Consultez les derniers articles
Les entreprises chantent l’opéra

Ils ont entre 18 et 26 ans et préparent leur avenir professionnel dans le milieu du spectacle lyrique. Depuis 2008, l’Opéra national de Lorraine a formé une quarantaine de ces derniers à travers son Centre de Formation des Apprentis (CFA) des Métiers des arts de la scène. Une formation en immersion qui créé des liens entre l’univers de l’opéra et le monde de l’entreprise. Ces liens, le CFA cherche à les renforcer pour ancrer son action de façon plus forte dans le territoire lorrain.

« Mets ton costume et poudre-toi le visage », chante Canio, alias Paillasse, dans Pagliacci de Leoncavallo. Derrière les rideaux rouges de l’opéra, sans maquillage ni paillettes, une foule de petites mains agit en secret et participe à la magie du spectacle : régisseurs de chœur, de scène ou d’orchestre, chargés de production ou de mission service jeune public, bibliothécaires de partothèque. « Jusqu’à présent, une majorité de ces professionnels se formait principalement sur le terrain.  Il y a un fort besoin de gens compétents dans le domaine du spectacle lyrique. Le CFA des métiers des arts de la scène permet à la fois à ces jeunes d’apprendre leur métier mais aussi à leurs maîtres d’apprentissage de transmettre leur expérience », explique Anne-Laure Exbrayat, directrice du CFA. En collaboration avec l’Université de Lorraine, une quinzaine d’apprentis sort du CFA chaque année avec une licence professionnelle en poche.

LM39-060 LM39-061

Un engagement pour soutenir l’art lyrique

Les apprentis construisent leur projet professionnel tout au long de l’année en ayant les deux pieds dans le monde de l’entreprise. Cette immersion est couronnée de succès : le taux d’insertion professionnelle dans le domaine lyrique s’élève à 76 %.
Unique en France, le CFA cherche à intégrer les acteurs locaux à son développement et assurer ainsi le soutien des entreprises locales au caractère innovant de son action. Le CFA a ainsi développé un réseau d’entreprises qui s’associe à l’activité du CFA en participant, entre autre, à son financement via la taxe d’apprentissage. Unique ressource du CFA, la taxe d’apprentissage est un impôt obligatoire payé par les entreprises en fonction de leur masse salariale, quel que soit leur domaine : industriel, commercial ou artisanal. Elle est divisée en deux parties : quota et hors quota. Les entreprises ont la liberté de choisir l’établissement de formation à qui elles souhaitent l’adresser.  Ainsi, en ciblant le CFA métiers des arts de la scène sur ces deux parties, elles valorisent une initiative lorraine et contribuent au rayonnement de cet établissement unique en France. Le CFA organise d’ailleurs, dans ce sens, de nombreuses rencontres afin de créer des liens privilégiés avec ces chefs d’entreprises et leur faire comprendre ce à quoi contribue leur soutien. « L’opéra est une infrastructure publique ouverte à tous et cela vaut aussi pour le CFA. Aujourd’hui nous avons une trentaine de sociétés partenaires que nous invitons régulièrement lors d’évènements spéciaux. Nous voulons leur montrer concrètement comment le CFA utilise la taxe d’apprentissage », note Anne-Laure Exbrayat.

LM39-062 LM39-063

Plaisir et partage

Des entreprises de tous bords, culturels ou non, participent à l’amélioration constante de la formation  des apprentis en finançant des conférences professionnelles ou l’acquisition de matériel pédagogique. Certaines connaissent et apprécient déjà les richesses de cet univers, d’autres le découvrent. Toutes mesurent l’importance de ce pôle d’innovation en Lorraine. Et si l’opéra est l’école de l’excellence, il aime aussi casser les codes et transformer la relation du public à la scène.  Lors d’apéro-concerts, les chefs d’entreprise jouent les petites souris et visitent de manière privilégiée la maison, de la scène aux coulisses. Le prochain rendez-vous entre ces professionnels en devenir et les entreprises partenaires du Centre de Formation de l’opéra se réalisera en janvier et sera organisé par les apprentis eux-mêmes. Car si le CFA est à l’initiative de ce réseau, il est largement accompagner par le soutien des apprentis conscients de la nécessité de l’engagement de ces acteurs dans le développement de leur centre de formation et désireux de partager leur passion. Mais l’échange n’est pas à sens unique. L’opéra aussi tient à faire un pas vers ces entreprises, comprendre leur activité et mieux les connaître. Au CFA des métiers des arts de la scène de Nancy,  le futur s’écrit dans la passion du partage.

En savoir plus et contact :
CFA Métiers des Arts de la Scène – Opéra national de Lorraine
1, rue Sainte Catherine 54000 Nancy • 03 83 85 33 20
cfa@opera-national-lorraine.fr • www.cfa-operaorchestre.fr
Publi-reportage



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire