Consultez les derniers articles

Grimper aux arbres : sans tomber !

Les beaux jours étant revenus, les enfants me tannent pour que je les emmène faire un parcours accrobranche : c’est vrai qu’autour de Nancy, on a le choix.

Comme j’emmène leurs amis, je me demande quelle est ma responsabilité en cas d’accident.

Les « accrobranches » sont des parcours en hauteur où on évolue d’arbre en arbre, ils peuvent relever du champ sportif ou plus souvent de la réglementation des jeux récréatifs : dans le premier cas (rare), ces établissements sont soumis à une réglementation particulière et contrôlés par l’État.

En dehors de cette réglementation (ce qui est fréquent), l’engagement de l’exploitant peut se limiter à une obligation générale de sécurité : respect des principes de bon sens et de précaution.

La plupart du temps la pratique n’est pas accompagnée.

Pour les équipements utilisés en autonomie, il n’y a pas de réglementation spécifique.
Il y a des normes pour la construction, la maintenance, la surveillance et le secours existent mais elles sont d’application volontaire : les certificats de respect de ces normes sont affichés la plupart du temps.
Le personnel peut être muni d’un certificat de qualification professionnelle, mais il est aussi facultatif (le demander à l’accueil).

Si la pratique est encadrée.

Les pratiquants suivent alors pas à pas les conseils d’un instructeur.
Ce n’est que dans ce cas que l’instructeur qui vous accompagne doit être titulaire d’un diplôme professionnel sportif en rapport avec l’activité (alpinisme, escalade, canyonisme ou spéléologie) : ces diplômes sont affichés à l’accueil.

Donc, dans la plupart des cas la présence au sol de personnel d’information et de surveillance depuis le sol ne suffit pas à rendre la pratique encadrée.

Surtout s’ils sont mineurs, il faut donc conserver tous les enfants qui vous accompagnent, particulièrement ceux que l’on vous a confiés, sous votre surveillance permanente, car en cas d’accident, c’est vous qui serez responsable.




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire