Consultez les derniers articles

La Manufacture soigne sa mise en scène !

La Manufacture a dévoilé sa nouvelle programmation 2018/2019 : quatre artistes associés, des partenariats, des créations et des classiques au menu.

Après une saison 2017/2018 marquée par un virage numérique et un succès incontestable pour le Festival #Ring (11 000 entrées !), le théâtre de la Manufacture propose une nouvelle programmation toujours plus riche en nouvelles propositions et résolument interactive avec le public. Dès le 15 septembre, en partenariat avec les artistes associés, la Manufacture ouvre ses portes pour présenter la nouvelle saison et aussi proposer des visites du théâtre, un théâtroweb « Peut-on encore fumer à la Manufacture ? » de Raphaël Gouisset et une initiation à la pratique théâtrale. La soirée se poursuivra en musique avec 60 musiciens du Royal Royal Orchestra, tirés au sort, qui devront interprétés, à leur façon un répertoire imposé !

Entre sujets de société et « robolution »

Cette année, quatre artistes associés viendront présenter leurs créations : le collectif Le Grand Cerf Bleu, d’abord, courant novembre, avec « Jusqu’ici tout va bien ». « C’est lors d’un repas de noël en famille. La scénographie montre le côté salon, où les faux semblants vont bon-train et le côté cuisine où les langues se délient » explique Jean Balladur, le directeur adjoint de la Manufacture. « C’est à la fois drôle, décapant et tendre. » Puis, Marion Aubert proposera « Les juré.e.s » en janvier où elle s’attaque à un fort sujet de société : les attentats de Charlie Hebdo et le procès suite aux caricatures de Mahomet. Fin février, place à Raphaël Gouisset, déjà repéré dans le spectacle « WorldWideWestern » présenté à Ring, qui viendra avec « Robots », une création portée sur plusieurs univers numériques et sur une réflexion autour de la « robolution ». Enfin, Marcel Bozonnet, le quatrième artiste associé, proposera en mars une création réalisée avec Michel Didym (le directeur de la Manufacture) « Voyage en Italie » qui sera mêlée à des extraits des Essais de Montaigne. Chaque artiste aura une « carte blanche » où ils animeront des ateliers ou des échanges avec les spectateurs.

Passerelles entre les arts

« L’objectif de nos partenariats est de créer des passerelles entre tous les arts : le théâtre, la danse, la musique… » souligne Michel Didym. Ainsi, le théâtre présente, dans le cadre du festival Michtô, la compagnie Les 26 000 Couverts : « Ils sont une vingtaine sur le plateau. Ils se moquent du théâtre, des résidences, des critiques, d’eux-mêmes. C’est réglé au millimètre, c’est drôle et novateur » insiste Jean Balladur. Michel Didym mettra en scène un opéra du compositeur Giorgio Battistelli, qui a également adapté le texte de l’auteur italien Stefano Massini, dans un « opéra syndical » intitulé « 7 minuti » présenté à l’Opéra National de Lorraine. Au CCAM de Vandoeuvre, l’univers de Samuel Beckett sera mis à l’honneur avec « Oh ! » mis en scène par Virginie Marouzé qui rassemble, dans le cadre d’un DASAT (Disposition d’Accompagnement par un Service d’Aide au Travail) artistique des acteurs en situation de handicap mental et psychique. Les spectateurs auront également le plaisir de retrouver Jean-Michel Ribes dans « Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes » pour la suite de leurs aventures. Et comme les classiques sont toujours très demandés à la Manufacture, seront à l’affiche cette année : « Tempête ! » de Shakespeare mis en scène par Irina Brook ainsi que « Les Chaises » pour réapprendre à percevoir l’œuvre de Ionesco sous un nouvel angle. La saison se finira en beauté avec Mathieu Bauer et son « DJ Set (sur) Écoute », un concert-conférence sur les bandes sons de nos vies.

Programme : theatre-manufacture.fr • Tarifs et réservations : 03 83 37 42 42

Publi-reportage • Photos © Gaëlle Simon, Giovanni Cittadini Cesi, 
Laurie Sanquer, Eric Didym, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire