Jardin Ephémère de Nancy, le feu ! 

3383
© Mooâ

Alors qu’en septembre Nancy accueillait, en grande pompe,
le 128e Congrès National des sapeurs-pompiers, jusqu’au 1er novembre, sa place Stanislas sera en feu ! 

Pour sa 19e édition, le Jardin Ephémère de Nancy dessine un phénix, oiseau mythique à la longévité hors norme capable de renaître de ses cendres… rendant ainsi un hommage appuyé aux pompiers, largement éprouvés par les feux estivaux. « Le feu effleure » évoque, par de nombreux aspects, la mission fondamentale courageusement endossée, au quotidien, par nos soldats du feu. 
Vitrine de l’écologie urbaine et du savoir-faire des jardiniers de la Ville, le Jardin Ephémère crée chaque année l’événement, séduisant un public de plus en plus nombreux. D’accès libre, il adosse à sa végétale programmation diverses animations gratuites à destination du public. 
Cette année encore, la scénographie s’inscrit dans le cycle des 4 éléments (l’eau, le feu, l’air et la terre) à travers 13 univers mettant en exergue le feu destructeur, mais également le feu régénérateur, fertile. 

« Le feu effleure », c’est : 
2600 m2 de surface
13 scènes végétales
350 assises
18770 végétaux

Entre feu et eau 

C’est au cœur du blason des sapeurs-pompiers que le jardin-phénix renaîtra de ses cendres. En vous promenant au sein de 170 m2 de plantes rougeoyantes, vous remarquerez sans doute les nombreux bassins : ils symbolisent l’eau utilisée par les pompiers pour combattre le feu. Dans ces bassins, des éléments métalliques symbolisent les branches calcinées et une nature reprenant ses droits. 
En y regardant de plus près, vous noterez le soin apporté au choix des plantes, sélectionnées, car évoquant (ou contrant) la lumière et la chaleur du feu, rappelant le soleil ou y réagissant. 
L’œuvre monumentale centrale, inspirée des Orgues basaltiques de la Chaussée des Géants en Irlande du Nord (formation volcanique érodée par la mer, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO), a été intégrée à la scénographie malgré une surcuisson, accident de fabrication qui a révélé, de manière brutale, le pouvoir de destruction du feu, et la difficulté à le maîtriser. 
Stanislas, mort des blessures infligées par le feu de sa cheminée, sera lui-même entouré de végétaux rappelant le feu. 

A voir, deux expositions 
«  A fire inside/un feu intérieur  », signée du photojournaliste Matthew Abbott, met en lumière ce que l’homme perd à ne pas protéger les arbres. Réalisés à l’été 2020 dans une Australie ravagée par des mégafeux, les clichés présentés montrent la destruction ambiante, mais également la force qui a animé sauveteurs et pompiers. Une exposition qui réveille les consciences sur le changement climatique. 
L’autre exposition est extraite du «  Fonds Krafft  », du nom des deux célèbres vulcanologues alsaciens, Maurice Krafft et Katia Conrad, disparus en 1991 au Japon, emportés par un courant de gaz chaud et de matières volcaniques. Leurs travaux portaient sur les plus importants volcans du monde.

Visites guidées et conférences : 
Mercredi 12 octobre, dimanche 16 octobre, jeudi 20 octobre et samedi 29 octobre, de 15h à 17h30.

Ouverture des balcons de l’Hôtel de Ville :
Les dimanches  9, 13, 23 et 30 octobre de 14h à 18h.

Demandez L’Éphémère ! 
Pour accompagner votre visite du Jardin éphémère Place Stanislas, la direction Écologie et Nature édite un journal, qui met en avant l’approche multiculturelle du jardin, sa genèse, ses conférences, ses expos photos, les visites commentées… 
Il est disponible dans les principaux lieux culturels de la ville (médiathèques, bibliothèques, librairies, musées), à Destination Nancy – Office de tourisme (place Stanislas) et en version numérique.

Du 23 septembre au 1er novembre, Place Stanislas, Nancy • Tous les jours de 8h à 22h • www.nancy.fr
Photos © Mooâ, DR