#189

1498

L’effet yoyo

On vit une drôle de période. Il y a eu ces deux ans de frustration, de rendez-vous annulés, d’élans à ravaler, de spontanéité à mettre sous cloche. Suivis par des mois d’hésitation, d’ « allez j’y vais ! Oh et puis non », d’élans contrariés. Et puis récemment, venait l’heure des retrouvailles, celles déculpabilisées car libérées de toute contrainte, et avec elles, le besoin instinctif de trop et trop souvent, de partage et de parade, encore et encore.
Les nutritionnistes de la fête parleraient sans doute d’effet yoyo.
L’effet yoyo démontre à lui seul l’inefficacité des régimes. C’est la vengeance d’un corps privé sur la durée, qui fait que quand l’hypervigilance s’en va, les kilos ré-emménagent, en invitant des copains au passage. En parvenant à ne pas manger ce gâteau tentateur, à éviter de regarder cette frite qui te faisait de l’œil, tu avais multiplié les victoires sur toi-même… Et voilà que ces mini fiertés accumulées reviennent, comme agglomérées, réduire à néant tes perspectives de changement. 
En cette fin de printemps ensoleillée, tu passerais volontiers ta vie dehors, à voir et à faire des choses, juste pour te prouver que la vie d’avant a un avenir. Mais dans la vie, il faut choisir ! Et si le programme présenté dans les pages suivantes n’est pas exhaustif (loin de là !), il a le mérite de l’éclectisme, et d’allier nourriture du corps… à celle de l’esprit. Foire Expo, 450 ans de l’université mussipontaine, artisanat d’art au Moulin de Givrauval, Exposition Samouraïs aux Prémontrés, Boucle de la Moselle en fête, Fête du vélo, Fête médiévale de Liverdun, Rencontres de l’Énergie…
Où nous verrons-nous ? 

Cécile Mouton