La nuit sous toutes ses coutures à l’Opéra

56
Ballet Royal de la nuit ©Gilles Abegg Opéra de Dijon

« Transfigurer la nuit » : c’est le titre de la nouvelle saison 2020/2021 de l’Opéra national de Lorraine, qui, au regard de sa programmation, imagine d’autres possibles et d’autres aurores. 

Transfigurer, c’est donner un autre éclat, un éclat nouveau à un spectacle, à un moment, à une situation. » Matthieu Dussouillez, directeur général de l’Opéra national de Lorraine présente cette nouvelle saison avec ces mots : « Dans une société qui étend son empire sur nos jours, la nuit nous est précieuse. Elle est le dernier espace de résistance où nous pouvons penser le monde dans l’oubli du monde. Nous y goûtons une liberté exquise et peut-être interdite. C’est cette nuit, à la fois transgressive et créatrice, gardienne des peurs et des fantasmes, qui sera le fil rouge de l’ensemble de notre saison. »

L’Opéra national de Lorraine voit ainsi la lumière au bout du tunnel avec Görge le rêveur de Zemlinski qui lancera la saison à partir du 30 septembre. Pour la première production de cette œuvre en France, mise en scène par Laurent Delvert, l’Orchestre de l’Opéra national de Lorraine sera dirigé par la jeune cheffe Marta Gardolińska. En décembre, la « nuit la plus belle du monde », celle du Ballet royal de la nuit, censée redorer l’image du Roi-Soleil à l’époque, illuminera la scène de l’Opéra. Sébastien Daucé, qui a ressuscité ce chef d’œuvre oublié en recomposant patiemment les pièces manquantes, sera à la tête de l’Ensemble Correspondances.

Clair-obscur

La nuit toujours avec la nouvelle production du Voyage dans la Lune d’Offenbach en janvier : propulsé par le succès des Voyages Extraordinaires de Jules Verne, Offenbach créé cet opéra-féérie en 1875 dans lequel le Roi Vlan, accompagné de son fils Caprice, entreprend de voyager jusqu’à la lune dans un obus tiré par un canon. Pour cette production, l’Orchestre de l’Opéra national de Lorraine sera dirigé par Chloé Dufresne, lauréate du Tremplin des jeunes cheffes organisé par La Philharmonie de Paris. 

L’angoisse de la nuit sera mise en scène, en avril, par Eva-Maria Höckmayr dans Le Tour d’Écrou (The turn of the screw) de Benjamin Britten d’après la nouvelle d’Henry James. Enfin, la saison se terminera par la nuit sordide de Mantoue avec une nouvelle production de Rigoletto de Verdi dirigée par Alexander Joel avec, notamment, Juan Jesús Rodriguez dans le rôle-titre. Une saison en clair-obscur dont la musique illuminera, sans aucun doute, le cœur des spectateurs. Pauline Overney

Renseignements et réservations : 03 83 85 33 11 • opera-national-lorraine.fr

Les Voix de Nancy – NOX #1

À partir de la saison 2020/2021, l’Opéra national de Lorraine se dote avec le NOX (Nancy Opera Xperience) d’un laboratoire de création lyrique. Son but est de repenser le mode de production d’un opéra en invitant les artistes à travailler à long terme, dans un dialogue intime, en élaborant un spectacle en étroite connexion avec le territoire. Cette première expérience invite le compositeur Paul Brody, la réalisatrice sonore Chloé Kobuta, le metteur en scène David Marton et le vidéaste Kevin Barz. Les histoires dont il est question ici mettent en jeu des anonymes qui ont pour seul point commun d’habiter la ville de Nancy. « Est-ce que vous êtes amoureux ? » est l’interrogation à laquelle ils répondent, tous, à leur façon.

Du 9 au 14 mars

 publireportage - Photos © Gilles Abegg, Opéra de Dijon, dr