Consultez les derniers articles
Le mouton des Incas en Lorraine

Au cœur de la Meurthe-et-Moselle, le GAEC de l’Altiplano fait découvrir de véritables alpagas du Chili. Avec une laine rare de douceur.

Courcelles est un village de cent âmes typiquement lorrain, situé entre Epinal et Nancy. Son église Saint-Jacques, ses vestiges de l’ancienne chapelle Sainte-Catherine, sa mairie… et son élevage d’alpagas. C’est ici que paissent soixante-trois authentiques animaux aux origines d’Amérique du Sud. Bien acclimatés au climat de notre région, ils sont de vrais Lorrains, choyés par Mickaël et Christelle Mathieu, propriétaires de cette ferme polyculture-élevage. L’alpaga est un camélidé amérindien, de la même famille que le lama, la vigogne ou la guanaco. Pesant 9 kg à la naissance, il monte à un poids de 70 kg à l’âge adulte et peut vivre de 20 à 25 ans. Côté caractère, l’alpaga est réputé pour sa gentillesse, plus docile que son cousin lama. Habitant sur les hauts plateaux de la Cordillères des Andes, il est gardé par des bergers. Ceux que nous évoquons ici ont fait un long voyage.

ALTI 3

La belle histoire de l’Altiplano

Quand on 1989, Mickaël Mathieu, exploitant agricole à Courcelles, visite le Salon de l’Agriculture à Paris, il s’arrête devant un box où le regardent des alpagas du Chili. Le coup de cœur est là et le projet inédit qui se concrétisera cinq ans plus tard est lancé : amener ces animaux en Lorraine. En décembre 1993, 200 sont choisis sur place. Ils vont descendre de leurs 4000-6000 mètres d’altitude des sommets andins. C’est en mars 1994 qu’ils embarquent en avion pour un périple qui les mènera après plusieurs escales en France. Au final, onze mâles et dix femelles arrivent à Courcelles le 4 juillet 1994. Dix-huit ans plus tard, ils sont 63 à composer l’élevage de Mickaël et de Christelle, son épouse, laquelle a quitté son métier de préparatrice en pharmacie pour se consacrer à l’exploitation familiale. Brigitte Villaume fait aussi partie de l’aventure. Sans les ventes régulières d’alpagas à des professionnels pour la reproduction ou à des particuliers (on peut en faire un animal de compagnie à condition d’avoir un large espace de verdure), l’élevage de l’Altiplano compterait 200 pensionnaires ! D’une allure altière, l’alpaga est très doux au touché. Sa robe va du blanc au noir, en passant par toutes les nuances de brun et de gris cendré. La tonte biannuelle est toujours un moment très spécifique.

Parmi les autres animaux

Le GAEC de l’Altiplano est une ferme dans la tradition lorraine, aménagée dans une grange datant de 1769. Sur ces 130 hectares, les alpagas sont venus rejoindre d’autres animaux de la ferme. Si les alpagas originels ont forcément du faire preuve d’adaptation pour cohabiter avec des vaches laitières, des poules, des lapins, des chèvres, des canards, des cochons, des pigeons…, leurs descendants sont totalement à l’aise dans le décor fermier, partageant la vie de leurs congénères. Au fait, un alpaga, est-ce difficile à nourrir ? Pas du tout. Foin, herbe et broussailles lui suffisent. C’est un excellent débroussailleur. Avec de l’eau, vous ferez son contentement.

ALTI

La laine ultrafine

A Courcelles, le visiteur pourra se procurer pelotes, bérets, bonnets péruviens, paires de chaussettes, écharpes, ponchos en véritable laine d’alpaga. L’animal en produit 3 kg par an. Il s’agit de la laine la plus fine du monde, de 18 à 29 microns. Il faut 7 poils d’alpagas pour faire l’un de vos cheveux. Il en existe 22 couleurs. Laine thermique, celle d’alpaga protège du chaud comme du froid. A noter qu’elle est traitée par une filature professionnelle et artisanale avant d’être vendue à la ferme. Sa couleur est naturelle sans aucune teinture et son lavage se fait à la main. En cet hiver, voilà une jolie idée de cadeau à offrir ou à se faire soi-même.

Visitez l’Altiplano

Toute l’année, le public a la possibilité, sur réservation, de pousser les portes du domaine de l’Altiplano. Particuliers, touristes, public d’entreprise, scolaires, seniors, familles trouvent toujours une formule à leur convenance, de la visite de la ferme aux goûters qui ravissent toujours petits et grands

Plus d’infos : Gaec de l’Altiplano – 6 rue du Haut de la Maix – 54 930 Courcelles – Tél : 03 83 52 31 44 – Mail : ferme .de.laltiplano@orange.fr.



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire