Consultez les derniers articles
Toul en lumières d’été !

Pour la deuxième année consécutive, le spectacle de son et lumière de Damien Fontaine sera projeté dans les jardins de l’Hôtel de ville. Mais bien des surprises vous attendent…

« J’ai accepté de poursuivre l’aventure, à la demande de la Mairie » commence le metteur en scène Damien Fontaine. « Mais nous avons pensé, ensemble, à la manière de renouveler de moitié le spectacle, de sorte à proposer quelque chose de novateur aux spectateurs. » Pour cette « Chambre des merveilles » deuxième version, la trame reste néanmoins inchangée : « Nous retrouvons toujours ce personnage intriguant, surprenant et mystérieux qui nous plonge dans l’antre de ce cabinet de curiosités. » Pendant 25 minutes, le spectateur découvre des éléments connus et moins connus, puisés dans l’Histoire et dans le patrimoine architectural et végétal de Toul. Au fil d’une dizaine de tableaux « le personnage saisit les différents objets et leur redonne vie. C’est un magicien, il nous plonge dans l’univers de chacun d’eux » poursuit Damien Fontaine.

Construction de la Cathédrale

Les mêmes périodes sont explorées, mais certaines ont été revisitées. À l’image de l’Antiquité Gallo-Romaine qui se matérialise via un grand jeu d’échec où chevaux et personnages imposants foncent vers le public. « Il y a également un tableau sur le jardin fantastique qui fait écho à la végétation de Lorraine avec ses chardons et ses mirabelliers. Je fais aussi un clin d’œil au loup, cette bête des Vosges, dont on entend beaucoup parler en ce moment ! »

Autre nouveauté : une séquence dédiée à la construction de la Cathédrale de Toul. Une scène mêlant réalisme et fantastique puisqu’on y retrouvera « des verriers, des menuisiers, des maçons, des personnages qui ont été filmés sur fond vert pour donner une impression de réel ». Captivant. Enfin, Damien Fontaine finit par une approche plus contemporaine de la ville avec un clin d’œil aux « graffitis » et au mouvement street art qui se développe en ce moment à Toul. « Finalement, ce tableau fait référence aux premières peintures des hommes des cavernes qui ont été les précurseurs de ces hommes modernes que l’on appelle les graffeurs » détaille-t-il.

Spectacle unique en son genre

Originaire de Nancy, cinq fois lauréat du Trophée des Lumières de la ville de Lyon pour ses créations monumentales dans le cadre de « La Fête des Lumières », réalisateur du plus grand spectacle multimédia jamais donné en Europe (au Parlement de Bucarest en 2014), Damien Fontaine est une référence dans le monde du mapping. Il a développé un savoir-faire unique où les technologies visuelles d’avant-garde se mêlent à l’intime de son propos. « Je me suis toujours intéressé à la projection d’images vidéo. Mais lorsque j’ai su que l’on pouvait projeter des images sur de la pierre, j’ai tout de suite été conquis. Le fait que les images puissent être un décor en perpétuel mouvement ou puissent se suffire à elles-mêmes, c’est fascinant ! »

Sa « Chambre des Merveilles », véritable rencontre émotionnelle avec l’architecture touloise, est loin d’être un spectacle de mapping traditionnel. « Grâce à la mise en lumière des jardins et de la roseraie en contre-bas, ma volonté est de transformer les visiteurs en spectateurs-promeneurs qui seraient enveloppés dans un cocon de lumière. » La tour de la Cathédrale, son intérieur ainsi que son grand vitrail seront également illuminés, de sorte à les intégrer parfaitement à la mise en scène. « La tour sera nappée et texturée. J’utilise des projecteurs de découpe pour surligner, accentuer un détail de son architecture si particulière. » Ce jeu de sons et de lumières donne un caractère unique et exceptionnel à la « Chambre des Merveilles » de Damien Fontaine. Une exploration dans l’Histoire du patrimoine toulois qui devrait séduire, une fois de plus, quelques milliers de curieux du 29 juin au 2 septembre prochain à la tombée de la nuit.

Du 29 juin au 2 septembre, du mercredi au dimanche à la tombée de la nuit • Renseignements : toul.fr et damienfontaine.com

Entretien avec Alde Harmand

Maire de la ville de Toul

Vous figurez, cette année encore, dans le guide « les 100 plus beaux détours de France » édité par Michelin. Comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

Nous y sommes depuis 2008. Tous les trois ans, nous avons une visite par un inspecteur du guide. Il faut savoir qu’aujourd’hui, 12 villes sont en attentes pour y entrer. Nous sommes notés via une grille d’évaluation. Ça nous permet, tous les ans, de nous améliorer, de voir nos points forts et nos faiblesses et de travailler. L’année prochaine, nous recevrons le congrès national des 100 plus beaux détours de France conjointement avec Commercy, ce qui est une très bonne chose.

Vous êtes dans le guide depuis 10 ans maintenant, quels sont les atouts de Toul ?

Toul a des atouts patrimoniaux : sa cathédrale gothique, le quartier Vauban, la vieille ville, le musée d’Art et d’Histoire… Rentre aussi en compte dans la notation le cadre de vie : nous avons des animations de plus en plus nombreuses chaque année. Nous mettons un point d’honneur à ce que notre ville soit la plus agréable possible bien sûr.

Le Jardin Du Michel a lancé avec brio la saison estivale. Un mot sur cette 2e édition sur les remparts de Toul ?

C’est une édition qui a très bien fonctionné puisqu’il y a eu un millier de visiteurs en plus que l’année dernière ! En tout, plus de 18 000 festivaliers ont fait le déplacement. Ça prouve que le JDM a trouvé une bonne place sur les remparts de Toul. Le site plait et nous attendons avec impatience la 3e édition !

L’un des rendez-vous incontournable de la saison estivale est le Festival Bach avec, notamment, la venue de Rhoda Scott.

Oui, il s’agit de la 9e édition du festival que l’on veut toujours plus accessible et ouvert au plus grand nombre. Sur 11 concerts, seulement 4 sont payants avec des tarifs très attractifs. Rhoda Scott nous fera le plaisir d’être avec nous le 8 juillet. Elle était déjà venue il y a 4 ans et elle avait rassemblé 1 500 personnes dans la cathédrale !

Le spectacle de son et lumière est aussi un événement phare de la saison. Comment s’est fait le partenariat avec Damien Fontaine ?

Nous avons tout simplement lancé un appel d’offres l’année dernière et la proposition de Damien Fontaine était celle qui nous correspondait le mieux. En plus, il est du coin et il est le plus grand nom du mapping actuellement ! Cette année, la moitié du spectacle sera renouvelée. Nous suivrons toujours l’Histoire de Toul mais nous commencerons par la préhistoire ce qui n’était pas le cas l’année dernière. Puis, la construction de la Cathédrale sera projetée sur la façade de l’Hôtel de Ville par exemple.

Chaque année, les visites de la ville séduisent un large public. Vous en animez une vous-même ?

Comme chaque année, je fais une visite nocturne de la ville qui se déroulera le 18 août. De nuit, on voit les choses tellement différemment ! Mais il y aura d’autres visites insolites comme avec une lampe de poche par exemple. Tous les samedis soirs, avant le spectacle, une compagnie théâtrale propose aussi des visites contées. Et, surtout, depuis 10 ans, ce qui fonctionne très bien, ce sont les « casse-croûtes de Quasimodo » où une troupe de théâtre emmène les visiteurs en haut de la Cathédrale pour partager un repas avec de bons produits du terroir et des vins de notre AOC.

Il y aura aussi le festival pyrotechnique le 15 juillet !

Cette année, le spectacle de pyrotechnie se fera sur la musique de Hans Zimmer. C’est un grand rendez-vous qui attire chaque année plus de 20 000 personnes.

Comment se porte le tourisme à Toul ?

Il est en constante progression. C’est pour cela que, chaque année, nous proposons des animations nouvelles, pour attirer les touristes, qui sont au rendez-vous. L’objectif est d’attirer les Lorrains, particulièrement les Nancéens qui, finalement, ne connaissent pas bien la ville de Toul alors que ce n’est qu’à 25 km !

Quelques surprises de 2019 peuvent être dévoilées ?

Il y aura par exemple Toul plage, une installation qui sera pérenne où il y aura des pédalos sur le canal, des jeux d’eaux pour les enfants, des espaces transats et détente… Et aussi une programmation anniversaire pour les 10 ans du Festival Bach. Propos recueillis par Pauline Overney

Rhoda Scott va faire swinguer Bach !

L’inauguration du 9e Festival Bach a attiré les foules le 15 juin avec un programme autour des Quatre Saisons de Vivaldi. De bon augure pour la suite !

« Il s’agit encore d’une programmation éclectique, de haute qualité et toujours ouverte à un large public. » Pascal Vigneron, le directeur artistique du Festival Bach, insiste : « Sur onze concerts prévus cette saison, seulement quatre sont payants, à un prix très attractif. » Un répertoire diversifié donc, entre œuvres populaires et programmes audacieux, cette 9e édition du Festival Bach reste l’un des événements incontournables de la saison estivale de la ville de Toul. Notamment avec le retour de Rhoda Scott, le dimanche 8 juillet à la Cathédrale Saint-Etienne pour un concert gratuit « Swing in Bach » en compagnie de Pascal Vigneron. « Lors de ce concert, il y aura son orgue Hammond et un tout nouvel orgue « virtualiste » que je viens de faire construire, unique en Europe. » Ce nouvel orgue permettra de faire rayonner le festival dans des villes où il n’existe pas d’orgue. La grande figure du jazz Rhoda Scott, qui avait attiré 1 500 personnes il y a 4 ans, devrait rencontrer un succès similaire pour son retour lors d’un concert qui promet de swinguer !

Concerts jeune public

Cette nouvelle programmation voit aussi la venue de Jean Guillou le 16 septembre, toujours à la Cathédrale. « Il est le plus grand organiste vivant au monde actuellement » souligne Pascal Vigneron. L’artiste présentera « L’offrande Musicale BWV 1079 » lors d’un concert également gratuit. « Il n’y aura pas que de l’orgue lors de ce festival. Il y aura également du piano, du violon… » Rendez-vous par exemple avec Vnh Pham, à la Collégiale Saint-Gengoult le dimanche 9 septembre pour un concert intitulé « Le violon de Johann Sebastian Bach ».

Depuis quelques années, le Festival Bach s’ouvre à un jeune public pour proposer des concerts à destination des scolaires : « Les enfants sont ravis ! On leur propose des choses accessibles mais un peu pointues aussi. Ils ont par exemple assisté à une projection d’extraits du film Amadeus et, ils ont pu entendre, au concert, ce qu’ils avaient entendu dans le film » explique Pascal Vigneron. Accompagné de Brigitte Fossey, ils présenteront « Il était une fois Johann Sebastian Bach », un conte musical créé par le directeur artistique du festival le 27 septembre prochain.

Forte d’être en possession d’un grand orgue restauré, d’une qualité acoustique exceptionnelle, la ville de Toul met un point d’honneur à faire rayonner le Festival Bach. « L’année dernière, le Festival a rassemblé plus de 6 000 spectateurs » conclue Alde Harmand, le Maire de Toul.

Programme complet : toul.fr ou bachtoulfestival.com • Renseignements et réservations : 03 83 63 50 47

Être à bon port à Toul !

Le Port de France de la ville de Toul, implanté au sein même des fortifications Vauban, est un véritable écrin de verdure et d’eau.

Depuis 2013, le Port de France de Toul a rejoint les 91 autres ports de plaisance français affichant le label « Pavillon bleu », cette bannière très appréciée par les plaisanciers qui cherchent un accueil de qualité pour leur séjour. Les ports de plaisance labellisés sont des lieux où la protection de l’environnement et du milieu aquatique est une priorité. À Toul, le Port a bénéficié d’une totale requalification : choix de matériaux naturels, forte végétalisation des espaces et intégration des liaisons douces. Il devient ainsi un poumon bleu, relié à la Ville et à son patrimoine historique. Les touristes ne s’y trompent pas : bateaux français et étrangers y font halte avec plaisir, pour quelques jours… ou quelques mois. Des expositions sont aussi proposées sur le thème de la faune et de la flore, des traitements des eaux ou de l’environnement.

Lors de la saison estivale, plusieurs animations sont prévues sur le Port pour les touristes en quête d’un peu de fraîcheur et de bons moments. Des concerts de musiques du monde par exemple, tous gratuits ! Sur scène, il y aura Kalifa Mougnou (percussions africaines) le 28 juillet, mais aussi ¿ Who’s the Cuban ? (salsa) le 4 août et Folk en Bœuf (musique celtique) le 25 août.

Concerts, guinguette et mini parc d’attractions !

