Le FIG de Saint-Dié

341

Le Festival International de Saint-Dié, 23e édition du 11 au 14 octobre 2012, est LE rendez-vous des amateurs d’une « géographie généreuse ». Cette année, c’est la Turquie qui est à l’honneur.

Durant quatre jours chaque année, la ville de Saint-Dié bat au rythme de la géographie ; elle vit géographie, elle respire géographie. Un grand rendez-vous qui allie rencontres scientifiques et grand-public. Le but : la découverte, l’échange, le partage.

Un festival pour tous

Si le public du FIG est fidèle, ce qui fait sa richesse est sa force et son éclectisme. Les barrières sont cassées. On est loin des sérails de tel ou tel groupe. A Saint-Dié, chacun peut venir pour apprendre et découvrir. Tout est mis en œuvre dans ce but. Par exemple, le FIG est gratuit. Quelques que soit la manifestation à laquelle vous souhaitez participer (tables rondes, conférences, salons, cafés géographiques et cartographiques), l’accès est toujours libre.
De même, il n’est pas nécessaire de s’inscrire pour assister aux diverses manifestations. La seule contrainte est la capacité des salles d’accueil. Il faut donc quand même prévoir un peu d’avance si vous voulez être sûr d’avoir une place. Et puis, dans le fond, c’est plus poli que d’arriver en retard et de déranger tout le monde.
Enfin, si vous souhaitez investir la cité déodatienne pour plusieurs jours, vous pouvez sans problème trouver des solutions de restauration et d’hébergement auprès de l’office du Tourisme de la ville (www.tourisme.saint-die-des-vosges.fr – 03 29 42 22 22).
A noter, un accueil est réservé aux groupes scolaires qui ont fait les démarches nécessaires auprès de leur Inspection Académique.

Des chiffres impressionnants

Il y a toujours quelque chose de rébarbatif à énumérer des chiffres à la suite, mais ceux du FIG sont impressionnants et témoignent de l’importance du festival. Jugez par vous-même : 50 000 participants, 300 temps de rencontres (dont 80 conférences et 20 tables rondes) et 18 cafés géographiques animés par plus de 600 intervenants sur 23 sites déodatiens, 150 auteurs au salon du livre et plus de 50 heures de cinéma sur 4 jours. Qui peut dire mieux pour tracer en si peu de temps « la carte la plus à jour de l’état du monde » ?

La Turquie à l’honneur

Chaque année, le FIG met l’accent sur un pays. Après la Russie et, l’an dernier, La Réunion, Mayotte et les Terres Australes et Antarctiques Françaises, les projecteurs géographiques vont éclairer pour cette 23e édition la Turquie, grande puissance émergente aux portes de l’Europe. Comme le souligne Marcel Bazin, professeur de géographie à l’Université de Reims, elle « intéresse les géographes par la dialectique entre modèle unitaire, diversité culturelle et paysagère et disparités socio-économiques comme par son positionnement géopolitique entre trois mondes […] Forte d’une population de 75 millions d’habitants, elle a vigoureusement développé son économie, avec des taux de croissance qui font rêver, une agriculture capable de nourrir sa population et d’exporter des spécialités appréciées, une industrie conquérante et un boom touristique spectaculaire, le tout dans une ambiance libérale depuis les années 1980, après une première phase de développement appuyée sur un encadrement étatique fort. ». Autant dire que le monde de demain devra compter avec elle. Un thème au cœur de l’actualité que le FIG saura décrypter.

On ne le dira jamais assez : la géographie est un lien précieux entre de nombreuses questions qui agitent le quotidien des hommes comme l’écologie, l’économie, la (géo)politique ou encore les manifestations culturelles. La géographie est finalement universelle.

www.fig.saint-die-des-vosges.fr