Consultez les derniers articles
Savoir déceler les « fake news »

La 27e édition de la Fête de la Science s’attarde cette année sur les fausses informations qui circulent de plus en plus vite. Mais comment s’en protéger ?

Depuis son invention en 1991 par le Vosgien Hubert Curien alors ministre de la Recherche et de la Technologie, la Fête de la Science est le rendez-vous automnal incontournable, réunissant chercheurs et citoyens. Placée sous la thématique des idées reçues, l’édition 2018 a pour vocation de développer l’esprit critique et de promouvoir la démarche scientifique, pour mieux distinguer le savoir de l’opinion, afin d’appréhender le monde d’aujourd’hui et d’imaginer celui de demain : « Dans les Vosges, il est coutume de dire que si on laisse des draps dehors un soir de pleine lune, ceux-ci vont blanchir » explique Didier Mathieu, le coordinateur de la Fête de la Science pour la Lorraine et le responsable du planétarium d’Epinal. « Mais c’est une idée reçue ! Lors d’un soir de pleine lune, il n’y a plus de nuages, les températures baissent, ce qui provoque une rosée. Les gouttes de cette rosée sont composées d’eau oxygénée qui pourrait être à l’origine du blanchissement du linge. La pleine lune n’est pas en cause dans ce phénomène ! » Car dans un monde où la science et l’information sont partout et se propagent à la vitesse de la lumière, la Fête de la Science veut donner au public les clés pour les comprendre et les analyser à leur juste valeur.

« Le plus important, ce sont les actions »

Du 6 au 14 octobre, plus de 600 rendez-vous scientifiques et ludiques seront proposés dans tout le Grand Est pour observer, expérimenter, questionner et échanger. Des scientifiques, des chercheurs, des enseignements et même des industriels iront à la rencontre du grand public pour faire découvrir la science, ses avancées, ses applications dans la vie de tous les jours. « Le plus important, ce sont les actions qui sont mises en place. Par exemple, une association dans un village des sciences qui va parler de la science des pommes ou une autre qui va sensibiliser le public à l’importance de l’astronomie » appuie Didier Mathieu. Au programme donc : des villages des sciences, des parcours scientifiques, des visites guidées, des conférences, des ateliers, des animations… pour réunir petits et grands, amateurs et professionnels dans une ambiance conviviale.

Pour la région Grand Est, l’ambassadrice de cette édition 2018 est Frédérique Pelsy, généticienne spécialiste de la diversité génétique de la vigne et directrice de l’unité de recherche INRA-Unistra « Santé de la vigne et qualité du vin » : « C’est une biologiste qui fait beaucoup pour la diffusion de la culture auprès du public » souligne Didier Mathieu. Enfin, la région reconduit le projet « la science se livre ! » alors duquel bibliothèques et médiathèques (re)donnent au livre son importance en matière de sciences et techniques : « C’est une façon de réhabilité le livre. Au jour où l’on parle du numérique, il est important de rappeler qu’il y a de la science pour tous les niveaux dans la littérature, dans les bandes-dessines, dans des livres plus pointus… » Avec 71 000 visiteurs l’année dernière, la Fête de la Science dans le Grand Est espère accueillir encore plus de monde avec ce thème des idées reçues qui nous concerne tous : car, qui n’est jamais tombé dans le panneau d’une « fake news » au moins une fois dans sa vie ?

3 questions à Didier Mathieu

Coordinateur de la Fête de la Science pour la région Lorraine

Parlez-nous du thème de cette édition 2018.

Le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation est parti du constat qu’une « fake news » ou « idée reçue » faisait très vite le tour du monde alors qu’une vérité passait inaperçue. Mais qui est le mieux placé pour casser les idées reçues ? La science entre autre ! Elle permet d’avancer des choses pour apporter au public des connaissances ou en tout cas, de donner les clés pour que chacun puisse se faire sa propre opinion sur l’information, décidé de son authenticité ou non.

Comment se coordonne la Fête de la Science au niveau régional ?

Nous avons vraiment un rôle de coordonnateur, c’est-à-dire que nous centralisons les événements : nous transmettons une philosophie, puis nous essayons de rassembler et fédérons les projets (quand c’est possible) pour les amener à travailler ensemble, nous nous occupons aussi de l’affichage régional. Nous sommes les représentants de ce qui se passe dans la région sur le plan national. Nous sommes comme un chef d’orchestre, sauf que la mélodie est jouée par les actions mises en place. Il y en aura 271 sur la Lorraine cette année.

Finalement, quel est l’objectif de la Fête de la Science ?

Il est de populariser la science ! Elle permet de s’appuyer sur des gens qui avancent un savoir sans être dans un dogme. C’est-à-dire que le scientifique se remet en question et peut avouer qu’il a eu tort à un moment donné. La science est partout : des vêtements que l’on porte, à des mini-événements qui surviennent dans notre vie quotidienne… Certains diront qu’il est inutile d’avoir des explications sur tout mais la science apporte un état d’esprit critique (et positif !) qui nous élève intellectuellement et qui nous protège, quelque part, des « fake news » aussi.

Fête de la science, demandez le programme !

Dans les Vosges

Mini village des sciences

Les 13 et 14 octobre, la ville d’Épinal accueille un village des sciences entièrement animé par des élèves de primaire et de collège des établissements alentours. Au programme : séances de planétarium, activités scientifiques, découvertes des astres… « Cet événement est d’autant plus important qu’il a été réalisé par des enfants en Zone d’Education Prioritaire qui ont mis toutes leur énergie pour proposer ce village des sciences ! » détaille Didier Mathieu.

Conférence scientifique décalée !

Le planétarium d’Epinal et le festival Les Larmes du Rire s’associent pour fêter ensemble la Fête de la Science dans une conférence décalée à apprécier le vendredi 12 octobre au Centre des Congrès d’epinal. Auteur, acteur, metteur en scène et géographe, pour cette nouvelle Cartographie, Frédéric Ferrer mène cette fois-ci l’enquête sur l’avenir de l’espèce humaine. Conférence sur nos possibilités de vivre ailleurs, sur le paradoxe de Fermi, l’équation de Drake et les petits hommes verts…

En Meuse

Tout sur les matériaux biosourcés !

À Verdun, un parcours scientifique ouvre à tous vise à impulser la création d’une filière locale autour des matériaux biosourcés, du 10 au 13 octobre. Toujours sur ce même thème, un café-science aura lieu le 12 octobre de 20h à 22h au bar Le Rallye Etc… pour combattre les idées reçues sur les matériaux biosourcés.

Itinéraire des sciences

Il s’agit d’une manifestation à destination des élèves du primaire. Des ateliers scientifiques seront proposés aux élèves dans quatre écoles de Thionville et Yutz. Parmi ces ateliers, les élèves pourront s’initier à la chimie, aux illusions d’optique, à l’observation des petits animaux, ou encore apprendre à connaitre les abeilles, leur intérêt pour l’environnement et pour l’Homme.

En Moselle

Village des sciences

Le campus Bridoux de Metz se mobilise pour la fête de la science du 12 au 14 octobre ! « Le campus devient une usine à science où tous les étudiants sont impliqués et toutes les salles investies ! C’est l’excellence ! » explique Didier Mathieu. Une quarantaine d’animations et d’ateliers seront proposés aux étudiants et au grand public qui pourront aller à la rencontre de chercheurs, ingénieurs et autres  enseignants. Air Lorraine sensibilisera les enfants à la pollution de l’air et principalement à celle qui occupe nos maisons, Toutes les 30 minutes, grâce au planétarium Sirius, le public pourra découvrir le ciel du soir en se promenant parmi les constellations et les légendes qui peuplent le ciel ou encore un atelier expliquera comment transformer une pièce de 1 centime en pièce d’or !

Tous à l’U4 !

Au programme à Uckange : stands, ateliers, animations avec des expérience de chimies, les lois de l’optique, des mesures de la radoactivité, des parcours pieds nus… Les visiteurs pourront aussi profiter du spectacle « Les mystères du fer » par la compagnie CollapsArt mais aussi de visites guidées du Parc du haut-fourneau U4 pour comprendre le fonctionnement de l’usine et saisir à travers les témoignages des guides de Mécilor la vie de l’usine dans ses dimensions techniques, historiques et surtout humaines.

En Meurthe-et-Moselle

Villages des sciences

À Dombasle, les 5 et 6 octobre, douze ateliers seront à découvrir allant de l’astronomie à l’écologie.

Les 12 et 13 octobre, la Fac des Sciences de Nancy, sur le campus des Aiguillettes, accueillera leur traditionnel village des sciences avec, au programme : les différents états de l’eau, de la cryptographie et algorithmique débranchées, la transmission d’énergie sans contact, des observations du spectacle microscopique de l’organisation des atomes pendant le passage du liquide au solide, des jeux sans ordinateur pour découvrir des notions au cœur de l’informatique, en parlant algorithmes, codage, et plein d’autres choses !

Idées reçues sur les plantes

Le jardin Botanique Jean-Marie Pelt ouvre les portes au public pour la Fête de la Science avec différentes animations, ateliers et jeux, pour discuter avec les visiteurs des idées reçues sur les plantes. Par exemple : les plantes ne bougent pas, toutes les plantes ont des fleurs, les racines sont toujours sous la terre, les plantes dépolluent votre maison, les plantes carnivores mangent du beefsteak… Des exemples concrets seront donnés aux visiteurs, prenant appui sur les collections du jardin botanique. Visites guidées, animations et ateliers pédagogiques seront proposés, pour un public familial. Les actions de médiation seront basées sur les collections botaniques du jardin (collections vivantes et herbiers).

Programme complet de la Fête de la Science sur fetedelascience.fr et #FDS2018

Publi-reportage • Photos © iakovenko/123RF, 
Alex Serban - www.3puncte.ro, choreograph/123RF, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire