Le papillon touche du bois

320

On aurait pu le croire démodé ou réservé aux grands originaux. Le nœud papillon revient sur le devant de la scène et s’habille de bois. Oui, vous avez bien lu, en bois. Une marque 100% française, cofondée par un nancéien, Alexandre Jeanpetit.

C’est avant tout une histoire de goût, de bon goût. Celui que revendique Oncle Pape, la marque qui commercialise ces nouveaux nœuds papillons. Le bon goût du bois d’abord, avec les plus grandes essences : olivier, buis, amourette, érable moucheté, acajou…
Soigneusement sélectionnés, les bois sont travaillés par un ébéniste périgourdin qui réalise ces papillons entièrement à la main avant d’être habillé de tissus glanés à Montmartre et cousu chez un spécialiste de l’habillement dans le Sud-Ouest.
L’histoire d’Oncle Pape est née à la sortie des bancs d’une école de commerce de Bordeaux quand Alexandre Jeanpetit, le lorrain, et Hugues Leproux se posent la seule question qui vaille à leur yeux : dans quoi pourrait on se lancer pour monter notre boîte ? C’est un peu par hasard qu’ils découvrent sur internet l’existence dans le passé de vieux modèles de nœuds papillons en bois. Une belle façon de revisiter cet accessoire qui commençait déjà à revenir à la mode. Pour les deux jeunes entrepreneurs, la noblesse et la variété du bois en font une matière idéale pour s’imposer. Après les premiers essais, les premiers avis positifs de l’entourage, l’essai se transforme peu à peu et l’on voit fleurir les premiers modèles aux cols des cortèges de mariages estivaux.

 LM23-022LM23-023

Une idée simple et un envol rapide

Dans les salons de la rentrée d’automne, Oncle Pape se fait remarquer. L’argument du « made in France » fait mouche et le produit, élégant et discret plaît autant aux filles qu’aux garçons. Avec 19 modèles dans leur collection, les fondateurs d’Oncle Pape souhaitent encore jouer sur une échelle humaine. Pourtant, l’international commence à pointer le bout de son nez, notamment au salon Who’s next de Paris, spécialisé dans les nouvelles tendances de prêt-à-porter, où des japonais et des icelandais se sont montrés très intéressés.
Vendus principalement sur internet, les concept-stores et les boutiques ont vite décidé de proposer ces nœuds papillons revisités. A Nancy, la boutique le Cent 9, rue Saint-Dizier, dont la créatrice Isabelle Valdenaire sélectionne avec goût objets, meubles, jouets… avec un point commun : le « made in France », les a mis en rayon.
Une nouvelle gamme à venir cet été complètera l’offre notamment pour les accessoires féminins. En vue aussi : le développement de l’offre spéciale pour les mariages, avec toujours plus de personnalisation et la possibilité de commande groupée.
Le pari était osé, il surfe sur la double vague du made in France et de l’écolo-chic, mais semble en passe d’être réussi. Un bel envol pour Oncle Pape.

Entre 49€ et 120€
www.onclepape.com