Des images plein les yeux à Epinal

1918
© Thierry Bisson

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, les spinaliens mettent à l’honneur leur principal atout culturel. La fête des images va illuminer la cité vosgienne pour sa 6e édition. 

L’image peut se suffire à elle-même. Nul besoin d’y mettre des mots. Ce ne sont d’ailleurs pas les spinaliens qui vous diront le contraire. Leur savoir-faire en termes de création d’images est reconnu mondialement, et c’est tout naturellement, qu’ils ont créé une fête dédiée à cette spécificité. La Fête des images touche, chaque année, environ 30 000 spectateurs sur trois soirées. Artistique, gratuite et ouverte à tous, il faut dire que cette manifestation a tout pour plaire. Elle mêle subtilement l’image au patrimoine bâti de la ville d’Epinal à travers différents spectacles et projections. 

© Thierry Bisson

Parmi celles mises à l’honneur dans cette sixième programmation, les aventures de Gulliver vont reprendre vie sur les murs du tribunal. Une histoire pour le moins originale et poétique qui sera contée sous la forme d’un spectacle de marionnettes construit avec des micro-trottoirs. Des personnages attachants habillés par les soins et l’imaginaire de l’artiste plasticienne et illustratrice Sidonie Hollard quand la mise en scène est entièrement pensée par Marie-Jeanne Gauthé. L’auteur et illustrateur, Frédéric Pillot, sera lui aussi de ce rendez-vous accompagné de son fidèle pirate Balbuzar, prêt à s’emparer du mur d’eau installée sur la Moselle. Un spectacle réalisé par l’école parisienne Georges Méliès. 

Une mécanique bien huilée

Sur la façade de la Basilique Saint-Maurice, c’est un tout autre rendu qui attend les visiteurs. Amadéo Cervone, jeune illustrateur, infographiste et animateur 2D est le gagnant du concours de Mapping 2020 et c’est dans ce cadre qu’il a reçu une commande de la ville d’Epinal pour cette sixième édition du la Fête des images. Le jeune créateur a imaginé un court-métrage qui traite d’enfermement, de liberté, de rencontres et d’émerveillement. A travers « Chemin de rouages », il retrace le quotidien oppressant d’un automate qui en voyageant à travers différents décors cherchent à échapper à cette routine. Un personnage dans lequel chaque spectateur pourrait facilement s’imaginer. 
Qui ne connaît pas Netflix ou Disney ? Daniel Cacouault, lui les connaît bien. L’artiste qui vit entre Nantes et Paris a travaillé pour plusieurs de leurs projets. Des réalisations qui seront projetées place dans l’Atre dans un spectacle de Damien Fontaine, compositeur et metteur en scène installé dans les Vosges. Il fera replonger les spectateurs « Au pays des contes et merveilles » et de personnages bien connus des petits et des grands (Alice aux pays des merveilles, Le chat Botté, Barbe bleue…)
En parallèle des spectacles et projections, les visiteurs pourront profiter de nombreuses expositions, notamment une sur les origines de la bande-dessinées au Musée de L’Image. Cette année, pour les plus geek, la Fête des images se raconte aussi en réalité augmentée mise à disposition par la Ville d’Epinal.

© Thierry Bisson

Marine Prodhon

La Fête des Images se tiendra du 16 au 18 septembre dans les rues d’Epinal. 

Photos © Thierry Bisson