Nouveau Tramway du Grand Nancy – Offrir la possibilité à tous de s’exprimer

44

Votre avis va être sollicité ! Du 27 août au 30 septembre, le Nouveau Tramway va entrer dans une nouvelle phase de concertation avec le lancement de l’enquête publique. Vous souhaitez mieux comprendre les enjeux et la mise en œuvre de ce grand projet qui engage l’avenir de la Métropole et de son bassin de vie ? Nous vous proposons un décryptage en 4 points avec Xavier Pagny, chef du projet au Grand Nancy et Alice Goiez, directrice de projet chez beTRAM, mandataire pour la Métropole.

1. L’itinéraire

Le projet démarre à la Porte Verte, à Essey-lès-Nancy. Le Nouveau Tramway traverse le secteur Cœur Plaines Rive Droite – pour l’instant en zone agricole – afin de se rendre au quartier Kléber où sera implanté le nouveau dépôt du tram. Il remonte l’avenue Brigachtal jusqu’à Mouzimpré et récupère l’itinéraire du tramway actuel. Il passe ensuite par la rue des Près dans Essey-lès-Nancy avant de rejoindre Saint-Max et l’avenue Carnot où le Nouveau Tramway est en site partagé.

Le Nouveau Tramway poursuit sur l’axe commerçant Saint-Jean, Saint-Georges, la gare, le viaduc Kennedy, le boulevard Jean-Jaurès et l’avenue Général Leclerc à Nancy pour arriver à la place du Vélodrome. À cet endroit, deux branches sont prévues, l’une vers le quartier des Nations qui va aller jusqu’au site de Roberval, zone économique où sera installé un pôle d’échange multimodal ; l’autre branche concerne Brabois, en passant par le Campus Sciences et en longeant le Jardin botanique avant de monter à Brabois. « Il y aura une branche le long des rives de Meurthe », indique Xavier Pagny, chef de projet à la Métropole du Grand Nancy. « Cette branche qui longe le boulevard urbain à partir de la station Saint-Georges prépare une future extension sur le réseau SNCF jusqu’à Champigneulles. Ce qui est prévu, dans le projet aujourd’hui, c’est une extension de 500 mètres, sur cette voie, avec la création d’une station Meurthe canal.»

« Au Jardin botanique Jean-Marie Pelt, le Nouveau Tramway longera la prairie en contrebas de la ligne actuelle du tramway, passera par une zone technique et un verger aujourd’hui inaccessible au public », précise Xavier Pagny, « ce verger sera déplacé et ouvert aux visiteurs ». 

Un ouvrage va être créé à partir du campus afin de rattraper la pente trop forte pour un tramway. 

« Aujourd’hui, la liaison qui doit permettre au tramway de rejoindre Brabois présente un dénivelé important », souligne Alice Goiez, directrice de projet chez beTRAM.
« L’objectif était de trouver un tracé qui nous permet à la fois de prendre techniquement ce dénivelé tout en assurant une bonne desserte des quartiers et du campus Sciences. Ce qui nécessite la création d’un ouvrage d’art qui autorise la montée en franchissant la rue Victor Basch ». Sa largeur sera de 12 mètres (avec une piste cyclable attenante), sa longueur de 350 mètres avec un point culminant à 15 mètres de hauteur. 

Alice Goiez, directrice de projet chez BeTRAM et mandataire pour la Métropole

 

2. L’enquête publique

L’enquête publique se tiendra du 27 août au 30 septembre. Lors de la concertation préalable en 2018, plusieurs variantes pour la montée à Brabois avaient été envisagées. Le tracé présenté lors de l’enquête publique est celui qui a le plus satisfait aux critères de sélection. Le dossier d’enquête publique mis à disposition du public contient les caractéristiques du projet, son chiffrage, les études réalisées et va ainsi permettre aux citoyens de comprendre les impacts de ce grand projet urbain.
Projet dans lequel « il n’y aura pas de correspondance à Vélodrome et qui comprend les extensions de Mouzimpré Porte Verte et de Vélodrome Roberval, plébiscitées pendant la concertation », ajoute Xavier Pagny.

Portée par la Préfecture, l’enquête publique est placée sous l’égide d’une commission constituée de personnes neutres nommées par le tribunal administratif. Cette commission est chargée de rédiger un avis sur l’utilité publique du Nouveau Tramway. « L’objectif étant de juger l’intérêt général », résume Xavier Pagny. Si le rapport est favorable, il peut l’être avec ou 

sans réserves. La Métropole devra se prononcer à travers la déclaration de projet et exposer comment elle compte lever les réserves s’il y en a. C’est sur cette base que le Préfet statuera sur l’utilité publique du projet. C’est ce qu’on appelle l’arrêté de Déclaration d’Utilité Publique. « Ce qu’on souhaite surtout, c’est une large participation. C’est le principe même de cette enquête : à savoir offrir la possibilité à tous de s’exprimer ».

Xavier Pagny, chef du projet au Grand Nancy

3. Rentrer dans une nouvelle ère

La Métropole du Grand Nancy pourra offrir aux voyageurs de meilleures conditions de transport, démontrant ainsi sa forte implication dans son réseau de transports en commun. Silencieux, écologique et confortable, le Nouveau Tramway fait le pari de la modernité et mise sur l’afflux de plus en plus grand de voyageurs sur ses lignes. À noter que cela permettrait aux usagers – la majorité se trouvant entre Nancy et le Vélodrome – de ne plus rester à quai et de prendre un tramway dans des conditions optimales. N’oublions pas non plus la montée à Brabois (sans correspondance) accessible en un peu moins de 20 minutes depuis la gare. D’autres atouts sont également à mettre en avant comme l’aménagement d’une desserte au quartier des Nations, à la demande de la Ville de Vandœuvre-lès-Nancy et de la concertation, ou encore la création d’un parking-relais à La Porte Verte, venant en complément de celui de Mouzimpré. En outre, un itinéraire cyclable va être créé sur les 15 kilomètres du tracé.

4. Le calendrier

Si l’issue de l’enquête publique est favorable, suivra une année d’études. Elles seront menées par un maître d’œuvre choisi dans les semaines qui viennent. « Débutera ensuite la phase de dévoiement de réseaux qui consiste à libérer la future emprise de plate-forme tramway des réseaux et qui devrait démarrer en 2021. Notre dossier d’enquête publique couvre 3 mises en service : la première partie de Porte Verte /Jeanne d’Arc fin 2023, la jonction Vélodrome /CHRU, soit la montée de Brabois, serait plutôt prévue en 2026 tandis que l’extension Jeanne d’Arc – Roberval le sera en 2028 », conclut Alice Goiez.

PUBLI-REPORTAGE - Photos © GRAND NANCY, DR