Le Bassin de Pompey, de belvédère en belvédère

5817
Vue sur la ville haute et du château Corbin depuis les bords de la Moselle en automne

Pourvoyeur de vertes découvertes, le Bassin de Pompey a réalisé, en lien avec plusieurs de ses communes, un sentier d’interprétation du paysage en 14 belvédères.

Les visiteurs en quête de beauté et de nature trouveront, au fil des 14 belvédères répartis sur le territoire de la Communauté de Communes du Bassin de Pompey, de quoi satisfaire leur insatiable appétit. Offrant une vue imprenable sur le panorama qui leur fait face, chacun de ces belvédères est doté d’un banc et/ou d’un transat permettant de faire une pause de manière confortable et d’admirer, en paix, les plus beaux paysages. En plus d’une assise confortable, ces points d’observation privilégiés mettent à disposition des promeneurs – riverains redécouvrant leur territoire ou randonneurs de passage – des panneaux d’interprétation du paysage. Leur point commun ? Mettre en lumière les traces de l’intervention de l’homme sur le paysage. À vocation pédagogique, ces belvédères sont, pour les visiteurs, l’occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire du lieu et, de belvédère en belvédère, de pousser plus loin la découverte du territoire.

À l’Est

Montenoy

Vous découvrez la forêt, très présente, qui surplombe le village sur les coteaux nord et sud. En vous retournant, apparaît la côte Savrony, point culminant du Grand Couronné, lui-même lieu stratégique d’observation de la frontière avec l’Allemagne entre 1870 et 1914 et de défense de Nancy lors de la 1ère Guerre Mondiale. La Mauchère, cours d’eau qui donne son nom à la vallée, prend ici sa source, et court jusqu’à Custines. Retenez-vous de cueillir les orchidées sauvages si vous en apercevez ! Elles sont fragiles et protégées.

Montenoy © Bassin de Pompey

Faulx

Faulx, à qui les hêtres (du latin « fagus ») ont donné son nom, compte 2 belvédères. Le premier est situé sur le chemin de Faulx à Bratte, d’où vous apercevez, en cas de météo clémente, la vallée de la Moselle, la colline de Brabois, la crête des Vosges et le Donon et à l’ouest, Sarreguemines et Pont-à-Mousson. Les terres, en grande partie agricoles, abritent de nombreux vergers, observables depuis l’ancienne voie ferrée (à traverser à pied ou à vélo) ou depuis le belvédère installé sur le lieu-dit « Les Tayes ».

Au sud

Lay st Christophe – Chemin de la quetsche

Abritant de magnifiques demeures Renaissance et autres fermes lorraines typiques, Lay-Saint-Christophe, « Village aux milles fontaines », est indissociable de l’eau ; 19 fontaines et lavoirs sont toujours en fonctionnement. Par temps clair, il est possible d’apercevoir d’ici le massif du Donon, point culminant des Basses-Vosges à la jonction de l’Alsace et de la Lorraine. Haut de 1009 mètres, son sommet fut le lieu de culte pour diverses divinités païennes et abrite une réplique du temps gallo-romain.

Champigneulles – rue de la Forêt

« Petite champagne » ou petite « étendue de plaine », Villa Campigniola, devenue Champigneulles, est située au cœur du Vallon de Bellefontaine, réserve de biodiversité classée ENS située dans la Forêt de Haye. Ici, l’on fait face au Château de Bas, édifié en 1711, mais également au Plateau de Malzéville (plus grande pelouse calcaire de Lorraine d’un seul tenant, site classé Natura 2000).

Bouxières-aux-Dames

Deux belvédères se répartissent Bouxières-aux-Dames et ses environs. L’un est situé sur le Chemin de Nevaux, en bordure du sentier de Clévent, qui longe la lisière du Haut-Bois. Les vestiges du petit pont reliant les deux Bouxières et Custines sont encore visibles.

Sur le Lieu dit Jéricho – le Keu, l’on se trouve à la limite du territoire de Bouxières-aux-Dames, non loin de son point culminant (361 m) et à l’extrémité ouest du plateau du Grand Couronné. Le panorama inclut les plateaux de Malzéville et de Brabois jusqu’à celui de Haye.

Au nord

Millery – Chemin des Rays

Situé au lieu-dit de la Blanche Pierre, ce belvédère fait face à Marbache et à la vallée de la Moselle. Plus loin, l’on devine les côtes de Toul, terres de (bon) vin. Au sud apparaît Custines. Dans le lointain se déploient la ville de Frouard et le Haut du Lièvre, le relais de Ludres et le massif de Haye. Au nord, Autreville-sur-Moselle convoque Charles le Téméraire et la prise de Nancy en 1475. Dans le prolongement, viennent Belleville et Dieulouard.

Custines

Anciennement Condée, du latin Condate (confluent), Custines possède 2 confluents : la Meurthe-et-Moselle et la Mauchère, petit ruisseau de 10 km prenant sa source sur les hauteurs de Montenoy. La ville est dotée de deux belvédères.

Custines © Bassin de Pompey

À l’ouest

Pompey – rue Bellevue

Petit village agricole niché à la confluence de la Meurthe et de la Moselle, Pompey est, depuis la fin du 19e siècle, terre de sidérurgie, d’où sortiront les structures métalliques de la Tour Eiffel et de la Statue de la Liberté ! Employant 5000 personnes, l’usine fera, jusqu’à sa fermeture en 1986, battre le cœur de toute la vallée de la Moselle. Le territoire reste visuellement marqué par ce passé sidérurgique.

Saizerais – Croix Saint Bernard

Situé au centre de la boucle de la Moselle, Saizerais est installé en périphérie de plateau lorrain à environ 250 m d’altitude.

Au 19e, Saizerais avait donné leur nom à deux villages assez proches, avec 2 églises et 1 seul maire (choisi alternativement par les deux hameaux). En 1855, une église unique et monumentale est édifiée en symbole de paix.

Marbache

Développé au cœur du massif forestier de l’Avant-Garde sur le plateau calcaire de Haye, Marbache est un village rue typique, développé à la suite de la découverte fortuite de minerai de fer lors de la construction de la voie ferrée au 19e siècle. En contrebas dans le vallon se niche l’étang de la Gargouillote, qui abrite une biodiversité remarquable (site classé Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique).

Marbache © Bassin de Pompey

Cartographie sur bassindepompey.fr

Publireportage - Photos © Bassin de Pompey, DR