Consultez les derniers articles
Monstres et folle compagnie

Des monstres, du karaté et de l’humour, voici les trois ingrédients d’une websérie nancéienne en préparation : Zone 42. Après la réalisation de trois épisodes pilotes, les créateurs de la série ont tenté l’aventure du financement participatif pour achever leur première saison. De quoi vous faire greloter de rire et gondoler de peur.

« S’il y a quelque chose de bizarre dans ton voisinage, qui vas-tu appeler ? S’il y a quelque chose d’étrange et que ça sent le roussi, qui vas-tu appeler ? ». Que celui qui n’a jamais chanté ce refrain jette le premier sort. Pour Thomas Desenne, l’initiateur du projet Zone 42, la référence de « Ghostbusters » a été déterminante. Sorti en 1984, le film d’Ivan Reitman marie avec génie des moments de terreur pure à ceux de franche rigolade. Mais deux séries mythiques vont aussi jouer les muses : Kaamelott et X Files. La première a révolutionné le paysage télévisuel par son écriture précise et rythmée. « Alexandre Astier, le créateur, n’est pas allé dans la facilité. Prendre la légende arthurienne et en faire une shortcom est un sacré pari ! Au départ, quand on écrivait les épisodes pilotes avec Bertrand Hance, on trouvait que ça ressemblait trop à Kaamelott. Tu peux t’en inspirer mais après il faut créer ta pâte », se souvient Thomas Desenne. Et pour X Files ? La série a bercé l’enfance du créateur de Zone 42 et l’a ponctuée de bonnes frayeurs, dissimulées derrière le canapé.

Zone de turbulences

Zone 42 est aussi, et surtout, un travail d’équipe. « Au début, j’ai commencé à écrire de mon côté. Je n’avais pas envie de déranger les gens ou de demander de l’aide. Mais rapidement je me suis aperçu que c’était un enrichissement », explique Thomas Desenne. Très vite, la websérie s’est ouverte à de multiples talents : comédiens, cadreurs, illustrateurs, photographes… Parmi cette bande, les interprètes des personnages principaux Bertrand Hance (Prof), David Renaudin (Ed), Maxime Chaillet (Stan) et Thomas Desenne (Wallace) campent avec délectation des héros malgré eux, légèrement stupides et carrément timbrés. « Dans les prochains épisodes de la première saison, nos personnalités vont être encore plus poussées. Il va aussi y avoir un loup-garou qui va bouleverser l’équilibre de cette petite communauté. Mais chut ! Je n’en dis pas plus », annonce Thomas Desenne. Entre Ed le craintif, Wallace le maboul, le mystérieux Stan et le mysanthrope Prof, le casting promet de belles surprises. Et, en toute logique, il échoit à ces quatre hurluberlus de combattre les monstres les plus féroces…

LM41-017 LM41-011 LM41-018

Monstrueusement participatif

Pour créer des créatures encore plus terrifiantes et améliorer la qualité, l’équipe de Zone 42 a fait appel à la générosité des internautes par le biais d’un financement participatif. Avant de se lancer, l’équipe a voulu tâter le terrain et organiser une séance de projection des trois épisodes pilotes. « Il n’y avait pas trop eu de réactions ; on pensait s’être plantés. Et puis six mois plus tard, on a reçu des messages du genre : ‘Alors c’était cool ! Quand voit-on la suite ?’ », note avec humour Thomas Desenne. Depuis, le Père Noël est passé et a exaucé une grande partie des souhaits Ulule de Zone 42. Cependant, Thomas Desenne et ses acolytes ont un secret espoir : « on aimerait bien que ce soit juste un point de départ et trouver par la suite un financement plus classique ». Le plus cruel est à venir. Le tournage des huit derniers épisodes de la saison ne commencera qu’en mars prochain. Il va falloir attendre avant de découvrir la suite des aventures barrés de Prof, Wallace, Ed et Stan !

Retrouvez le projet Ulule sur le site www.zone-42.fr (en construction) et les épisodes pilotes sur YouTube.
Bande son disjonctée
Zone 42, la websérie made in Lorraine, est aussi allée cueillir sa bande-son dans les productions musicales du coin. Les compositions du trio Dirty Work of Soul Brothers épousent parfaitement l’univers disjoncté de Stan, Ed, Prof et Wallace. Leur dernier album « Electric Work » est sorti en novembre 2014 et offre une plage sonore de rêve, finement rock’électrifiante et craquante comme un vieux 33 tours. Attention ! Vous n’allez plus contrôler vos mouvements !
http://dwosb.bandcamp.com/




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire