Consultez les derniers articles
Vive le sport !

Basile a toujours été un peu balourd, mais quand il décroche enfin son mobile pour répondre à Sybille à 10 h du soir, celle-ci n’en croit pas ses oreilles : il s’est fait tacler à son entraînement de foot et lui répond des urgences du CHU ; double fracture de la cheville : c’est encore son co-équipier Norbert qui lui a fait le coup.

On est bien dans un accident de sport : il s’agissait d’un entraînement dans un club de foot, mais le problème est que les vacances prévues dans quinze jours sont compromises (rafting et parapente) et que Sybille n’y ira pas seule.

Heureusement Basile était licencié dans le club de foot où l’accident s’est produit et ce club est forcément assuré pour ce type de dommages sportifs, mais le plus souvent les garanties sont très limitées : il n’est pas certain que tous les frais que Basile devra engager seront remboursés P donc toujours faire du sport en lien avec un club.

Heureusement aussi que le club exige que tous ses adhérents soient couverts par une assurance sportive souscrite à titre personnel P donc toujours être assuré à titre personnel.

Une fois que Basile aura fait le décompte de tous ses frais et qu’il en aura demandé remboursement, si une partie seulement est prise en charge, il restera la voie de l’action en justice devant une juridiction civile, voire pénale (notamment si Norbert a commis son tacle volontairement) ; dans l’histoire de Basile il y a deux difficultés : Norbert est un ami (il le perdra) et l’entraîneur n’a pas relevé de faute de ce dernier (la preuve de sa responsabilité sera difficile).

Alors il est surtout efficace d’être bien assuré, plutôt que perdre ses amis du club !




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire