Consultez les derniers articles
Aux créateurs réunis

Un nouveau collectif à Nancy regroupe de jeunes artisans-créateurs. Ils veulent dépoussiérer les métiers d’art et démontrer leur modernité. Bienvenue dans le « design artisanal ».

Pour mieux aller à la rencontre du public, plusieurs artisans-créateur nancéiens, spécialisés dans les métiers d’art, design,  mobilier, tapisserie se sont réunis pour créer un collectif baptisé Be arti. Le but : être plus visibles et proposer leur travail lors d’événements toute l’année.

Ils se connaissaient tous. Ou presque. Chacun avait vu le travail de l’autre, vite fait, dans un salon. Tous de Nancy ou des environs, l’envie leur est venue de se rapprocher, de se regrouper. Leur nom : l’Atelier 124, Cozi Conception, L’atelier DM, Sacha, De Beaux matins.

bearti3-de-beaux-matins

Ils se qualifient d’artisans-créateurs. Un nom qui cachent plusieurs métiers en fait : designers, ébénistes, architectes d’intérieur, tapissier, photographe, créateur de luminaire. Ils ont pour point commun la passion de leur métier et l’envie de le faire connaître toujours plus.

Souvent dispersés dans leurs ateliers respectifs, les membres du collectif Be arti se devait de trouver un lieu fondateur unique : ils ont donc choisi de pendre une crémaillère dans un des ateliers, l’Atelier 124. Un premier événement qui mettait en situation comme dans un vrai appartement, leurs créations. Dans cette « maison témoin » de leur savoir-faire, c’était surtout l’occasion de rencontrer le public pour mieux expliquer : « L’idée est d’échanger et de partager dans la conception, mais également de promouvoir le travail des membres du collectif en mettant en scène des pièces décoratives et de mobilier actuelles et authentiques. Un cadre idéal avec en plus l’opportunité de rentrer dans l’atelier pour découvrir les différentes étapes de la création. C’est le moteur de notre initiative », explique Lise de l’Atelier 124.

Expos temporaires, insolites

Un endroit à eux, intime, plutôt que les salons et foires expositions traditionnelles : « Les visiteurs viennent surtout s’y balader et chercher de l’artisanat plus traditionnel. Nous avons tous conclu que nous ne rencontrions pas notre public dans ces lieux. Nous avons donc opté pour une autre solution », ajoute Delphine, tapissière d’ameublement, de l’Atelier DM.

Le collectif Be arti prévoit donc d’occuper des espaces « en transition ». On verra donc fleurir des expositions dans de beaux appartements, décorés temporairement entre deux locations, une péniche, une galerie, une vieille usine… ou mieux encore dans une boutique en ville, inoccupée pendant la période des fêtes (si vous connaissez une boutique entre deux baux, en centre-ville, ça les intéresse !)

portraitcollecti

photo de famille

A l’intérieur des ces lieux originaux, Be arti souhaite proposer des pièces de qualité autoéditées en petites séries ou en pièce unique ainsi que des solutions personnalisées à ses clients. « Nous pensons que la valeur d’un objet provient, au-delà de sa forme et de sa fonction, de l’histoire de celui-ci et de la relation qui a pu être établie entre le concepteur et l’acquéreur », détaille Lise. Du créateur à l’acheteur, un circuit court adapté à la création artisanale, voilà le résumé de l’ambition du collectif Be arti.

Héritage culturel

Des lignes pures et très graphiques, des rondeurs plus vintages, de l’ancien dépoussiéré et rendu moderne : tous les membres du collectif jouent avec les formes, les matières, les lumières. Mais à chaque fois naît un meuble, un fauteuil, un luminaire. L’initiative est aussi un joli courant d’air frais dans le monde de la création à Nancy. La plupart installés à Nancy, ces artistes revendiquent l’héritage culturel de la ville. « Il serait prétentieux de vouloir se comparer aux grands maîtres verriers, architectes de génies et designers visionnaires mais nous sommes enthousiasmés par le fait de faire vivre aujourd’hui ce bel héritage. »

Pour Be arti, les « métiers d’arts » véhiculent parfois une image passéiste, tandis que le mot design renvoie trop souvent à des procédés industriels. Le collectif entend montrer qu’il existe une forme de création contemporaine et propose de le qualifier de « design artisanal ». Du concret sous la beauté, la boucle est bouclée.

Plus d’infos sur be-arti.fr




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire