Derrière l’objectif, la préservation de la forêt vosgienne en jeu

1919
Marcassin © Teddy BRACARD

Avec l’exposition « Vosges, on t’aime », l’association Les Vosges en images veut mettre en lumière la qualité des paysages vosgiens, mais aussi les menaces qui pèsent sur leur préservation.

Ce premier festival, c’est un coup d’essai. On l’a monté avec le cœur », déclare Laurence Fournel, présidente de l’association Les Vosges en images. Une première édition qu’elle a initiée en partenariat avec Nature en Images. Installé sur deux sites, aux abords du Lac de Gérardmer mais aussi au camping Mettey de Vagney, le festival « Vosges, on t’aime » met l’accent sur la forêt vosgienne à travers les expositions « La Nature s’Invite à la Ville » et « La Nature Vous Parle ». Et l’amour pour celle-ci se ressent derrière chaque cliché. Au fil de l’exposition, le visiteur s’offre un panorama des beautés de la forêt. Un face-à-face avec une myrtille ou une orchidée lui permet d’en apprécier chaque détail, avant de profiter d’une visite impromptue de la faune sauvage. L’immersion est totale. 

« A travers cette exposition, nous avons voulu mettre en avant l’ensemble des éléments de la forêt », confie Laurence Fournel. Ainsi sur les 79 œuvres imprimées en grand format, on retrouve des images d’arbres, de fleurs, d’insectes, etc. La photographie animalière a également une place importante dans « Vosges, on t’aime » et apporte de jolis portraits d’oiseaux et d’autres mammifères qui ont l’habitude de se faire discrets. Des captations d’instants précieux réalisées par dix-huit photographes amateurs et professionnels dont notamment Vincent Munier, photographe animalier spinalien reconnu sur le plan international pour son talent à mettre en exergue la beauté des paysages et des espèces en voie d’extinction. Loup arctique, ours brun, yak sauvage ou encore harfang des neiges… Ils n’échappent pas à l’œil de ce photographe qui n’hésite pas à affronter des conditions extrêmes de froid pour capter ces moments rares. Vincent Munier s’est fait connaître du grand public à l’âge de 19 ans, en obtenant le prix Wildlife Photographer of the Year, l’une des plus prestigieuses compétitions de photographie au monde.

Père et fils Bracard, parrains du festival

Pour ce premier festival, l’association Les Vosges en Images a choisi Didier Bracard et son fils Teddy pour parrains. Les deux hommes partagent une passion commune pour la photographie animalière depuis de longues années. C’est d’ailleurs, Didier Bracard qui l’a transmise à son fils en l’emmenant arpenter la contrée Lorraine de bon matin à la recherche d’un renard, d’un cerf qui brâme ou d’un autre témoignage marquant de cette vie sauvage. « Chaque moment passé dans la nature est un émerveillement, un instant de bonheur où l’évasion prend le dessus. C’est un véritable spectacle, conciliant des acteurs aux comportements si différents et si étonnants et je me place là, en spectateur, en pleine immersion dans ce bel univers », raconte Teddy Bracard sur son site. Un émerveillement qu’ils sont heureux de pouvoir partager avec les visiteurs à Gérardmer et Vagney.

Un patrimoine naturel à préserver

« Vosges, on t’aime » s’adresse à tous. « L’objectif de ce festival est de promouvoir la destination des Vosges, mais pas que… Nos valeurs visent aussi à donner envie au public d’être acteur de la protection de l’environnement et d’acquérir les bases d’un engagement environnemental durable », indique la présidente des Vosges en images. Avec cette exposition, le pari est donc d’ouvrir les yeux des visiteurs sur les dangers du réchauffement climatique pour la préservation du patrimoine naturel. 

Un constat qui passe aussi par des rencontres avec les différents photographes et des conférences qui abordent des problématiques locales. L’une d’entre elles prévue samedi 18 septembre à 18 h au cinéma du Lac de Gérardmer présentera en profondeur l’impact des scolytes sur la biodiversité. La présence de cet insecte ravageur est une des conséquences du réchauffement climatique et elle entraîne chaque année, la destruction de nombreux arbres. Sylvain Mangel, bûcheron et photographe animalier, abordera leur développement dans les Vosges ainsi que les mesures qui sont prises pour lutter contre cette épidémie de scolytes.

Marine Prodhon

Le festival « Vosges, on t’aime » se poursuit jusqu’au 26 septembre sur les sites de Gérardmer et Vagney • Infos et programme : lesvosgesenimages.fr

Photos © Christian HOFFNER, Sylvain MANGEL, Dominique STEINEL, Hervé PARMENTELAT, Teddy BRACARD