Consultez les derniers articles
Gé Pellini et son bestiaire élégant

Il a parcouru le monde avec ses œuvres monumentales mettant en mouvement des animaux robustes. Revenu à Nancy depuis plusieurs années, Gé Pellini ouvrira lui aussi son atelier de la rue Nabécor pour présenter au grand public les bêtes à cornes qui l’ont rendu célèbre.

Difficile d’imaginer que de telles œuvre monumentales puissent sortir de son atelier aux dimensions raisonnables. Plutôt bien rangé pour un repaire de création. Un deux pièces qui accueille son travail quand Gé Pellini n’est pas en déplacement. Avant un départ pour Saint-Paul-de-Vence ou Lausanne il vient faire une pause à Nancy, toujours flanqué de ses bêtes à cornes. Ses jeux d’animaux sont surtout des jeux de matières. Marbre, résine, aluminium, bronze presque tout y passe mais toujours selon un ordre bien précis : « Beaucoup de sculpteurs choisissent leur matière, se posent devant le bloc et commencent à tailler. Pour ma part, je commence toujours par des petits dessins, des esquisses et quand je sais ou je vais, je choisis le bloc de matière qui convient. »

DSC_0255

Sans jamais se lasser de son sujet, Gé Pellini pratique ce qu’il a baptisé le « Less is More ». Comprenez « moins c’est plus », un éloge du minimalisme. Depuis ses débuts, il trace ainsi sa route vers un art toujours plus épuré. « Il s’agit de faire simple, d’être juste, de se débarrasser des fioriture, et c’est surement ça le plus compliqué. »

Gé Pellini aime par dessus tout être compris. Il donne donc dans la simplicité. « Mes œuvres ne sont pas compliquées. Pour moi une pièce réussie est une pièce qui parle aux gens, sans qu’ils doivent se lancer dans des analyses alambiquées. Et quand une œuvre est plus abstraite, moins accessible, celles alentour entrent en résonnance et facilitent les choses ! »

Celui qui se fait rare dans sa ville, à part une présence fidèle au P’tit Baz’Art, aime ce rendez-vous des Ateliers d’Artistes. « Mon atelier c’est mon petit coin secret. Sans être un lieu public, j’aime l’ouvrir quand quelqu’un se pointe. Avec ce grand-rendez vous, c’est une belle occasion de faire des rencontres. »

Le reste du temps, il peut être à l’autre bout de la planète à créer in situ ses œuvres monumentales au Japon, en Moldavie, en Allemagne. Il récidivera bientôt au Symposium de sculpture de Morges en Suisse. Pendant onze jours, il donnera vie à une œuvre aux côtés d’autres artistes venus du monde entier, sous les yeux du public. Le thème qu’il a choisi est celui de la voile. Loin de ses cornes habituelles ? N’y pensez pas : « Une voile peut tout à fait prendre des formes de cornes, il suffit de tourner autour », explique Gé Pellini.

Les cornes sont donc toujours à ce point présentes dans son œuvre, qu’il s’est mis à en intégrer des véritables, de taureaux, dans certaines de ses créations. A chaque fois, du bloc de marbre noir de Belgique ou de Carrare, du bronze, de l’alu ou de la résine il fait surgir la bête qui sommeille. Cages ouvertes sans danger pour l’Ouverture des Ateliers d’Artistes 2015… 

Gé Pellini > 4, rue de Nabécor, Nancy. Plus d’infos sur gepellini.com




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire