Consultez les derniers articles
Sur la route du Cristal en Lorraine

Il est des régions où les traditions de Noël sont plus ancrées qu’ailleurs. Entre Alsace et Moselle, les Etoiles Terrestres – Meisenthal, Saint-Louis et Lalique -, trois sites verriers d’exception au cœur du Parc Naturel Régional des Vosges, vous invitent à vivre l’univers féérique verrier, paré de ses habits de Noël.

Il y a cinq siècles, quelques verriers nomades construisaient un four de fortune dans une vallée sauvage des Vosges du Nord. Peu prospère, la région offre toutefois aux maîtres-verriers les matières premières nécessaires à l’exercice de leur art. L’épais manteau de grès couvrant la contrée fournit en effet la silice, élément de base pour la fabrication du verre, et les forêts abondantes, le combustible. Ces pionniers allaient écrire les premières pages d’une aventure industrielle et artistique hors du commun qui perdure encore aujourd’hui.

Nichés dans des vallées mitoyennes, ces trois sites exceptionnels ont pris le parti de valoriser leurs épopées respectives sur les terres-mêmes qui les ont vus naître. Une occasion unique de découvrir la magie d’un patrimoine culturel et naturel préservé par la passion des hommes.

Les Etoiles Terrestres offrent donc une destination d’exception, sur la route du cristal en Lorraine, pour vivre les fêtes de fin d’année autrement. Et jusqu’au 23 décembre, un tarif unique de 9 euros pour les adultes et de 3 euros pour les enfants vous permettra de découvrir ces trois sites verriers afin d’en connaître toutes les spécifiés et d’en percer tous les secrets.

Programmation et renseignements : etoiles-terrestres.fr

Saint-Louis, depuis 1586

La Maison Saint-Louis se consacre dès 1829 à la seule production du cristal. Un savoir-faire ancestral mis en lumière lors des fêtes de fin d’année.

430 ans en cristal. Au fil du temps, la cristallerie Saint-Louis est devenue une référence dans le monde de la haute cristallerie. Aujourd’hui, la manufacture signe chaque jour des pièces en cristal – services, vases, lustres et candélabres – réalisées par des maîtres verriers et des maîtres tailleurs comptant parmi les Meilleurs Ouvriers de France. Tous sont détenteurs d’un savoir-faire irremplaçable, ancestral, enrichi de génération en génération : cristal soufflé bouche, taillé main, gravé et décoré à la main, à l’or 24 carats ou au platine. Les créations Saint-Louis sont connues dans le monde entier et attire chaque année de nombreux touristes. Comme cet immense lustre, l’un des plus grands au monde. Deux mois : c’est le temps qu’il a fallu aux artisans de Saint-Louis pour le réaliser. Dans les facettes de chacune des 3000 pièces de cristal qui le composent, on voit le jour, l’or ou l’éclair. Magnifique.

2 000 œuvres présentées

À l’occasion des fêtes de fin d’année, La Grande Place Musée Saint-Louis vous invite à vivre la magie de Noël. Ce musée est ancré au cœur même de la cristallerie. Le site est niché dans un écrin de nature préservé, classé « Réserve Mondiale de la Biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald » par l’UNESCO. Le dimanche 10 décembre, Kathleen Fortin, conteuse de la Compagnie Rebonds d’Histoires, plongera petits et grands dans la féérie de Noël en animant des contes venus du Québec, qui, comme le Pays de Bitche, possède une tradition orale riche en légendes et en mythes. Les enfants seront invités, eux, le 17 décembre, à réaliser des cartes de vœux en pop’up en s’inspirant des formes et des couleurs des pièces de collection du Museé avec Vincent Godeau, illustrateur diplômé de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg.

La Grande Place Musée Saint- Louis pourra être visité librement afin de découvrir les 2 000 œuvres présentées sur un parcours initiatique de 953 mètres qui témoignent d’un savoir-faire quatre fois séculaire. Une exposition « Arweider » est également à apprécier jusqu’au 8 janvier. Au pays des « Etoiles Terrestres », le verre et le cristal accompagnent la vie des uns et des autres au quotidien. Mais qui sont ces « Arweider » (travailleurs en Platt) qui manient la meule et la canne à souffler ? Les artistes Anne Delrez et Julie Luzoir sont allées à leur rencontre et on construit un projet participatif autour de leurs récits de vie. Enfin, des visites guidées de la manufacture seront proposées sous la conduite d’un guide expert. Il vous fera découvrir, entre autres, l’ensemble des métiers d’excellence qui ont fait la renommée mondiale de Saint-Louis et les collections contemporaines qui écrivent aujourd’hui la créativité et l’innovation de la Maison.

Informations : 03 87 06 40 04 saint-louis.com

Meisenthal roule des mécaniques

Tous les hivers, le prestigieux site verrier de Meisenthal rend hommage à la tradition et fabrique, selon des rituels ancestraux, des boules de Noël en verre.

Née en 1704 au cœur du pays de Bitche, la verrerie de Meisenthal est un emblématique site industriel lorrain. Un savoir-faire séculaire et une technique inégalable sont les atouts de Meisenthal qui vu naître l’Art Nouveau verrier avec Émile Gallé de 1867 à 1894. Mais en 1969, après plus de 260 années de fonctionnement, la verrerie ferme ses portes. Elle se sépare de ses 230 derniers salariés, laissant dans son sillage une sirène aphone, l’église noire de fumées et les souvenirs friables d’une aventure ouvrière désormais éteinte.

Mais l’aventure Meisenthal ne pouvait s’arrêter là. En 1992, le Centre International d’Art Verrier (CIAV) rallume un premier four de fusion dans un ancien bâtiment de la friche et porte depuis l’ambition de réinterpréter l’héritage technique verrier de son territoire. Composé d’une équipe de 17 salariés, le CIAV est un des trois acteurs du site verrier de Meisenthal (avec le Musée du verre et la Halle Verrière) qui attire chaque année de plus en plus de visiteurs, curieux de découvrir ce savoir-faire verrier de réputation internationale.

« C’est quand Noël ? »

Le CIAV perpétue une tradition mélangeant gestes ancestraux et questionnements contemporains : les boules de Noël en verre. Une aventure industrielle héritée de la verrerie de Goetzenbruck, un village voisin, qui produisait des boules décoratives réfléchissantes dès 1857. Dans les années 1950, plus de 200 000 boules étaient exportées à travers le monde. En 1964, la verrerie met un terme à leur fabrication, les plongeant dans l’oubli. En 1998, les derniers verriers vivants de Goetzenbruck transmettent les secrets du soufflage de leurs célèbres boules aux jeunes verriers de Meisenthal. Depuis, le CIAV produit chaque année les modèles traditionnels réédités auxquels s’ajoutent, des boules contemporaines conçues par des créateurs, des artistes, des designers.

Après Mix, Silex ou encore Fizz, la boule 2017 de Meisenthal répond au nom de Rotor. Créée par Hellène Gaulier et Gwénolé Gasnier, designers de l’Agence GG, Rotor évoque le temps qui nous sépare de Noël. Plus qu’une simple boule, les deux créateurs ont inventé toute une scénographie pour la mettre en valeur. Ils ont ainsi eu l’idée de l’inclure dans le premier « Noëlomètre », ingénieuse machinerie croisant calendrier de l’avent, instrument de mesure pendulaire et coucou suisse, fabriqué sur-mesure par l’Atelier Horloger de Morlaix et le CIAV. « On ne sait plus exactement qui est né le premier de la boule ou de la machine ! Nous avons pensé à ce temps d’attente et d’impatience qui précède Noël et nous avons été séduits par cette idée de “mécanique de noël”. L’idée de l’engrenage en verre et de la machine qui compte les jours qui nous séparent de Noël est arrivée assez vite et les deux sont devenus indissociables » explique Gwénolé. Comme chaque année, des milliers de personnes viendront assister au ballet des souffleurs de verre pour voir naître Rotor sous leurs yeux et pour pouvoir acquérir l’une d’entre elles.

L’unique « Noëlomètre »

Autour de la présentation de cette nouvelle boule de Noël, le site verrier de Meisenthal vous invite à partager l’enchantement de Noël et la magie d’un site, témoin d’un incroyable second souffle. Dans le cadre des Etoiles Terrestres, Meisenthal propose des démonstrations de soufflage de la boule Rotor jusqu’au 29 décembre. Dans la petite galerie, en face du Musée du verre, découvrez de plus près le « Noëlomètre », machine unique et extraordinaire faisant se rencontrer deux savoir-faire, dont Rotor est l’une des pièces-maitresse. Un film-documentaire et une exposition retraçant l’aventure de la création de la boule de Noël sont également présentés. Au Musée du verre, l’exposition « Mon beau sapin ! » montre une étonnante collection de boules anciennes en coton, perles, verre, papier, bois et métal représentant des décorations de Noël allemandes produites de 1870 à 1930. À Meisenthal, la tradition des boules de Noël, connue mondialement, fait rêver petits et grands en proposant le plus élégants des cadeaux de Noël.

Renseignements : 03 87 96 87 16 ou ciav-meisenthal.fr

Happy Cristal by Lalique

Né en 1860 à Aÿ en Champagne et décédé en 1945 à Paris, René Lalique est le fondateur d’une maison d’exception à Wingen-sur-Moder en Alsace.

« Je travaillais sans relâche (…) avec la volonté d’arriver à un résultat nouveau et de créer quelque chose qu’on n’aurait pas encore vu. » René Lalique a implanté sa verrerie en 1921 dans une région de tradition verrière. Il savait pouvoir y trouver la main d’œuvre qualifiée nécessaire à l’exercice de son art et profiter des mesures incitatives du gouvernement, qui cherchait à faire de l’Alsace et de la Moselle retrouvées, des vitrines de la France.

René Lalique engage des ouvriers spécialisés, verriers, tailleurs et graveurs, venant principalement des établissements proches, comme Saint-Louis ou Meisenthal. Il veille à pourvoir cette usine de toutes les ressources modernes, pratiquant avec le moulage, la technique du verre pressé pour les pièces massives et le soufflage à l’air comprimé. Ses créations peuvent être fabriquées en série, sans que ne soit jamais altérée la qualité esthétique ou technique du produit. Cette question lui tient particulièrement à cœur. Peu de temps après l’entrée en activité de la Verrerie d’Alsace, René Lalique déclarait : « J’estime que quand un artiste a trouvé une belle chose, il doit chercher à en faire profiter le plus grand nombre de gens possible. » Aujourd’hui, la maison Lalique développe des collections de bijoux et de parfums en parallèle de l’activité du cristal traditionnelle. Rééditions d’œuvres anciennes et créations contemporaines sont toujours produites par des verriers perpétuant le culte de l’excellence.

Univers féérique

Le Musée Lalique, créé en 2011, a pour ambition de faire découvrir la maison Lalique dans toute sa diversité, en mettant l’accent sur la création verrière. Faisant partie du réseau des Etoiles Terrestres, le Musée nous attire dans la magie de Noël au sein de son exposition « Happy Cristal ». Jusqu’au 7 janvier, les objets, qui ont entendu l’appel de la forêt, reprennent vie. C’est très naturellement qu’ils croisent le sapin, roi de Noël. Entre matériaux bruts et objets purs et lumineux, le contraste est saisissant mais harmonieux. C’est un univers quelque peu féérique qui s’offre aux visiteurs. Ici, un sapin suspend le temps et ruisselle de cristal, là des cygnes nagent sur un lac presque gelé… Aussi, chaque jour, une nouvelle case du calendrier de l’Avent s’ouvre et laisse apparaître un ou plusieurs objets en cristal.

Et pour vivre la féérie de Noël en famille, un atelier « complètement givré » est proposé le 16 décembre pour décorer un photophore ou une boule de Noël. L’occasion de s’initier à la technique du satinage, chère à Lalique.

Renseignements : 03 88 89 08 14 ou musee-lalique.com

Publi-reportage • Photos © Guy Rebmeister, Saint-Louis, R. Letscher - musée Lalique, MC Becker, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire