Les plantes qui dérangent

380

Danger pour la biodiversité et l’activité humaine, les Exotiques Envahissantes sont présentées au public au Jardin Botanique du Montet.

Le Jardin Botanique du Montet est coutumier dans la présentation d’expositions remarquables invitant  à une réflexion sur la place de la nature dans sa cohabitation avec l’espèce humaine. Assurément, celle actuellement consacrée aux espèces Exotiques Envahissantes trouve toute son utilité dans cette sensibilisation à destination du public. Quelques mots pour appréhender cette exposition peu courante, sous forme de constat. Avec l’accroissement des échanges entre les différentes régions du globe, l’importation d’espèces originaires de territoires plus ou moins lointains, s’est considérablement développée. Certaines de ces plantes importées apparaissent à l’état sauvage dans les milieux naturels ou semi-naturels. Beaucoup disparaissent rapidement mais d’autres se maintiennent et s’étendent durablement. Parmi elles, quelques-unes vont proliférer au point de nuire à l’équilibre et au bon fonctionnement des écosystèmes, en perturbant l’activité humaine comme la navigation, la pêche, les loisirs aquatiques ou nautiques. Elles sont néfastes pour l’agriculture, les  prairies et les pâturages. Dans la très grande majorité des cas, c’est l’Homme qui en est à l’origine. Certaines « s’échappent » du champ, du jardin ou de la parcelle forestière. La décharge sauvage de débris de jardin ou la vidange d’aquariums dans la nature peuvent également être responsables de l’introduction d’espèces étrangères à notre flore dans l’environnement naturel. Les espèces végétales peuvent être importées de façon involontaire par le transport international des marchandises : véhicules (avions, bateaux, camions, trains), containers et marchandises elles-mêmes (minerais, terreaux, semences, fourrages, laines, …). Les conflits armés contribuent aussi à la dissémination de ces végétaux.

Les reconnaître pour agir

Les Exotiques Envahissantes posent également des problèmes de santé publique, étant responsables de fortes allergies et autres dermatoses. Empêcher ou limiter l’introduction d’espèces invasives reste la solution la plus efficace – et la moins coûteuse -. Le Jardin Botanique du Montet, en lien avec l’Université de Lorraine, les Services Développement Durable et Espaces Verts du Grand Nancy, propose d’apprendre à reconnaître, identifier et observer ces vagabondes végétales. Autour de conférences, d’animations, de formations, un parcours initiatique dans le parc et les serres tropicales aborde différents thèmes liés à ces Exotiques Envahissantes : typologie des espèces, impacts et conséquences, modes de prolifération, modalités d’introduction dans la nature, les Exotiques Envahissantes racontées aux enfants,  nuisances sur les espèces humaine et animale.

Le public pourra approcher plusieurs espèces comme la Renouée du Japon, le Robinier faux-acacia, la Berce du Caucase, le Buddleia du Père David, la Séneçon du Cap, l’Elodée du Canada, le Sumac vénéneux… L’occasion aussi pour chacun de (re) découvrir le Jardin Botanique du Montet, ses 35 hectares, ses 12 000 espèces réparties en 15 collections thématiques et 5 serres tropicales. Un joyau naturel qui témoigne de la richesse du monde végétal et permet de se familiariser aussi bien avec les plantes communes de nos régions qu’avec des espèces originaires de contrées plus lointaines. On y associera le Jardin d’Altitude du Haut Chitelet, situé au cœur des Vosges, dans le massif du Hohneck, spécialisé dans la présentation et la conservation de plantes de montagnes du monde entier, qui présente plus de 2 500 espèces de plantes alpines.

www.jardinbotaniquedenancy.eu