Consultez les derniers articles
Domaine de Lindre : passion nature

Situé dans la partie Est du Parc naturel régional de Lorraine, le Domaine de Lindre est une perle de 970 hectares nichée au creux du département mosellan. Constellée de zones humides, cette réserve abrite plusieurs centaines d’espèces, animales et végétales, et constitue un modèle de préservation environnementale. Et pour le public, la zone est un terrain de découvertes et d’expériences uniques. Au Domaine de Lindre, la nature se vit intensément.

Au Pays des Étangs, le Domaine de Lindre est le roi. Près de Dieuze, à 75 km de Metz et 50 km de Nancy, celui-ci est morcelé en plusieurs zones où forêts, prairies, terres labourées et étangs cohabitent. Au nombre de douze, dont l’emblématique et imposant étang de Lindre, ces derniers occupent les trois quarts de la surface totale du Domaine, soit 830 hectares sur les 970. Autant dire que la découverte de son paysage, de sa faune et sa flore, ne s’effectue pas en une seule fois. Survolée par 248 espèces ornithologiques, sillonnée par de nombreux amphibiens et reptiles, terreau d’une flore riche et moteur de production piscicole,  le site s’intègre logiquement au répertoire Natura 2000 et reste une mère poule pour cette population hétéroclite.

Lindre_barrage2_JCK

De « linter » à Lindre

Lindre ne s’est pas fait en un jour. Si les étangs sont nés de la main de l’homme pour remplir son ventre et ses greniers, cette aire est habitée par nos ancêtres depuis le néolithique. Déjà à cette époque, ces derniers se pourlèchent les babines à la vue de ce territoire, riche en perspectives et notamment en sel. Les étangs éclosent aux environs des XIe et XIIe siècles. Souvent créées par des moines, ces étendues leur fournissent du poisson en abondance, nourriture essentielle des « jours maigres » institués par l’Église catholique. Le nom du Domaine et de son étang emblématique viendrait quant à lui de « linter », une embarcation à fond plat idéale pour voguer sur des flots destinés à la pêche. Vient ensuite s’ajouter une retenue d’eau, imaginée par les Ducs de Lorraine au XVe siècle à des fins défensives. Le Domaine de Lindre traversera la Révolution, tout le XIXe siècle et deux guerres mondiales sans anicroches : son patrimoine naturel reste intact jusqu’à son rachat par le Conseil Général de Moselle en 1976. Aujourd’hui, il se développe autour de trois axes fondamentaux : préservation de la faune et de la flore, sensibilisation du public aux problématiques environnementales et activité piscicole.

Héron pourpré - DH Fuligule milouin (2) - Michel Hirtz DSCN3003

Un cocon pour mère Nature

Le Domaine de Lindre est un beau terrain de jeu pour les amoureux de la nature. De nombreuses espèces y ont élu domicile, toute ou partie de l’année. Les ornithologues en herbe trouveront leur bonheur dans l’observation de l’un des plus de deux cents spécimens d’oiseaux. L’automne s’installant, et bientôt l’hiver, les migrateurs laissent peu à peu l’espace à d’autres camarades sédentaires. Les canards souchets viennent faire trempette avant de repartir fin novembre et partagent la vedette avec des oiseaux piscivores, attirés par la promesse d’un beau festin dans les étangs du Domaine. Les grands cormorans jouent les pique-assiette croisant quelques beaux hérons cendrés, majestueusement perchés sur leurs grandes échasses. Côté mammifères, plusieurs chauves-souris se cachent dans des recoins secrets du site et beaucoup sont protégées, à l’instar du Vespertillon de Daubenton ou du Grand Murin. Chats forestiers, martres, chevreuils ou sangliers posent aussi leurs pieds sur ce grand territoire et contribuent à enrichir encore un peu plus la biodiversité des lieux. Les entomologies amateurs ne seront pas en reste puisque coléoptères, lépidoptères et autres amis à six pattes leur apparaîtront au gré de leurs balades. Enfin, répartis sur vingt-trois zones différentes, plusieurs végétaux ont planté leurs racines dans le sol de ce gigantesque laboratoire naturel : euphorbe des marais, violette des chiens, langue de serpent et autres merveilles.

En chemin

Le cœur du Domaine de Lindre bat à un rythme particulier : celui de la Nature. Il faut donc savoir prendre son temps et profiter de ce que cet écrin verdoyant offre. Sur cet échiquier vert et bleu, entre étangs et prairies, des sentiers mènent les promeneurs au plus près de ses lieux magiques où entre deux herbes,  un mouvement animal attirera le regard. Les marcheurs privilégieront les sentiers pédestres comme celui de « Rives en rêves », long d’un kilomètre cinq. Sous les feuilles des arbres du bois des Auspaires, le tracé de cette balade reproduit la forme des rives de l’étang de Lindre, et le jalonnant, trente-six chevalets présentent les photographies de lieux-dits implantés dans le Domaine. Sur le « Sentier des Paysages », les randonneurs empruntent une partie du circuit qui mène de Lindre-Basse à Tarquimpol. Au cours des 2,5 km de marche, ceux-ci auront des points de vue splendides sur l’étang de Lindre et des perspectives sur les forêts et espaces prairiaux alentours. Les cyclistes ont aussi droit à leur part de plaisirs naturels grâce à différents parcours élaborés par la Parc naturel régional de Lorraine et le comité départemental du Tourisme de la Moselle. La Maison des oiseaux et la volière des Cigognes sont, quant à elles, des endroits privilégiés pour observer et reprendre son souffle avant de continuer le périple.

L’éducation à fleur d’étang

Mais le site n’est pas seulement une étendue d’eau et de verdure ; il propose aussi de nombreux programmes d’animation au long de l’année. Destinés à un public très large, des enfants de six ans aux adultes esthètes, des ateliers permettent de guider le regard des participants, de l’enrichir. Le 18 novembre, des animateurs donnent quelques astuces pour repérer les indices de présences des animaux du Domaine. En décembre, le 6 plus précisément, les photographes amateurs prennent leurs objectifs pour un stage avec Michel Ribette, photographe naturaliste professionnel. L’accompagnement des visiteurs se poursuit avec le pavillon d’exposition. Inauguré en 2010, le bâtiment accueille plusieurs espaces, qui chacun offre une vue particulière du site et de ses activités : une muséographie sur la « vie au cœur des étangs », un cabinet de curiosités sélectionnées et empruntées au Muséum-Aquarium de Nancy, une exposition temporaire et un espace d’information touristique. Après toutes ces expériences, aurez-vous fait le tour du Domaine de Lindre ? Pas si sûr, il vous en restera encore sous les semelles.

Lindre_peche_CD57

Pêche : tous sur la ligne

Les 14 et 15 novembre prochains, les visiteurs du Domaine de Lindre vont plonger dans un autre univers avec la 11e Fête de la Grande Pêche. Autour de son activité piscicole, le site Moselle Passion a su instituer des rendez-vous conviviaux et vivants. Prêts à lancer les filets ? Les poissons vous attendent.

Tous les deux ans, l’Étang de Lindre est entièrement vidangé afin de renouveler les populations de poissons et d’assurer la pérennité des espèces. Pour célébrer cette petite révolution aquatique, le Domaine de Lindre invite le public à se joindre à ses équipes pour de nombreuses séances de pêche au filet, selon des pratiques ancestrales. Cette année, les 14 et 15 novembre, celui-ci tend ses rets pour la 11e Fête de la Grande Pêche et vendra exceptionnellement les fruits de cette récolte au grand public. Des animations seront aussi proposées comme une séance exceptionnelle d’initiation à la pêche à la ligne. Une vingtaine de producteurs mosellans présenteront aussi leurs produits sur un marché « Mangeons Mosellan » et un concours pour évaluer le poids d’une belle carpe creusera les méninges des visiteurs. Mais les stars de ces journées sont incontestées : brochets, perches, tanches, carpes ou sandres.

Lindre_poisson_CD57 Lindre_pisciculture_CD57 DSCN4169

Vert Galant et carpes bouche bée

Pour extirper annuellement 80 tonnes de poissons, de nombreuses mains sont nécessaires. Au Domaine de Lindre, ils sont six à veiller sur ces locataires à branchies, dont les plus gros représentants, les carpes, peuvent peser jusqu’à 20 kg. Un directeur des pêches, un gestionnaire de la pisciculteur, un responsable de bassin et trois agents piscicoles sont à leur chevet toute l’année : de véritables anges gardiens de la biodiversité. La pêche dans l’étang de Lindre est une tradition très ancienne et les gestes répétés depuis des générations restent inchangés. Creusée en 1263, cette surface d’eau douce a aussi intéressé un certain Henri IV. Le Vert Galant a utilisé des alevins de carpes tirés des eaux du Domaine pour ses propres étangs. Plusieurs siècles plus tard, la qualité des productions piscicoles du site attire de nombreux pisciculteurs, de France et de Navarre. Aujourd’hui, l’étang de Lindre est un des plus gros producteurs français : dix millions de vésicules par an et vingt-et-une espèces différentes.  Et tout ce joli monde se prélasse dans 13 millions de mètres cube d’eau.

Comme des coqs en vase

Tout au long de l’année, les poissons des étangs du site sont comme des patients à surveiller de très près. Dès mars, la période de reproduction en écloserie démarre et mobilise deux à trois agents pendant six mois. Deux périodes charnières sont dédiées à la pêche : au printemps et en automne. Le but, à chaque fois, est de vider les bassins de tous leurs habitants, carpes, sandres ou brochets. Mais dès septembre-octobre, les agents du secteur « pisciculture » voient leur activité considérablement augmentée. De garde sept jours sur sept, ils assurent le bon fonctionnement du site. Ils font par exemple la chasse à certains prédateurs tenaces comme les cormorans, qui peuvent engloutir 30 à 40 tonnes de poissons par jour, et préparent le matériel nécessaire au grand jour. Ce chambardement piscicole a des conséquences sur la vie des étangs : il favorise le maintien d’un étang ouvert, avec un renouvellement des espèces. Et puis, nettoyés, ces bassins artificiels conservent leur forme d’origine et sont épargnés par l’envasement, première menace d’un étang. La pêche d’automne est donc le moment le plus propice pour que le public explore les coulisses du Domaine de Lindre et comprenne son importance.  Vivez donc vous aussi cette histoire forte en émotions.

Fête de la Grande Pêche, le samedi 14 et le dimanche 15 novembre, de 10h à 18h au Domaine de Lindre, 67 rue Principale, 57 260 Lindre-Basse. Renseignements : 03 87 35 02 80 • lindre@cg57.fr • domainedelindre.com

Publi-reportage

   




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire