Le cirque comme oxygène

748

Le temps d’une conférence de presse le 27 janvier, Alexis et Firmin Grüss sont passés par le zénith de Nancy pour présenter leur dernier spectacle « Pégase et Icare », en tournée dans toute la France dès le mois de mars.

Les 23 et 24 avril prochains, ce sera au tour de la cité ducale lorraine de profiter de ce ballet enchanteur entre l’homme et le cheval. Et ce mariage mystérieux entre deux mammifères que tout oppose remonte à plusieurs milliers d’années, plus exactement à 5 000 ans avant notre ère avec les premières traces de domestication. Pour les Gruss aussi, la passion équine est une histoire durable. Depuis le XIXe siècle et André-Charles, tailleur de pierre alsacien tombé en amour pour une belle écuyère italienne, le gène est passée de génération en génération jusqu’à rattraper en plein vol ses descendants. « Je suis sur la piste depuis l’âge de sept ans et à quatre ans j’étais déjà sur un cheval », note Firmin, l’un des fils d’Alexis et Gipsy Gruss. Ce dernier réplique, toujours l’esprit auprès de ses protégés : « j’en suis à ma troisième génération de chevaux. D’ailleurs en ce moment je suis un peu frustré car je devrais être auprès d’eux ». Chez les Gruss, on vit le cirque comme on respire.

13. LE COMBAT CONTRE LA CHIMÈRE - PÉGASE & ICARE - 2014 - CREDITS JACQUES GAVARD

Des talents à foison

« Depuis 1854, il y a toujours eu un cirque mais sous différents entités, de Radio Circus au Grand Cirque de France. Jusqu’en 1971, nous n’avions encore jamais eu l’idée de mettre notre nom, de revendiquer ce patrimoine familiale », constate le patriarche. Pourtant, cette dynastie ne forme pas un bloc compact et chaque artiste a su développer son propre style et son identité. Dans la famille, prenez le père Alexis, Auguste primé Clown d’Or au Festival de Monaco 2001 et maître écuyer émérite reconnu internationalement, et le fils Firmin, à la fois acrobate équestre, équilibriste sur échelle et titulaire du World Guinness Record en équilibre de bras (39 secondes). « Mon père nous a transmis son goût du travail avec les chevaux. Ma mère nous a apporté l’acrobatie. Mon frère est par exemple jongleur et ma sœur fildefériste », explique Firmin. Ajoutez aussi une pincée musicale puisque chacun s’est emparé d’un instrument : saxophone pour le paternel, trompette pour Stephan, l’aîné, trombone pour Firmin, sans oublier les petits-enfants qui viennent compléter l’orchestre familial.

_JAG5558

Appellation Grüss Contrôlée

Deux valeurs essentielles les réunissent tous : le sens du partage et le goût du challenge. Avec cette 42e création, la famille se lance un nouveau défi après une vingtaine d’années sans tournées françaises. L’excellence se cultive quant à elle tous les jours sur cette piste en terre qu’Alexis Gruss affectionne tant. « C’est la chose la plus précieuse, là où tout commence. Je m’applique à attacher mes racines et quoi de mieux que la terre pour cela. Aujourd’hui on déracine beaucoup, moi j’enracine », insiste-t-il. Et ces racines sont autant liées à cet espace particulier de 13 mètres de diamètre qu’aux créatures complexes le parcourant. « Pour nous ce qui compte c’est l’éducation et non le dressage. Le cheval est l’animal le plus difficile car il a une mémoire incroyable et chaque erreur est enregistrée. C’est aussi un garant incroyable de liberté et de créativité. Un spectateur peut assister trois fois au même spectacle, il ne verra pas la même chose », précise Firmin. La triche n’est donc pas possible avec nos amis les équidés. Avec les Gruss non plus d’ailleurs… « Notre famille a une particularité : ce qui est écrit sur l’étiquette se trouve dans la bouteille. Nous avons l’Appellation Gruss Contrôlée », conclut Alexis Gruss, farceur autant que conteur.

« Pégase et Icare », les 23 et 24 avril au Zénith de Nancy. Plus d’infos > alexis-gruss.com

Publi-reportage • Photos © Jacques Gavard, DR