Consultez les derniers articles
Yvan Vivin, la recette du succès

Quand en 1987, Yvan Vivin ouvre sa sandwicherie Made in France c’est pour proposer une  alternative au burger. Des sandwichs faits avec du vrai pain et des ingrédients frais et savoureux. Vingt-cinq ans plus tard  « Made in France » est une institution et l’enseigne devenue franchise, une success story . Rencontre avec le pilier du sandwich à Nancy !

Direct, chaleureux, affable, Yvan Vivin, nous reçoit dans son établissement de la rue St Epvre, « l’historique ».  Celui qu’il a ouvert, en 1987 à l’âge de 22 ans, avec son amie et associée des débuts, Arielle Wittner, alors qu’il était le pilier du RC Strasbourg « avec Made in France nous voulions proposer  une alternative aux jambon-beurre que l’on trouvait dans les bars et aux fast-foods qui en étaient à leur débuts. Il n’y avait à l’époque qu’un Mac Donald et un kebab à Nancy. L’idée était de proposer des sandwichs fait avec du « vrai pain et c’est d’ailleurs la seule chose qui n’a pas évoluée ! » Et cette alternative prend la forme de sandwichs préparés avec des ingrédients frais, de qualité et biens de chez nous. « Le nom de l’enseigne s’est imposé de lui-même : Made in France,  pour proposer un sandwich avec un pain traditionnel, de la bonne viande, des fromages qui ont vraiment le goût du fromage et un accompagnement de qualité et large. » Des recettes élaborées par le patron et approuvées par la famille et les amis, les classiques France Burgers, le Big Boss, les sandwiches de saison, les sauces « bien de chez nous », les frites maison. De la « street food » avec un supplément d’âme.

Authenticité et liberté

Le succès est très vite au rendez-vous attirant tout d’abord les étudiants puis une clientèle diverse et fidèle en témoigne l’impressionnante queue qui se forme matin et soir devant les portes de ses établissements. La marque est déposée dès 1992 et en 2000 Yvan Vivin transforme l’essai en ouvrant une enseigne à Strasbourg avec un copain de rugby. Suivront Vandœuvre-lès-Nancy en 2006,  Lille en 2007,  Houdemont en 2008, Saint-Dié, Metz et Québec en 2010. Quatre établissements dans l’agglomération nancéienne, une dizaine en France. La marque Made in France est maintenant devenue une franchise,  une ouverture à Bordeaux est prévue pour avril, une autre à Montpellier est en projet. La franchise, une nouvelle aventure, « c’est un nouveau défi, avec Arielle, nous connaissons bien et aimons notre métier, charge à nous de le transmettre. » De son passé de  joueur de rugby  il a gardé la  rigueur, la loyauté et l’esprit d’équipe, des amis devenus associés, des franchisés choisis et formé avec soin, « pour garder une forme d’authenticité, de liberté, nous ne sommes pas dans le monde des grandes franchises où tout est standardisé. » Le parcours n’a pas été facile, de la concurrence qui s’est développée « il y a des sandwicheries et des kebabs partout, mais c’est bien car cela nous pousse à nous renouveler et on a bien résisté ! » … à la crise de la vache folle  « nous n’avions que deux magasins à gérer à l’époque » … au passage à l’euro « nous n’avons pas augmenté les prix » et la crise ? « C’est sûr que l’on en ressent un peu les effets mais nos clients sont fidèles, ils savent ce qu’ils viennent chercher ; des sandwiches bien faits, qu’ils prennent le temps de déguster. » Du fast-food, certes mais avec la French touch !




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire