Consultez les derniers articles
Aqua-ostéopathie, les pouvoirs de l’eau

Mal au dos, aux muscles ou aux cervicales, mais réfractaire à l’idée de passer entre les mains, rudes, d’un ostéopathe ? Ce dernier se déplace à la piscine pour dénouer vos tensions en douceur.

Lostéopathie, thérapie naturelle visant à soulager manuellement les troubles fonctionnels du corps, séduit de plus en plus de monde. Habituellement, les praticiens manient leurs doigts de fées sur une table de massage, dans leur cabinet. Depuis une vingtaine d’années, ils travaillent aussi en milieu aquatique. On parle alors d’aqua-ostéopathie.

Comment ça se passe ?

Plongé à environ un mètre de profondeur dans une eau, souvent de mer, chauffée à 34 °C, le patient reste allongé sur le dos, flottant à la surface grâce au maintien de bouées posées stratégiquement sous les chevilles, les genoux ou la nuque. Les yeux fermés, il se laisse bercer par les vagues, se détend et accueille les soins du spécialiste dans de bonnes conditions. Le thérapeute exerce alors des pressions et des gestes précis sur les zones douloureuses, comme lors d’une séance d’ostéopathie traditionnelle. Beaucoup plus libre de ses mouvements que dans son cabinet, il se déplace facilement autour du malade et le manipule à 360° pendant trente à quarante-cinq minutes.

Aqua-osteopathie-une-seance-d-osteo-a-la-piscine-!

Médecine douce

L’eau, qui plus est de mer, est reconnue pour ses bienfaits relaxants sur le corps et l’esprit. Elle dénoue les tensions musculaires, articulaires mais aussi celles liées au stress. Détendu et les muscles relâchés grâce à la température élevée de l’eau, le patient se laisse manipuler facilement et en toute légèreté. L’apesanteur associée à la chaleur de la piscine procure des effets antalgiques qui rendent les mouvements de l’ostéopathe indolores. Les gestes, davantage assimilés à des massages, sont beaucoup plus agréables dans un bassin que sur une table. Les soins sont par ailleurs particulièrement recommandés aux femmes enceintes, aux sportifs en cours de récupération ainsi qu’aux individus atteints de troubles psychosomatiques ou souffrant de douleurs postopératoires. Ces séances sont généralement pratiquées dans des centres de thalassothérapie ou spécialisés en ostéopathie, et coûtent entre 60 et 100 € – non remboursés par la Sécurité sociale mais pris en charge par certaines mutuelles. Seule contre-indication, le bain prolongé est déconseillé à certaines pathologies infectieuses, ainsi qu’aux personnes blessées avec des plaies ouvertes et, bien sûr, aux phobiques de l’eau. Romance Lebeau




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire