Consultez les derniers articles
Ca bouge sur les bouteilles !

Les vins élaborés et mis en bouteilles étiquetées jusqu’au 30 juin 2013 seront commercialisés jusqu’à épuisement des stocks dans le cadre des dispositions en vigueur jusqu’au 30 juin 2012, celles que l’on connaît actuellement.

Depuis le 1er juillet 2012, donc pour les vendanges de cette année, les vins, champagnes et mousseux verront leur étiquetage mis en conformité avec le décret du 4 mai 2012 qui vise à éviter toute confusion dans l’esprit du consommateur : ce décret fait application, en fait d’une nouvelle réglementation européenne.
Le code utilisé pour remplacer le nom et l’adresse de l’embouteilleur, de l’importateur, du vendeur ou du producteur devra permettre d’identifier la commune de fabrication : en France, il s’agira du code postal précédé de la lettre F ;
L’étiquetage d’un vin ne bénéficiant pas d’une appellation d’origine protégée (AOP) ou d’une indication géographique (IGP) pourra être complété par un ou plusieurs noms de cépages, à l’exception de : Aligoté, Altesse, Clairette, Gewurztraminer, Gringet, Jacquère, Mondeuse, Persan, Poulsard, Riesling, Savagnin, Sylvaner et Trousseau.
Les noms des cépages représentant plus de 15% de l’assemblage du vin d’une AOP ou d’une IGP pourront figurer sur l’étiquette.
Les conditions d’utilisation de certaines mentions, telles que « château », « domaine » ou « mis en bouteille », « clos », cru », « hospices », sont encadrées, et les termes « appellation d’origine protégée » peut être omis pour les vins en AOP « Champagne », et « blanc de blanc » ou « blanc de blancs » sont réservés aux vins français exclusivement issus de raisins blancs.
Le décret encadre aussi les mentions des concours viticoles où une distinction a été obtenue ou une médaille attribuée à condition que le concours soit inscrit sur une liste officielle, et pour les seuls lots primés.
Il instaure aussi des nouvelles règles en matière de circulation des vins, de tenue de registres pour améliorer la traçabilité.
Certaines pratiques œnologiques sont proscrites comme le coupage entre vin blanc et vin rouge ou rosé pour produire un vin rosé (sauf vins mousseux ou pétillants) et les modalités de mise en oeuvre de certains traitements chimiques et de certaines méthodes d’élaboration sont encadrées.

A votre santé ! Mais avec modération…




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire