Consultez les derniers articles
Lorraine, fille aînée de la science

25 éditions déjà ! Destinée à favoriser les échanges entre les chercheurs et les citoyens, la fête de la science, qui se déroulera du 8 au 16 octobre est devenue une grande fille. Et son papa est un Lorrain, Hubert Curien originaire des Vosges. C’est lui, en tant que ministre de la recherche et de la technologie, qui lance en 1991 la première édition de ce qui deviendra une institution à destination du grand public. Une occasion de rappeler que la Lorraine reste en pointe dans le domaine, avec des laboratoires prestigieux et des sites de culture scientifique à découvrir…

Avec un père-fondateur vosgien, pas étonnant qu’au niveau régional, la fête de la science soit pilotée depuis deux ans depuis Epinal. C’est Didier Mathieu, responsable du planétarium, épaulé par Laetitia Grateau qui coordonne les innombrables événements programmés sur 8 jours et consacrés à la science ou plutôt à toutes les sciences.

350 rendez-vous différents en Moselle, Meurthe-et-Moselle, Meuse et Vosges dans des grandes villes mais aussi dans des petits villages. Toute l’année, l’équipe de coordination épluche les projets, les candidatures pour mieux les accompagner. Car si le domaine de la science est vaste, la labélisation est elle, très précise. Car chaque participant peut bénéficier d’un financement de la part du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. « Nous avons un rôle d’accompagnement, de recensement, de mise en place et de diffusion. Tout passe par un comité qui jugera selon des critères très précis déterminés par le ministère », explique Didier Mathieu.

07

Car il faut se rapprocher au maximum de la philosophie de la fête de la science : sensibiliser tous les publics aux grands enjeux scientifiques de demain et les rendre accessibles au plus grand nombre. «On a tendance à l’oublier mais la science est omniprésente dans notre quotidien, poursuit Didier Mathieu, cette fête de la Science est l’occasion de le rappeler mais c’est surtout un moment idéal pour apprendre en s‘amusant et de comprendre en échangeant ».

Nouvelle génération de scientifiques

« En France, notre société est encore trop peu imprégnée de cette culture scientifique grand public. Nous avons une image de la science très fermée, très technique, sélective et inaccessible quand la science était plus confidentielle. C’était vrai il y a quelques années, peu de scientifiques parlaient de leurs recherches. Aujourd’hui ce n’est plus le cas l’information scientifique est une des priorités des chercheurs et aussi la nouvelle génération est différente : ils apprennent dans leur cursus à expliquer, communiquer et partager leur passion pour leurs recherches », détaille Didier Mathieu.

image-61

Le thème choisi dans le Grand Est – car aucun thème n’est imposé par le ministère – est « Montrer comment la science construit notre avenir ». On découvrira donc beaucoup de choses qui tournent autour des nouvelles technologies, comme l’impression 3D… et même 4D, la réalité virtuelle et augmentée, les robots.  Mais cette science se penche désormais également sur l’écologie, la préservation de l’environnement. Et Didier Mathieu de citer l’exemple de la route qui contourne Vittel et passe au dessus de la nappe phréatique : elle a permis de développer un grand nombre d’innovations pour un chantier qui bat tous les records en matière d’investissement scientifique.

La nourriture de demain, l’énergie de demain, Didier Mathieu aime rappeler que la science est partout, en interaction avec les hommes et la nature.

img_2317

Cette année, le parrain de la fête de la science en France est Thomas Pesquet. Vous avez déjà sûrement aperçu ce jeune ingénieur aéronautique, pilote de ligne et spationaute dans les médias. Un physique de gendre idéal, mais surtout un sens de la communication sans équivalent, critère qui est entré en compte dans sa sélection. Dans quelques semaines, il s’envole vers la station spatiale internationale à bord d’un vaisseau Soyouz russe. Mieux que quiconque, il saura mettre des mots sur l’indescriptible, l’occasion de rappeler à quel point il est important de savoir parler de science autant que d’en maîtriser les règles. Et peut-être saura-t-il susciter des vocations…

Science + mode d’emploi = demandez le programme

Avec 350 événements programmés – animations, ateliers, expositions, débats, jeux…- la Lorraine est une des régions les plus en pointe en France pour célébrer la science. Difficile de faire un choix, encore plus difficile de présenter la totalité de la programmation. Entre village des sciences et portes-ouvertes des grands sites scientifiques, nous vous en proposons une sélection.

img_2442

Dans les Vosges / Jouer aux experts à Epinal

Expédition en laboratoire : De l’éprouvette à la scène de crime

Et si vous quittiez votre canapé pour découvrir l’envers du décor d’un laboratoire. Pour la fête de la Science, le laboratoire ANALYSIS vous ouvre ses portes pour découvrir les applications de la science depuis la fécondation in vitro jusqu’à l’expertise judiciaire. Au cours d’un circuit en 3 étapes (groupe de 10 personnes sur réservation), vous découvrirez les techniques pour réaliser les bébés-éprouvette ou conserver les embryons humains dans l’azote liquide. Vous pourrez observer des chromosomes au microscope et visualiser de l’ADN. Enfin, les techniciens en identification criminelle de la gendarmerie nationale seront associer aux experts d’ANALYSIS pour lever une partie du voile sur le monde de la criminologie depuis une scène de crime reconstituée aux investigations scientifiques en laboratoire.

Nombre de places limitées et réservation obligatoire. Laboratoire Analysis 11, rue de la Belle au bois dormant et 1, rue Léo Valentin à Epinal. Visite le vendredi 14 et samedi 15 octobre à 14h et 17h. 

img_5368

Dans les Vosges / Eau précieuse à Vittel

Grâce à un partenariat entre la Vigie de l’eau et le Planétarium d’Epinal, l’or bleu sera le fil conducteur de cette 25e édition de la fête de la Science à Vittel. Les scolaires auront la chance de pouvoir s’immerger dans l’une de deux répliques françaises de laboratoire de recherche sur l’eau (l’autre labo est à Marseille) et y réaliseront des analyses et des expériences sur la qualité de l’eau avec un matériel de pointe. Le grand public, lui, est invité à se questionner sur cette ressource fragile et indispensable à la vie. Avec l’exposition « L’EAUdicament ou les bienfaits de l’eau », vous découvrirez les interactions entre l’eau, nos organes et nos cellules. Cette exposition vous permettra de comprendre en quoi l’eau, molécule emblématique de la vie sur Terre a un rôle essentiel pour notre bien-être. Découverte garantie grâce aux ateliers de manipulation et  d’observation, aux maquettes et aux outils numériques. Grâce au dispositif Inner Space et dotés de lunettes 3D vous pourrez partir en immersion à l’intérieur de votre corps ou encore plonger dans un étang à la découvert des poissons qui le peuplent. Le planétarium proposera, quant à lui, des séances de planétarium à Vittel, grâce au planétarium mobile.

img_20151007_091200

En Moselle / Pompidou : l’art sous le regard scientifique

À l’occasion de la Fête de la Science, le Centre Pompidou-Metz s’associe à Centrale Supélec pour explorer les œuvres d’art par le prisme scientifique. Autour de l’exposition Musicircus, composée à partir d’œuvres phares de la collection du Centre Pompidou (Kandinsky, Chagall, Calder, Delaunay…), les étudiants apporteront un regard scientifique. Une façon de découvrir et de vulgariser les sciences utilisées – intentionnellement ou non – par les artistes pour composer les œuvres. Avec l’apport de vidéos, de maquettes interactives la visite sera pédagogique mais surtout ludique ! Des ateliers de manipulation scientifique en relation avec des œuvres musicales  et deux parcours scientifiques seront développés : « les mathématiques et l’informatique pour le traitement d’images et du son jusqu’au contrôle d’objets robotiques » et « la lumière pour le traitement de l’information ». Ça a l’air compliqué comme ça mais c’est plus simple qu’il n’y paraît. C’est promis, après cette visite, vous ne regarderez plus jamais une toile de la même façon !

Centre Pompidou Metz, les 12 et 13 octobre à 10h, 12h, 14h et 16h. Le 14 octobre à 10h et 12h. Plus d’infos sur centrepompidou-metz.fr

En Moselle / La science dans l’assiette à Metz

Programme riche et varié dans le village des sciences installé sur le Campus Bridoux à Metz. Plus de trente ateliers, des chercheurs, enseignants, ingénieurs et étudiants décodés à faire découvrir les sciences aux plus jeunes comme aux plus anciens… Dans ce programme foisonnant plusieurs animations et expériences misent sur le goût. « Banan’ADN » propose d’aller chercher des cellules de banane. En broyant un morceau de fruit vous aller pouvoir en extraire l’ADN. Cette expérience – complétée par un petit exposé illustré sur la banane, son origine et sa production – se terminera par une dégustation.  Banane encore, mais chimique cette fois ci : grâce à un atelier découvrez la chimie des arômes et des colorants alimentaires. A travers 3 expériences, l’atelier propose la synthèse d’un arôme, la surprenante séparation de 2 colorants et le secret de fabrication d’un bonbon à la banane sans banane. Un autre atelier vous propose de devenir incollable en « chimie de la salière et du sucrier ». Au programme, une série d’expériences faciles à réaliser pour étudier le sucré et le salé d’une substance. Enfin, bienvenue dans la cuisine du XXIe siècle avec l’atelier « quand les sciences s’invitent dans l’assiette ». Au menu, glace à l’azote à base de crème anglaise et boules de sirop. Oubliez le livre de cuisine de mamie, ici on parle des nouveaux tours de mains, forcément scientifiques, en cuisine. Sphérification, gélification, effervescence. Quand les molécules s’invitent en cuisine on ne demande qu’à goûter.

Campus Bridoux, rue du Général Delestraint à Metz

image-37

En Meurthe-et-Moselle / Artem : la fabrique du futur

Pour la 3e année consécutive Mines Nancy, le LORIA, l’Institut Jean Lamour et GeoRessources organisent « Artem fête la Science » sur le campus de la rue Blandan. L’objectif est de partager avec le public les travaux de recherche menés sur le campus Artem. Le campus ouvre donc ses locaux hauts en couleur pour deux après-midi de programmation scientifique et ludique axée sur 4 grandes thématiques : matériaux, art et design, informatique, énergie et géosciences. Au programme, 30 ateliers d’expérimentation scientifique animés par des chercheurs et des étudiants, une projection-débat et trois conférences-rencontres. Dans ce village des sciences il sera les technologies de demain seront, bien sûr, à l’honneur avec, par exemple un atelier qui propose de dessiner vous même des pièces sur une tablette numérique et de les voir prendre forme grâce à une imprimante 3D ou une plongée dans la réalité virtuelle. En image d’abord, grâce à des lunettes 3D dans une salle dédiée vous pourrez tester toutes les possibilités offertes par cette technologie. En son ensuite, grâce à un casque audio révolutionnaire qui promet rien de moins que de la « réalité virtuelle auditive ». Ce 3D Sound Lab développé par une start up rennaise, donne l’impression d’avoir une vingtaine de haut-parleurs autour de soi… A tester sur place. Pas de futur sans robots ! Sur le campus, rendez-vous avec Nao, le plus connu des robots français et Guido, conçu par Mines Nancy en lien avec le Loria, que vous avez peut-être déjà croisé comme guide au musée. Sur le campus, vous pourrez également entrer dans l’Artem Lab gamer, un atelier de jeux vidéo réalisés par des étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’art et de l’Ecole des Mines. Ces étudiants ont mis en commun leurs connaissances, leurs savoir-faire et leur passion pour réaliser des jeux vidéos originaux : Croco Fury et Tupilak. Deux jeux à essayer en exclusivité dans leur environnement original. Il sera aussi question de géologie, d’informatique, d’électricité, de verre, de métallurgie, de santé… Bref, de la Science dans toute sa diversité.

Vendredi 14 et samedi 15 octobre 2016 de 14h à 18h Campus Artem / Mines Nancy – Accès libre et gratuit

img_8046

En Meurthe-et-Moselle / Architecture : une folle journée scientifique

La 8e édition de la Folle journée de l’architecture invite le grand public à venir « jouer à l’architecte » à l’école nationale supérieure d’architecture de Nancy à travers plus de trente ateliers ludiques et pédagogiques sur le thème « Végétal et architecture ». Il y sera question de constructions inspirées de structures végétales, de tressage végétal et d’enveloppe architecturale, de la représentation du végétal dans l’architecture au travers des siècles, du développement des jardins de villes et des jardins partagés, des constructions éco-responsables et de la place du végétal dans nos espaces urbains, des analogies entre les structures des végétaux et l’architecture. Imaginer, créer, explorer, expérimenter, comprendre, bricoler … c’est le programme de la Folle journée de l’architecture où le végétal se fera modèle, matériau, représentation au gré du parcours des 30 ateliers proposés à l’extérieur sur le parvis et dans l’édifice de l’école d’architecture pour tous les membres de la famille.

L’entrée est libre et gratuite de 10h à 17h

Dans la Meuse / Bure : à l’heure préhistorique

Comment ont vécu les hommes avant nous ? C’est la question à laquelle tentent de répondre les archéologues. Mais qui sont ces chercheurs qui nous aident à remonter le temps ? Pourquoi font-ils des fouilles ? Que deviennent les objets une fois la fouille terminée ? Pour répondre à ces questions, enfants et adultes, vêtus d’un gilet jaune, partiront à l’aventure dans l’exposition et son chantier de fouilles. Grâce à leur truelle et de nombreux dispositifs interactif ils dégageront des vestiges (os, poterie, monnaie, graines,…) Puis dans un laboratoire, ils les étudieront, les identifieront et les feront « parler ». Le métier d’archéologue n’aura plus de secret pour eux. Cette exposition est une coproduction de Science animation (CCSTI de Toulouse) et du musée archéologique de Toulouse.

Site du Laboratoire souterrain / RD 960, 55290, Bure. Du samedi 8 au dimanche 16 octobre 2016 – 14h à 18h

img_8951

Dans la Meuse / Verdun : une première participation ambitieuse

C’est la première fois que Verdun participe à la fête de la science. Le centre Mondial de la paix se transforme pour l’occasion en un lieu ambitieux d’expositions et de conférences autour des sciences et de ses questions les plus mystérieuses. Au cœur de la matière vivante, la cellule se reproduit par un mécanisme de division. Mais qu’est ce qui précède cet instant ? Et surtout, comment les cellules filles héritent-elles du bagage génétique de la cellule mère ?

Centre Mondial de la Paix, 55100 Verdun. Mercredi 12 octobre de 18h à 19h

Quand le laser fait la lumière sur le champ de bataille de Verdun (conférence)

Ou comment la modélisation numérique de terrain en 3D révèle l’état du sol du champ de bataille 100 ans plus tard. Outil de prospection, de compréhension pour l’archéologue il n’en est pas moins un outil de la gestion quotidienne pour les forestiers.

Centre Mondial de la Paix, 55100, Verdun. Dimanche 09 octobre de 15h30 à 16h30

Programme complet

de la Fête de la Science

sur fetedelascience.fr

Fête de la science • Photos © Laurent Phialy / Université de Lorraine, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire