Consultez les derniers articles
Quel mode de chauffage choisir ?

Il est primordial d’opter pour un système performant. On vous aide à trouver l’équipement le plus adapté à vos besoins.

Pour se chauffer à moindre coût, il n’y a pas de secret : il faut investir au départ. Si le prix d’achat peut en rebuter plus d’un, il sera en effet vite amorti grâce à un rendement élevé et à une facture allégée.

Or, d’après l’Ademe, c’est le chauffage au bois qui reste le plus économique. En la matière, mieux vaut d’ailleurs choisir les systèmes à granulés qui sont les plus efficaces. En tête de liste, le poêle est un très bon investissement puisque, moyennant un coût d’installation allant de 1 500 à 6 000 €, il vous offrira un rendement atteignant jusqu’à 90 % et limitera votre facture annuelle à quelques centaines d’euros. Tout aussi performante, la chaudière fonctionnant aux granulés de bois atteint entre 75 et 105 % de rendement selon l’Ademe. Bémol : comptez ici entre 4 000 et 10 000 € à l’achat.

Un rapport coût/efficacité variable

Dans la catégorie chaudière, les modèles à condensation à gaz ou au fioul offrent eux aussi de bons résultats avec un rendement estimé entre 89 et 92 % selon l’Ademe, le tout pour un coût initial raisonnable chiffré à moins de 5 000 €. Sachez toutefois que votre facture de chauffage passera dans ce cas facilement la barre des 1 000 € annuels…

À l’inverse, la pompe à chaleur géothermique et la chaudière solaire sont deux équipements qui assurent une addition très limitée à l’utilisation ! Revers de la médaille : leur prix d’achat est particulièrement onéreux puisqu’il dépasse allégrement les 10 000 €. Il faut donc être sûr de rester dans les lieux pendant de longues années pour rentabiliser cet investissement.

Des indices pour s’y retrouver

Afin d’aider les consommateurs à se repérer entre les différents systèmes de chauffage et parmi les modèles qui existent dans chaque catégorie, la législation impose aux fabricants d’utiliser des étiquettes énergie. Tout chauffage d’une puissance inférieure à 70 kW doit en afficher une. Seuls les chaudières à bois et les radiateurs électriques en sont dispensés.

Dans le détail, une première étiquette énergie s’applique aux générateurs de chauffage (chaudière à gaz, à fioul, électrique ou pompe à chaleur). Elle varie alors de A++ à G en fonction du niveau de performance de l’appareil. Mais attention, une seconde étiquette énergie combinée s’applique aux installations composées de plusieurs équipements. Dans ce cas, il s’agit d’informer le consommateur sur l’efficacité énergétique du générateur principal (comme une chaudière par exemple) et des autres dispositifs qui l’accompagnent, tels qu’un système de régulation, un ballon d’eau chaude ou des panneaux solaires.

Sachez enfin que certains signes de qualité permettent de repérer les matériels les plus performants. En matière de chauffage au bois, c’est notamment le label Flamme verte 6 et 7 étoiles qui garantit une haute efficacité énergétique et une pollution de l’air limitée. Zoé Pozini

À noter : retrouvez le guide pratique Se chauffer mieux et moins cher sur le site Ademe.fr
Photo © gettyimages, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire