Consultez les derniers articles
Le futur est dans l’industrie !

Véritable « créateur de compétences », le pôle formation des industries technologiques Lorraine ouvre les portes de son site à Maxéville le 24 mars prochain.

« Nous sommes dans une dynamique de reprise au niveau de l’industrie. » Guillaume Bondant, directeur adjoint du CFAI (centre de formation d’apprentis de l’industrie) est formel : il y a de l’avenir dans l’industrie. L’offre de formations pluridisciplinaires du pôle formation aborde tous les secteurs clés : mécatronique, production, management et organisation industrielle, chaudronnerie industrielle, génie mécanique et productique, usinage et fabrication additive, ressources humaines et qualité sécurité hygiène environnement. « Nous formons des apprentis de 16 à 30 ans, via une formation en alternance » explique Guillaume Bondant. Les parcours en alternance sont gratuits (pas de frais d’inscriptions ni de frais de scolarité, équipements de sécurité fournis) et rémunérés (Smic ou minima conventionnel selon l’âge). Plus de 2 000 entreprises régionales sont partenaires.

Formations d’excellence

Le centre de formation des apprentis propose des formations en un, deux ou trois ans, du CAP au diplôme d’ingénieur en passant par le bac pro, le BTS ou la licence professionnelle (pour les licences, elles sont réalisées en partenariat avec l’Université de Lorraine). Les Mentions Complémentaires spécialisées sont également proposées. Quatre grandes filières sont proposées : Génie Mécanique et Productique, Usinage et fabrication additive – Mécatronique – Production, Management et Organisation Industrielle – Chaudronnerie Industrielle, Tuyauterie, Soudage.

1450 apprentis sont formés chaque année avec un taux d’insertion de 80%, 6 mois après la fin de leur formation. Le pôle des industries technologiques est le leader de la formation industrielle. Cela s’explique par des formations d’excellence : « L’industrie demande du personnel de plus en plus qualifié dans tous les niveaux d’études » développe Blandine Comte, conseillère en formation au pôle formation.

Pour répondre aux besoins actuels des entreprises industrielles et former les jeunes à l’industrie 4.0, le CFAI a mis en place plusieurs nouveautés pour cette année 2018 : chaque BTS pourra ainsi choisir des modules comme la robotique/cobotique, la fabrication additive, la réalité augmentée et virtuelle et l’efficience énergétique. « Nous ouvrons également un nouveau BTS système numérique option information et réseau sur le site de Yutz. L’objectif est de répondre à une forte demande de la part des industriels qui cherchent des profils qui ont le goût pour l’innovation, qui sont passionnés d’architecture réseaux et d’informatique industrielle » explique Guillaume Bondant.

Une poursuite d’étude est possible afin de devenir ingénieur. Ces formations sont réalisées dans le cadre de l’ITII Lorraine en partenariat avec 6 écoles d’ingénieurs : ENIM, INSIC – Mines Nancy, EI.Cesi, Telecom Nancy, ENSAM Arts et Métiers Paris Tech Metz, ENSEM.

Pédagogie innovante

Autre nouveauté : des modules sur le développement personnel, la communication professionnelle, les méthodes d’apprentissage et la créativité peuvent être choisis par tous les apprentis. « Nous avons repensé intégralement notre pédagogie » souligne Guillaume Bondant. « Ici, les formateurs sont des professionnels de l’industrie. Ils sont de véritables coaches pour les jeunes. Ils les accompagnent dès la pré-inscription jusqu’à la fin de la formation. » L’accent est mis sur les projets pluridisciplinaires pédagogiques : les apprentis travaillent en mode projet et sont confrontés à de véritables problématiques de terrain. Les espaces de formation sont aménagés de sorte à favoriser les synergies de groupe avec de grandes tables et des fauteuils mobiles pour communiquer plus facilement. Il existe également une salle de créativité où les jeunes et les formateurs exposent leurs idées pour l’industrie de demain.

Si l’industrie séduit de plus en plus, les filles ne représentent encore que 3 % de l’effectif des alternants. Ce chiffre est en progression chaque année car « il y a une demande de la part des entreprises, notamment pour les postes de pilote de ligne ou dans le domaine de la chaudronnerie » explique Laurence Thomas responsable pôle formation professionnelle. « Il ne faut pas qu’elles hésitent à se lancer ! L’industrie a besoin de diversité. »

L’idéal est encore de venir découvrir le pôle de formation lors de la journée portes ouverte sur le site de Maxéville, le 24 mars prochain, de 8h30 à 12h30 pour trouver la formation qui conviendra  à chacun.

Pôle formation Maxéville • Site St Jacques II, 10 rue A Kastler • Renseignements : 03 83 95 35 32 ou formation-industries-lorraine.com

Philippe Dutartre, Responsable Communication • T. 03 83 95 35 01  – M. 06 13 43 42 10 • p.dutartre@formation-industries-lorraine.com

Les chiffres clefs

10 000 m2 d’infrastructure

1 450 apprentis formés chaque année

2 500 salariés formés chaque année

600 demandeurs d’emploi formés chaque année

89% de réussite aux examens

80% des apprentis ont un emploi 6 mois après leur formation

2 000 entreprises partenaires.

La formation continue pour les demandeurs d’emploi et les salariés

Au sein du pôle formation, l’AFPI Lorraine forme 2 500 salariés par an sur l’ensemble de ses 7 sites, dans tous les domaines confondus. « Nous formons les salariés à l’obtention des Certificats de Qualification Paritaires de la Métallurgie pour ceux qui le souhaitent et nous accompagnons aussi des personnes en reconversion professionnelle » détaille Fanny Feller, directrice générale. Ces formations individualisées sont demandées par le salarié ou proposées par l’entreprise dans le cadre d’évolutions de carrières.

L’APC (Association Perspectives et Compétences) forme 600 demandeurs d’emploi par an. Ces formations durent généralement 4 mois, pour permettre une remise à niveau. Objectif : intégrer les entreprises industrielles dans les secteurs d’activité qui recrutent. « À l’issue de la formation, les personnes peuvent être directement embauchées ou poursuivre avec un contrat de professionnalisation ou un contrat d’apprentissage pour parfaire la formation. » 75% des demandeurs d’emploi ayant suivi ces formations trouvent un emploi. L’APC met aussi en place des formations qualifiantes (6 à 9 mois) avec validation CQPM  et des formations sur mesure pour des entreprises, en amont de recrutements.

Parcoursup : ce n’est pas fini !

Le 13 mars dernier marquait la fin des inscriptions sur la plate-forme Parcoursup. Mais pas pour le pôle formation des industries technologiques Lorraine : « Les candidats peuvent s’inscrire directement en appelant le CFAI » explique Blandine Comte, conseillère en formation au pôle formation. En clair : les candidatures en apprentissage pourront être enregistrées selon les formations à n’importe quel moment de l’année. Une formation par apprentissage donne lieu à un vœu et à un dossier propre. Un postulant peut déposer jusqu’à 10 vœux en apprentissage. Toutes les formations des différents sites du pôle formation sont inscrites sur Parcoursup.

Entretien avec Fanny Feller

Directrice générale des sept sites du pôle formation des industries technologiques Lorraine

Qu’est-ce que le pôle formation des industries technologiques Lorraine ?

Le pôle formation des industries technologiques Lorraine a été créé par l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie de Lorraine (UIMM). Il regroupe trois structures : le CFAI Lorraine qui gère l’apprentissage, l’AFPI Lorraine qui forme les salariés d’entreprise et l’APC qui forme des demandeurs d’emploi. En tout, il existe sept sites en Lorraine : Metz, Bar-le-Duc, Yutz-Thionville, Henriville, Thaon, Saint Dié des Vosges et Maxéville, le siège.

Qui peut bénéficier d’une formation au sein du Pôle ?

Tout le monde, à n’importe quel moment de sa vie peut trouver une formation ici. L’apprentissage est accessible de 16 à 30 ans (sans limite d’âge pour les personnes en situation de handicap). Pour un demandeur d’emploi, il existe des formations de remise à niveau et des formations pour préparer un métier en phase avec les besoins des entreprises industrielles. Nous pouvons également proposer des contrats en alternance hors apprentissage. Nous avons toutes les solutions et toutes les possibilités pour trouver une formation correspondant à tous les profils. Nous invitons chacun à venir nous rencontrer. Après un court entretien, nous évaluerons et nous dirigerons le candidat vers le bon parcours pour qu’il trouve sa voie. Tout est fait sur mesure. Nous partons du besoin de l’individu et nous adaptons les formations.

Quels sont les pré-requis pour suivre une formation en alternance dans le domaine de l’industrie ?

Il n’y en a qu’un : être motivé. Les apprentis sont rémunérés. Le rythme est de 15 jours en entreprises et 15 jours au centre de formation. Travailler dans des entreprises industrielles demande de la discipline.

Quels sont les avantages de ce genre de formation ?

En Suisse ou en Allemagne, l’alternance est la voie d’excellence. Un jeune en alternance a deux fois plus de travail : il doit apprendre ses cours théoriques et, en plus, emmagasiné ce qu’il apprend en entreprise. C’est une formation sur le terrain. Nous nous efforçons de proposer une offre dynamique adaptée aux métiers de demain. L’avenir réside dans l’industrie 4.0, c’est incontestable. Nous avons un portefeuille de 2 000 entreprises régionales partenaires que nous mettons en relation, selon leurs besoins, avec nos apprentis.

Pourquoi les jeunes devraient se tourner vers l’industrie ?

Nous sommes l’un des seuls secteurs d’activité qui permet une très grande évolution de carrière. Il n’est pas rare qu’un salarié devienne manager par exemple. Il y a une politique d’évolution et de management de l’individu. D’ici 2020, dans le secteur de la métallurgie, il y aura 4 000 emplois à pourvoir par an. Des emplois de demain à haut niveau de technologie.

Vous organisez une journée portes ouvertes le 24 mars prochain sur le site de Maxéville et aussi à Yutz, Henriville Bar-le-Duc, Thaon-les-Vosges – Sainte Marguerite.

Des apprentis seront là pour rencontrer les jeunes et les familles. Nous proposerons des visites ainsi que des démonstrations. Les formateurs seront à disposition des visiteurs pour expliquer le fonctionnement d’une formation pour un apprenti. Le service inscription sera également présent pour prendre les pré-inscriptions. Un bâtiment de 160 studios, géré par Adali Habitat, situé sur le campus de Maxéville, ouvrira à la rentrée. En clair : nous répondrons à toutes les questions durant ces portes ouvertes, de 8h30 à 12h30. Propos recueillis par Pauline Overney

La 4e révolution industrielle

« La moitié des métiers de demain reste encore à inventer. » Le futur réside dans l’industrie 4.0. Place aux technologies connectées.

Les sites de Yutz et Maxéville du pôle formation des industries technologiques Lorraine se sont dotés d’une ligne connectée didactique. Elle permet d’assembler une pièce type en y intégrant des possibilités de mass personnalisation (ou personnalisation de masse) : sur une même chaîne, plusieurs éléments distincts peuvent être produits. « Les postes d’assemblage sont connectés. Cette communication entre les modules est ce qu’il y a de plus recherché par les entreprises aujourd’hui » explique Guillaume Bondant, directeur adjoint du CFAI. Cette ligne du futur vient compléter les nombreux équipements dernier cri de mécatronique dont dispose déjà le site de Maxéville : scanners et imprimantes 3D, découpe laser… « L’objectif est de répondre aux besoins actuels des entreprises mais aussi d’anticiper leurs besoins futurs » poursuit Guillaume Bondant. « Cela permet aussi d’augmenter l’attractivité de nos métiers. Les jeunes sont attirés par ces nouvelles technologies connectées. »

7 millions d’euros d’investissement

Sur cette ligne connectée, les apprentis se placent devant n’importe quel poste avec une tablette : un en clic, ils ont accès à toutes les informations dont ils ont besoin (panne, nombre de pièces réalisées…) en réalité augmentée. Résultats : amélioration de l’ergonomie, gain de temps au niveau de la productivité, amélioration de la performance… « Aujourd’hui, il est possible de travailler avec un casque de réalité augmentée pour dépanner virtuellement une machine. L’univers de l’industrie a beaucoup changé » souligne Fanny Feller, directrice général du pôle formation des industries technologiques Lorraine.

À côté de cette ligne didactique se trouve un cobot : un robot qui travaille sans environnement de protection. « Il permet d’initier les apprentis à la programmation. C’est un robot intelligent, qui aide le collaborateur dans sa tâche mais qui ne le remplace pas. Si je m’approche trop près ou si je le touche, le cobot s’arrête immédiatement » détaille Guillaume Bondant. Outre la cobotique, la fabrication additive, la réalité augmentée, l’efficience énergétique et la robotique sont les principales dominantes innovantes qui sont proposées aujourd’hui par le pôle formation, le seul établissement dans la région à offrir ces formations.

Ces innovations technologiques auront nécessité 7 millions d’euros d’investissement sur deux ans sur l’ensemble des sites du pôle formation, financées par la région Grand Est, les entreprises partenaires via la taxe d’apprentissage et l’UIMM. Des lignes didactiques connectées seront également installées sur les sites de Thaon et Henriville dans le courant de l’année.

Publi-reportage • Photos © Vincent Zobler, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire