Drame familial à l’U4 !

1211

« Meurtres à… », diffusés sur France 3, a fait escale à Nancy pour quelques jours de tournage. Mais qui a tué l’ancien directeur de l’U4 ?

Mardi 10 juillet. Le 12 rue de l’Armée-Patton à Nancy est envahi de camions, de matériel de tournage et de barrières de sécurité. Dehors, un jeune homme surveille les lieux et demande aux passants de se décaler pour ne pas passer sur l’espace de tournage. Sur le bâtiment, on peut y voir une plaque « gendarmerie » datant des années 70. Et pour cause, la série de téléfilms « Meurtres à… », lancée par France 3 il y a quatre ans, pose ses caméras à Nancy. Pour cet épisode intitulé « Meurtres en Moselle », « nous avons 21 jours de tournage, principalement aux alentours de Metz, notamment à l’Opéra, à Florange, à Uckange et ici, dans ce décor de gendarmerie que vous avons créé de toutes pièces » explique Bertrand Soupey, le directeur de production. Le but de cette série est de relier un fait historique de chaque ville ou chaque région à l’intrigue. Ici, l’ancien directeur du haut-fourneau d’Uckange, Gilles Thouvenin, est retrouvé mort, une balle dans la tête. Clément Leroy (interprété par Jérôme Robart), capitaine de la SR de Metz, prend en charge l’enquête avec l’aide de Laure Thouvenin (interprétée Jeanne Bournaud), fille de la victime et actuelle directrice du site classé. Elle renoue ainsi avec Clément, son amour d’enfance. Ensemble, ils vont découvrir l’histoire bouleversante de leurs familles, révélée sur trois générations.

Effervescence

« Silence s’il vous plait ! Moteur demandé. Ça tourne ! » Jérôme Robart et Jeanne Bournaud accompagnés d’Alex Fondja, tournent leurs scènes au commissariat. La tension est palpable dans les locaux, repeints et aménagés spécialement pour l’occasion. « Nous n’avons pas beaucoup de temps, nous devons être efficaces » souligne Bertrand Soupey. « Nous sommes déjà un peu en retard sur notre planning, et en plus, ce soir, il y a un match de l’équipe de France ! » sourit-il. « Coupé ! » L’effervescence dans les couloirs reprend. Olivier Barma, le réalisateur du téléfilm, enchaîne très vite. « C’était pas mal, mais on la refait ! » Dix secondes plus tard, plus un bruit. Seuls les dialogues des acteurs sont distincts.

Pour réaliser ce téléfilm, une équipe de 35 personnes est réquisitionnée. En amont, les scénaristes, invités par la région Grand Est, ont visité les lieux et ont écrit l’histoire par rapport à leurs découvertes. « L’ancienne usine sidérurgique, qui a fermé en 1991, est une bonne base pour le scénario. Ça fait partie du patrimoine lorrain et mosellan » détaille le directeur de la production. La Région a d’ailleurs subventionné, en partie, ce tournage.

Diffusion en fin d’année

Un peu plus loin, dans une autre pièce, plusieurs personnes attendent patiemment. Certains ont revêtu leur costume de gendarme, d’autres sont en civile. Ils sont assis en rond pour un débriefing. Vianney, le second assistant mise en scène, vient à leur rencontre : « Jeanne et Jérôme tournent encore la scène dans le bureau. Après, on fera une scène avec vous. En attendant, vous pouvez descendre boire un café, on vous appellera. » Les figurants sont venus participer au tournage soit par plaisir ou en quête d’une expérience dans le milieu du cinéma. « Nous avons reçu beaucoup de candidatures » explique Bertrand Soupey. « Dans une grande scène à la fin, nous avons dû en recruter une centaine. En tout, ce sont 300 figurants que l’on verra à l’écran. »

« Meurtres en Moselle » sera diffusé sur France 3 à la fin de l’année. La série était déjà venue dans la région avec « Meurtres en Lorraine », en juin dernier, dont le premier rôle est assuré par Stéphane Bern. Et pour la petite histoire, les locaux du 12 rue de l’Armée-Patton, complètement refaits à neuf pour le tournage, sont désormais disponibles à la location !

Photos © Pauline Overney, DR