Black and Wild, la nature révélée

369

La nouvelle exposition du Muséum Aquarium de Nancy affiche les créations photographiques de Jonathan Lhoir. Désormais installé dans le sud de la France, le photographe belge, sillonne depuis 10 ans les espaces naturels d’Europe pour en immortaliser la beauté dans des clichés graphiques et poétiques.

Pour lui, on peut parler sans jeu de mot de déclic. Jusqu’à il y a 10 ans, Jonathan Lhoir n’avait jamais touché un appareil photo. En revanche, la nature était depuis bien longtemps son espace de jeu. Espace ludique d’abord, quand, enfant, il passait son temps dans les forêts de sa Belgique natale. Nature professionnelle ensuite, quand il décide de suivre des études de sylviculture pour devenir garde forestier à Spa. L’écologie et l’environnement vont très vite devenir sa spécialisation quand il rejoint le programme Natura 2000 comme collaborateur. Il a pour mission de cartographier les habitats, recenser les espèces menacées… Son quotidien est fait de longues marches dans la nature, le nez parfois en l’air vers les arbres, le regard souvent par terre pour observer les insectes, une des ses grandes passions.

_5JL6162-1

Alors qu’il se souvenait à peine avoir pris un jour une photo avec un appareil de poche, il fait la connaissance d’un photographe professionnel français à Louvain. « On se baladait ensemble, moi j’observais, lui prenait des photos. J’ai eu tout de suite une révélation. L’époque était déjà au numérique, ça m’a facilité la tâche pour commencer. Pas besoin d’attendre le verdict du développement pour voir si les clichés sont réussis ! Je suis un autodidacte, j’ai appris au fur et à mesure en rencontrant d’autres photographes et en passent pas mal de temps sur les forums photo », sourit Jonathan Lhoir.

Jonathanlhoir3

De la science à l’art

Petit à petit, il investit dans du matériel. Ses premières photos : des mammifères et des oiseaux. Parfois, l’approche est difficile, mais son travail de naturaliste lui facilite nettement le travail : il sait comment et quand approcher telle espèce, tel animal. « Mes compétences naturalistes ont été un sacré avantage, et je ne me suis même pas posé la question des sujets à photographier, la nature s’est imposée comme une évidence. Je suis un photographe assez spontané et opportuniste ; je ne pars pas toujours avec une idée très précise de ce que je veux mettre en boîte, je me laisse inspirer par ce que je rencontre. L’an dernier, lors d’un voyage-photo de 3 mois en Scandinavie je suis tombé sur une hutte de castors, je n’avais pas du tout prévu de faire d’images de cette espèce, j’y suis resté 3 jours… »

Depuis 3 ans, Jonathan Lhoir exerce son talent de photographe à temps plein. La photo animalière laisse peu à peu la place à une approche très artistique, très graphique. Beaucoup de contre-jour notamment. « J’aime cet effet de contraste, avec beaucoup de noirs, de blancs ou de gris. Je n’en retouche aucune avec des logiciels sophistiqués. Je n’ai ni Photoshop ni Lightroom et je ne passe rarement plus d’une minute pour optimiser mes images. C’est encore une fois mon côté naturaliste qui s’exprime, j’ai envie de montrer ce que je vois et pas une nature trafiquée. En parcourant ma photothèque, j’ai réalisé que beaucoup de photos avaient cette caractéristique qui les faisaient ressembler à du noir et blanc, c’était comme un fil conducteur qui a donné naissance à la série Black and Wild. Je  vous l’assure : c’est de la photo couleur! Avec des contraste boostés. En regardant bien les photos de la série Black and Wild on remarque quelques touches de couleurs. »

Respectueux de la nature au point de ne pas retoucher les clichés, Jonathan Lhoir aime partager sa passion lors de stages de formation. Mais à côté de la technique photo, les stagiaires sont immergés dans cette approche naturaliste. « J’aime leur apprendre à faire de la photo mais j’aime aussi leur apprendre des choses sur les espèces qu’ils photographient. C’est une vraie plus-value ! Sensibiliser les gens à la nature par le biais de la photo, mêler mes deux passions, c’est vraiment top !! »

jonathanLhoir1

Jonathan n’a rien d’un militant écolo acharné, il défend simplement ce terrain de jeu qu’il a appris à aimer étant jeune et qu’il immortalise aujourd’hui. Son seul regret est de voir certains lieux réputés sauvages pris d’assaut par des photographes, de se retrouver parfois à plusieurs dizaines devant une colonie d’oiseaux… La rançon du succès de la photographie animalière aujourd’hui.

Conférencier et lauréat de multiples prix, le travail de Jonathan Lhoir s’expose partout en Europe. Son exposition Black and Wild, de passage au Muséum Aquarium, s’enrichit de nouveaux clichés après chaque voyage dans les contrées les plus sauvages d’Europe et de Scandinavie qu’affectionne particulièrement le jeune photographe. Et comme il aime avant tout partager ce qu’il aime, Jonathan  envisage d’emmener ses stagiaires avec lui en voyage « pourquoi pas dans le parc naturel de Krkonose, à la frontière tchéco-polonaise. Ça ressemble un peu aux Vosges en plus gigantesque et surtout on y croise des loups, des lynx, des ours… »

Plus d’infos sur jonathanlhoir.com et sur museumaquariumdenancy.eu – Exposition Black and Wild, à découvrir dans la galerie de l’Astrolabe du Muséum Aquarium jusqu’au 13 décembre 2015.