Consultez les derniers articles
Le bon son

Le groupe nancéien Presidentinabox envoie de la pop-rock festive et joyeuse. Découverte de quatre jeunes musiciens au talent prometteur.

Formé voilà deux ans et animé par quatre étudiants nancéiens, le groupe Presidentinabox commence à faire connaître sa musique pop-rock dans le landernau artistique local et au-delà. D’abord les présentations : Mathieu Banchet, dit Matt (chant, guitare), Bastien Brisson (batterie) alias Bazy Be, Briac Petit (basse) dit Stiff, Clément Charpentier (guitare). On y ajoutera Romarik Jodin, qui fit partie du début de l’aventure. Tous passionnés de bons sons, devenus potes.

Un répertoire éclectique

Ils distillent dans les festivals, concerts, clubs et bars de Nancy mais aussi de Lorraine et d’autres régions une musique qui s’adresse principalement à un public de 15-20 ans, ce qui n’empêche pas un auditoire plus large de s’y intéresser. Le créneau des Presidentinabox c’est de faire de la musique festive, joyeuse et souriante. Lancés par l’Autre Canal, ils affichent de belles promesses pour l’avenir. Un premier album – éponyme – est sorti en avril 2011, présentant un patchwork sur des airs rock, pop, acoustique, hard, heavy, punk. Cet opus originel et original (autoproduit) dénommé « What’s this thing in my pants ? » laisse entrevoir quelques-unes des potentialités du jeune groupe qui évolue ensuite vers une musique pop-rock de transition qu’il transmet par un EP de 4 titres  – téléchargement libre et gratuit sur son site Internet « Make it your own », enregistré au MonStudio à Nancy et sorti en mars 2012. Depuis deux ans, ils ont pris part à diverses scènes du Grand Est : Punk Rock Show, Festival Ramdam, Nuit des IUT, Milonga, Vieux Moulin, Tremplin Jeunes, Unplugged Everywhere…

Une démarche professionnelle

Pour se promouvoir, les quatre musiciens ne manquent pas d’idées et d’énergie, faisant montre, déjà, d’un certain professionnalisme, tant dans l’approche artistique que dans les aspects essentiels de la communication et la recherche de partenaires. Ainsi, ils ont organisé leur propre concert en décembre dernier : le « Christmas Party Rock ». Tout récemment, ils viennent de décrocher une subvention projet jeune, qui va servir à structurer davantage leur action et baliser l’itinéraire de leur carrière naissante. Pour Mathieu (en 1ère année à l’IUT Charlemagne), Bastien (en 3e année de musicologie), Briac (Terminale S à Loritz), Clément (en 1ère année de musicologie), les projets ne manquent pas. Clairement, ils nourrissent de réels objectifs de développement, qu’ils expriment avec beaucoup de lucidité et d’envie. Car dans leur volonté de progresser, les Presidentinabox gardent la tête bien sur les épaules. Si leur musique envoie un son qui ne laisse pas indifférent, ils savent où ils veulent aller : création de supports de communication et produits dérivés pour faire connaître le groupe, recherche de salles où se produire, convaincre des partenaires afin d’obtenir des financements visant à l’achat de matériel.

Sur les routes de France

Côté scène, ils se produiront le 2 mai au Zénith de Nancy dans le cadre du Festival des Musiques Lycéennes (FML) puis à la Fête de la Musique dans un endroit à définir, car ils sont très sollicités pour cet événement. En été, août précisément, le groupe est appelé à faire entendre ses compositions universalistes lors d’une tournée dont les lieux seront définitivement arrêtées dans quelques semaines. Sur les routes de l’Hexagone, les Presidentinabox, auront là l’opportunité de faire mieux connaître leur musique. On les retrouvera en septembre au Private Party à Nancy, en novembre à Grenoble au gala INP. C’est certain, ces jeunes talents sont bien lancés. Au fait, pourquoi ce nom de groupe. Il y a là un rapport avec John Fitzgerald Kennedy et un renvoi à l’idée de liberté. Libres comme l’air, les Presidentinabox ? Retrouvez-les sur www.presidentinabox.com… et sur Facebook.




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire