100 ans de protection du patrimoine

376

C’est le thème des prochaines Journées européennes du patrimoine qui se dérouleront les 14 et 15 septembre 2013. De nombreux sites privés et publics seront exceptionnellement ouverts. Détail de l’offre en Moselle.

La thématique de la 30ème édition des Journées européennes du patrimoine avait été dévoilée en 2012 par Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, à Metz : « 1913-2013, cent ans de protection ». En effet, c’est la loi du 31 décembre 1913 qui posait les bases du système actuel de protection des monuments historiques. Depuis, les protections se sont renforcées faisant du patrimoine français le patrimoine le plus visité au monde. C’est aussi l’un des plus enviés. L’architecture française, par exemple, a été et reste copiée dans le monde entier. Parmi les fleurons nationaux, les châteaux et les monuments religieux tiennent le haut du pavé. Il faut dire que malgré la Révolution et les guerres, de magnifiques témoins ont su traverser les siècles.
Tous ces témoins ne seraient rien sans des acteurs pour les faire vivre au quotidien, pour les restaurer et les préserver. Ces acteurs sont multiples. Les lois de protection dont on célèbre le centenaire en sont un. Les propriétaires privés, passionnés et qui souvent consentent à d’importants sacrifices en sont un autre. Les Journées européennes du patrimoine sont la possibilité de les découvrir ou de les deviner lors d’une visite.

Riche patrimoine en Moselle

Durant deux jours, c’est l’occasion de découvrir secrets des monuments et autres endroits habituellement fermés au grand public. C’est aussi se rappeler que le patrimoine est vivant et qu’une histoire se cache toujours derrière un monument. Prenez la célèbre Porte Serpenoise. Elle a connu bien des vicissitudes. Construite au XIIIe siècle, elle est remaniée à plusieurs reprises avant d’être détruite au milieu du XVIe siècle. Elle est reconstruite en 1852 avant de connaitre une dernière transformation du temps de l’Empire allemand qui lui donne sa forme actuelle d’« arc de triomphe ». Connaissez-vous l’extraordinaire histoire du boulanger Harelle qui sauve en 1473 la ville de Metz de l’invasion des troupes des ducs de Lorraine ? Cette attitude héroïque lui vaut d’avoir son nom sur la Porte et même une rue à proximité !

Les journées du Patrimoine seront l’occasion d’admirer les riches salons de réception de la gare messine, de découvrir avec des visites commentées des sites forts dans l’histoire du départements comme les bassins miniers au nord ou l’activité liée au sel à Marsal. C’est aussi des ruines impressionnantes (qui ne sont pas sans rappeler Tintin et L’Ile Noire) comme celles du château de Frauenberg.
Les amateurs de belles demeures ne manqueront d’aller visiter le bel hôtel particulier Saint-Livier occupé actuellement par le Frac, la très grande maison du gouverneur militaire de Metz ou l’élégant château de Pange.
C’est aussi l’occasion de découvrir des lieux ordinairement discrets ou dans lesquels nos activités quotidiennes nous entrainent peu : palais de justice, siège de l’Académie nationale de Metz, chapelle des Templiers, chapelle de l’évêché à Metz, Tour aux Puces ou château de Volkrange à Thionville, Tour du Schlossberg à Forbach, etc. Les sites sont nombreux ! Deux jours ne seront d’ailleurs pas assez pour tout voir. Alors faites comme moi, marchez au coup de cœur et surtout laissez-vous tenter dès qu’une opportunité se présente : une porte ouverte, une visite qui commence, un bâtiment qui intrigue.

Aurélie Filippetti l’a dit à juste titre : « Le patrimoine, ce n’est pas le luxe, le supplément d’âme ou la nostalgie, c’est la création de richesses, l’emploi et le lien social par la culture ». Alors, ne boudez ni votre patrimoine ni votre plaisir les 14 et 15 septembre prochains.