La vigne lorraine révélée

408

Avec son nouvel ouvrage intitulé Vins et distillation en Lorraine, l’auteur Bertrand Munier, amoureux de sa région et de son savoir-faire, comble un vide éditorial. Il signe avec ce beau livre superbement illustré le premier recueil aussi complet sur les vins en Lorraine. Terroirs, hommes, femmes, anecdotes et recettes : l’hommage est total.

Bertrand Munier aime rétablir des vérités. Ou plutôt il déteste qu’on écorne l’image de sa Lorraine. Dans un précédent ouvrage, La Cuisine Lorraine par ses Chefs il avait rendu hommage à la gastronomie de notre région dans toute sa noblesse, balayant une image de cuisine de campagne qu’on n’ose à peine évoquer en Bourgogne ou dans le Lyonnais.

A nouveau, Bertrand Munier reprend ses armes favorites : la rencontre et le partage. Pour ce tour d’horizon des vins et spiritueux de Lorraine, il est allé sur le terrain, sur le terroir. En Meuse, dans le Toulois ou en Moselle, chaque vignoble est d’abord abordé sous son aspect historique pour être ensuite raconté par ses acteurs, avec de belles anecdotes.

Bertrand Mél Fig - Copie

Et l’histoire du vin en Lorraine ne date pas d’hier. La région est même une des plus ancienne dans la culture de la vigne, au temps des romains. Beaucoup l’ont oublié et l’histoire mouvementée de cette zone frontalière s’est chargée du reste : entre guerres et ravages des épidémies agricoles, le déclin de la vigne en Lorraine tout au long du XXe siècle. Point commun à tous les vignobles de Lorraine : ils ont su renaître de leurs cendres après la seconde-guerre pour conquérir leur lettres de noblesses en décrochant des appellations aujourd’hui reconnues et protégées.

Divisés en grandes zones géographiques, le livre aborde tout à tour les Côtes de Meuse, les Côtes de Toul, les Vins de Moselle et n’oublie pas les Vins des Vosges et le fameux Vin bleu. C’est d’ailleurs à un Vosgien qu’a été proposé l’écriture de la préface, le grand chef Joseph Viola, installé aujourd’hui à Lyon mais originaire de Saulxures-sur-Moselotte.

Elise Bruley

Les grands noms du vin

Parmi les grands noms qui font l’objet de pages spéciales dans Vins et distillation de Lorraine,  notons celui de Fernand Poirson, qualifié « d’authentique avocat des vins toulois et de figure tutélaire du vignoble lorrain ». Pour l’auteur, celui qui fut maire et vigneron à Bruley fait partie de ceux qui ont sortie les côtes de Toul de leur léthargie, prouvant au passage en bon lorrain travailleur que « le vin se fait à partir de la vigne et non pas dans des discours fleuves et parfois futiles ».

Toujours dans le vignoble Toulois, une belle aventure que celle des caves Cordier. Une saga, plutôt, qui va conduire cette famille jusque dans le vignoble Bordelais, preuve s’il en fallait qu’un des plus grands marchands de vins du Bordelais pouvait avoir fait ses armes en Lorraine.  Aujourd’hui à des centaines de kilomètres, les deux arrières-petites filles ont repris le flambeau. Leur prénom ? Nancy et Lorraine. Ça ne s’invente pas.

C’est avec de telles anecdotes, que Bertrand Munier parvient au fil des pages à faire partager son amour de la Lorraine. Mais la belle plume n’empêche en rien la précision. Vins et distillation de Lorraine est ainsi un recueil très pointu parsemé de multiples encadrés explicatifs sur la variété des cépages, la jungle parfois impénétrable des appellations…

Pour sublimer ces terroirs Bertrand Munier a demandé à de grands chefs – dont il fait également le portrait –  d’inventer une recette. Du filet de sandre au gris de Toul signé Françoise Mutel, restauratrice étoilée aux commandes de la Maison dans le parc à Nancy en passant par le baba à la Vosgienne, à base de « vin » de rhubarbe,  des blogueuses Julie Cangemi et Elise Meyer, chaque breuvage Lorrain trouve son accord parfait. Et comme un repas dans la région se termine rarement sans un petit verre de mirabelle, l’auteur consacre tout un chapitre aux distillateurs et bouilleurs de crus. Là encore, ce sont avant tout des gens passionnés et des histoires humaine que Bertrand Munier fait découvrir. Des grandes maisons aux tout petits domaines, il nous fait rencontrer les hommes et les femmes qui élaborent des eaux de vie servies sur les meilleures tables au monde. Et la mirabelle est à nouveau à l’honneur dans un cocktail inédit imaginé par Stéphane Ginouvès, premier barman MOF, qui officie au Fouquet’s Barrière à Paris – et originaire de Toul. Mirabelle, fraise, groseille, vanille compose ce cocktail tout en rondeur.

Et puis il y a ces photos nombreuses et colorées, qui viennent raconter une Lorraine qu’on a, c’est vrai, parfois tendance à oublier : une Lorraine généreuse, sous le soleil. Une Lorraine fière de sa vigne comme l’incarnent ses acteurs au sourire bonhomme.

Vins et distillation en Lorraine – Bertrand Munier – Ed. du Quotidien