Outre ces événements musicaux, le Port de France s’offre, comme tous les ans, quelques ouvertures nocturnes, de 18h à 22h, les 29 juin, 13 juillet et 17 août. Plus de 30 exposants accueilleront les visiteurs venus faire leurs emplettes estampillées locales à la lueur du coucher du soleil. Au menu : safran de Domgermain, vins des Côtes de Toul, bières du Toulois, miel de Toul, glaces et escargots d’Ochey, … Un régal !

Les 27 juillet, 3 et 31 août, place à une ambiance « guinguette » ! Avec son charme désuet, sous des guirlandes multicolores, la guinguette est un incontournable de l’été, à apprécier comme il se doit de 20h à minuit ! Enfin, les enfants ne sont pas en reste puisqu’un mini parc d’attractions « Festy-Park » prendra ses quartiers sur le Port jusqu’au 2 septembre, tous les jours de 14h à 19h. Pour profiter des belles températures d’été en famille ou entre amis, Toul n’a rien laissé au hasard !

Renseignements : 06 65 09 22 04 ou portdefrance@mairie-toul.fr

Agenda des animations estivales

Toutes les actualités sur toul.fr et facebook.com/Villedetoul

Spectacle « La Chambre des Merveilles » de Damien Fontaine

> Vendredi 29 juin à 22h45 : la première !

> Diffusion du 29 juin au 2 septembre, du mercredi au dimanche, à la tombée de la nuit

Festival Pyrotechnique 2018

> Dimanche 15 juillet à 22h45 sur le boulevard Artistide Briand – Site du Jardin du Michel

Concert gratuit

> Vendredi 6 juillet à 20h30, Laurent Lamarca, l’interprète du tube « Le vol des cygnes » sera en concert gratuit en plein centre-ville, à deux pas de la Place Ronde

Le Festival Bach

> Dimanche 1er juillet  à 16h : « L’œuvre d’orgue » à la Cathédrale Saint-Etienne avec Yeri Ahn

> Dimanche 8 juillet à 16h : « Swing in Bach » à la Cathédrale Saint-Etienne avec Rhoda Scott et Pascal Vigneron

> Dimanche 15 juillet à 16h : « Bach L’œuvre d’orgue » à la Cathédrale Saint-Etienne avec Lucile Dollat

> Dimanche 26 août à 16h : « Bach- Bach et Buxtehude » à la Cathédrale Saint-Etienne avec Marion André

Sur le Port de France

> Samedi 28 juillet à 20h30 : concert Kalifa Mougnou (percussions africaines, gratuit)

> Samedi 4 août à 20h30 : concert ¿ Who’s the Cuban ? (salsa, gratuit)

> Samedi 25 août à 22h30 : Folk en Bœuf  (musique celtique, gratuit)

> Les nocturnes du port, de 18h à 22h30 les 29 juin, 13 juillet et 17 août

> Les guinguettes, de 20h à minuit les 27 juillet, 3 et 31 août

> Le mini parc d’attractions, du 2 juin au 2 septembre, tous les jours de 14h à 19h

Des visites insolites

(Réservation obligatoire à la boutique de la Cathédrale : 06 15 06 85 64)

> Visites à la lampe de poche, à la cathédrale les 21 juillet à 22h30 et le 4 août à 22h et à la Collégiale Saint-Gengoult le 25 août à 22h

> Des balades à vélo : « découverte de notre patrimoine arboré » les 1er juillet et 12 août à 15h et « découverte des ouvrages fluviaux » les 7 juillet et 11 août à 13h30

> Le cimetière : les 22 juillet et 26 août à 17h

Pour les enfants

(Inscription au Musée d’Art et d’Histoire : 03 83 64 13 38)

> Atelier pour enfants âgés de 4 à 6 ans « je suis un tout p’tit artiste » : les mercredis matins 11, 18 et 25 juillet et les 1er, 8 et 22 août

> Atelier pour enfants âgés de 6 à 12 ans « je suis un artiste » : les mercredis après-midi 16 juin, 11, 18 et 25 juillet et les 1er, 8 et 22 août.

> « Atelier Timbré » pour enfants âgés de 8 à 12 ans : les jeudis 12, 19 et 26 juillet et les 2, 9 et 16 août

> « Ateliers de la Cathédrale » pour enfants âgés de 8 à 12 ans  les jeudis 12 et 26 juillet et les 9 et 23 août

Publi-reportage • Photos © Ville de Toul, DR




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire