionne, fait sourire, inquiète, révolte et donne espoir. Un message percutant et efficace.

Renseignements : Musée-Aquarium de Nancy, 34 rue Sainte-Catherine à Nancy • 03 83 32 99 97 • www.man.uhp-nancy.fr