Consultez les derniers articles
Consommer moins pour rouler plus

Jamais le prix des carburants n’a été aussi élevé. Et, réserve naturelle finie oblige, ce n’est pas près de s’arrêter. Au moment de prendre la route, pour s’alléger autant que possible la facture, il est important d’avoir en tête certaines astuces pour consommer moins.

Le budget carburant s’est considérablement alourdi ces derniers mois. Les prix à la pompe n’ont jamais été aussi hauts, que ce soit celui de l’essence ou celui du gasoil. Si l’on ajoute à cela des péages qui ne cessent de gonfler leur note, on obtient vite une charge quasi insurmontable pour la grande majorité des ménages, bien en prise avec les retombées de la crise. Alors, quand chaque sou compte, il est bon de se rappeler que notre consommation d’essence dépend en très grande partie de manière de conduire et de la façon dont nous avons entretenu notre véhicule.

Au volant

On l’apprend au moment de passer le permis de conduire et on a tendance à l’oublier ensuite : selon notre comportement au volant, la consommation peut varier de 20 à 30 %. S’il n’y avait qu’un seul mot à accrocher au rétroviseur (à côté du petit sapin senteur lavande), ce serait « souplesse ». Et la souplesse passe avant tout par l’anticipation. On laisse bien volontiers les accélérations fulgurantes et les freinages à la dernière minute aux personnes pressées (et fortunées) et l’on lit calmement la circulation pour éviter d’avoir à relancer son véhicule, manœuvre la plus énergivore. On ralentit donc bien en amont et on limite les reprises de vitesse. Plus votre vitesse est stable, moins votre voiture consomme.

La bonne gestion des passages des vitesses fera le reste. La règle est simple : il faut toujours engager le rapport le plus élevé possible tout en veillant à ne pas être en sous-régime (tout aussi énergivore que le surrégime). Dans les faits, on passe au rapport supérieur entre 2000 et 2500 tr/mn et on évite d’accélérer en descente en laissant la transmission nous entraîner à des allures légales.

Accessoires, chargement et entretien

Lorsque l’on parle surconsommation, on pense tout de suite à la climatisation. Si, en ville, l’association est justifiée (+30 %), sur autoroute elle l’est moins. À choisir entre ouvrir les fenêtres et mettre la clim, mieux vaut trancher en faveur de la seconde option. Bien sûr, s’il est possible de rouler les fenêtres fermées et la clim éteinte, alors le gain est maximal. Mais le mieux est l’ennemi du bien. Conduire en ayant chaud est dangereux.
En termes de chargement, il faut oublier le toit (bien veiller à enlever les galeries, même vides) et préférer le remorquage. Et côté entretien, il est vivement recommandé de respecter les échéances du constructeur et de surveiller impérativement la pression des pneus, qui ne doivent être ni sur ni sous gonflés (jusqu’à 5 % d’économie).

W. BAGG




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire