Consultez les derniers articles
Le Festival international du film fait son cinéma !

Le festival international du film de Nancy promet cette année encore de jolies surprises. Du 24 août au 2 septembre, focus sur les pays des Balkans.

Pour la troisième année consécutive, le photographe britannique David Stewart illustre gracieusement l’affiche du rendez-vous cinématographique de l’été. Cette photo « Cabbage Head Side » appartient à la série « Cabbage » de 1995 au cours de laquelle Stewart réalise et produit un court-métrage, par ailleurs diffusé lors du festival international du film de Nancy. L’expression décalée du personnage invite le spectateur à venir découvrir et à échanger sur ce qu’il voit ou perçoit.

Cette entrée en matière laisse imaginer une 24e édition riche en découvertes. En tout, l’association AyeAye VO a reçu plus de 3 000 courts-métrages et 300 longs métrages pour sa sélection officielle. Du 24 août au 2 septembre, une centaine de films seront projetés, courts et longs, de fiction ou de documentaire.

Sélection nationale, nouveauté 2018

Reconnu comme le seul festival généraliste dans l’est de la France, le FIF Nancy offrira des séances de projection en salle (Théâtre de la Manufacture, Institut Européen du Cinéma, Conservatoire de Nancy, Goethe Institut, Caméo Commanderie, salle Sadoul) et en plein air, sur le site de la Manufacture. « Notre volonté est de présenter au public des films que nous n’avons pas l’habitude de voir ou que nous ne pouvons pas voir ailleurs » souligne Toni Glamcevski, le président de l’association. La sélection officielle « sous les étoiles » promet donc des découvertes étonnantes, intrigantes ou encore émouvantes. Toutes les projections seront précédées d’un court-métrage. D’ailleurs, pour sa compétition de films courts, l’association a retenu près de 50 films, répartis en plusieurs sélections : internationale, Grande Région, labo (films expérimentaux), zizz « la plus appréciée du public avec des films décalés » et la nouveauté 2018, la sélection nationale. Comme chaque année, un jury de professionnels décernera les différents prix.

Thématique des frontières

Cette édition 2018 mettra en lumière la nouvelle vague de cinéastes des pays des Balkans. « Nous l’avions déjà fait il y a 8 ans, avec une rétrospective du cinéma de ces pays. Aujourd’hui, nous misons sur la nouvelle génération post conflit Yougoslave. » Mais pas seulement. « La deuxième thématique est les frontières. Physiques d’abord, avec la montée du populisme et de l’extrémisme dans le monde, mais aussi avec les frontières culturelles qui sont perméables et les frontières que l’on se met dans nos têtes » explique Toni Glamcevski. Thématique qui pourra se retrouver de façon transversale dans plusieurs films sélectionnés. La sélection officielle de documentaires regroupe tous ces longs métrages, de grands réalisateurs européens : « L’esprit des Lieux » de Stéphane Manchematin mais aussi « Avec l’amour » du Macédonien Ilija Cvetkovski ou encore « L’éloge du rien » de Boris Mitic.

Le festival international du film propose également des tables rondes autour des pays des Balkans, une exposition « Les bobines de l’Est » qui s’intéresse à la présence de la région Grand Est dans le cinéma, des apéros-concerts, et des soirées after-film en plein air les 24, 25, 31 août et 1er septembre avec le DJ argentin DJ Pinchado. Neuf jours à la rencontre du septième art.

Programme complet : fifnl.com • Renseignements et réservations : 03 83 30 50 61 ou contact@fifnl.com • Page Facebook @FIFNL

3 questions à Toni Glamcevski

Président du Festival International du film de Nancy

Quelles sont les nouveautés de cette 24e édition ?

Il y en a deux. Nous avons ouvert cette année une sélection nationale dans la compétition de courts-métrages. Elle réunit les meilleurs films français que nous avons reçus. Aussi, nous avons mis en place un tarif unique par séance à 3.50 euros. Notre volonté est de rendre accessible le festival au plus grand nombre et nous espérons que le public sera au rendez-vous !

Vous mettez également un point d’honneur à ouvrir le festival au jeune public.

Oui, grâce à notre sélection jeune public qui se découpe selon les tranches d’âge, les enfants sont invités à participer au festival. Un jury lycéen décerne également un prix pour les courts-métrages de la compétition internationale. Au sein de notre association, nous travaillons avec les établissements scolaires et centres sociaux, tout au long de l’année, lors d’ateliers d’éducation à l’image. Et il ne faut pas oublier que nous organisons aussi, tous les ans, le petit frère du FIFN : le festival de la Petite école du film court.

Pourquoi avoir choisi de mettre l’accent sur les pays des Balkans ?

Les choix des focus ne se font jamais par hasard. Nous nous appuyons sur l’actualité. Nous sommes dans une ère post conflit Yougoslave et nous voulions mettre en lumière la nouvelle génération de cinéastes de ces pays-là. Ils évoquent des sujets de sociétés, ils ont été les témoins des conflits… Et ça donne des co-productions très intéressantes comme par exemple des films grec et macédonien ou serbo-croate que l’on présentera au festival. Propos recueillis par Pauline Overney

Publi-reportage • Photos © Association Aye Aye VO, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire