Consultez les derniers articles
« C’est du grand art ! »

Le site industriel d’Alstom accueille, du 16 juin au 1er juillet, la 5e édition de l’exposition « À la Rencontre des Arts » organisée par l’association des Artistes Lorrains.

Créée en 1872 à l’initiative Charles Gratia, pastelliste de renommée originaire de Rambervillers, l’association des Artistes Lorrains a accueilli les plus grands noms des Arts en Lorraine : Victor Prouvé, Louis Majorelle, Émile Friant, Jacques Gruber, pour ne citer qu’eux. Pendant 120 ans, l’association a organisé son « Salon Annuel » : une exposition réunissant des centaines d’artistes, amateurs et professionnels, à la galerie Poirel. « En 2013, nous avons vécu notre dernière exposition dans ce lieu d’exception, transformé en musée du design » explique Francis Mangeot, président des Artistes Lorrains. « Nous avons donc eu l’opportunité d’exposer sur le site d’Alstom, ce qui a donné un coup de jeune et de renouveau à notre association. » Aujourd’hui, les Artistes Lorrains comptent 500 adhérents, dont les deux tiers sont sociétaires, c’est-à-dire ayant participé à un minimum de trois salons. Les artistes se répartissent sur les quatre départements lorrains, avec néanmoins une ouverture sur les régions voisines.

Plus de 400 œuvres sur 4 000 m2

L’édition 2018 de l’exposition « À la Rencontre des Arts » se déroulera du 16 juin au 1er juillet. « Il y aura plus de 400 œuvres de 200 artistes, réparties sur 4 000 m2, dans une scénographie résolument contemporaine » poursuit Francis Mangeot. L’occasion de découvrir de nouveaux talents, en peinture, sculpture et gravure, mais aussi de faire la promotion d’artistes régionaux. À l’image des deux invités d’honneur : le sculpteur Claude Goutin originaire de Nancy et le peintre illustrateur Clair Arthur originaire d’Épinal. « Claude Goutin est un ancien grand prix de Rome, ce n’est pas rien ! Je suis vraiment heureuse de l’avoir parmi nous cette année » détaille Claude Semelet, la commissaire de l’exposition. « Clair Arthur, quant à lui,  travaille une matière très différente : le papier recyclé, en recto verso sur des œuvres de trois à quatre mètres de haut ! Ce sont des choses que nous n’avons pas l’habitude de voir aux Artistes Lorrains, mais ça change ! ».  Succédant à Gil George, Claude Semelet, ex-enseignante en arts plastiques et artiste peintre, met son talent au service des Artistes Lorrains auxquels elle est très attachée et relève « ce nouveau défi » avec brio.

Une édition 2018 masculine

Parmi les exposants, il y aura également trois clins d’œil, choisis par Claude Semelet : « Emmanuel Perrin est un sculpteur plasticien, un touche à tout ; Mathias Prudent et Pascal Matisse sont deux peintres aux univers très différents ». Cette édition 2018 est masculine, j’espère que les femmes ne m’en voudront pas ! » glisse-t-elle dans un rire.

Cette année, une nouvelle scénographie, réalisée par un collectif d’étudiants de l’école d’Architecture de Nancy (Hobo), présentera les travaux des élèves des ateliers de la Maison Nicole Gauthier.

Dans une volonté d’ouverture, les Artistes Lorrains exposeront les lauréats de la Journée des Arts du Lycée Poincaré, partenaire de l’association, dans « l’Incubateur des Jeunes Pousses ».

De nombreuses animations

Lors de ces quinze jours d’expositions, les Artistes Lorrains espèrent accueillir plus de 4 000 visiteurs, curieux et passionnés. En préambule à l’exposition, un déjeuner « insolite » sera proposé le samedi 16 juin, dans une salle à manger « hors du commun », au milieu des œuvres et en présence des deux invités d’honneur. Les exposants, mais également tous ceux qui veulent vivre un moment exceptionnel, peuvent s’inscrire. Les différents prix, dont le jury des Artistes Lorrains est présidé par l’artiste graveur Michel Favier et le Prix spécial décerné par la Société centre d’Horticulture de Nancy seront également remis lors de cette journée du 16 juin. Au programme également : des démonstrations de modèles vivants, de pastels, de peintures à huile, une performance d’aquarelle de six artistes de la Société  d’Aquarelle du Grand Est, un café-pinceaux sur le thème du Street Art, un espace réservé à l’art-thérapie… Depuis 125 ans, l’association des Artistes Lorrains donne rendez-vous aux passionnés et aux néophytes lors de leur Exposition annuelle, devenu un rendez-vous incontournable du paysage culturel de la ville de Nancy.

Exposition ouverte tous les jours de 14h à 19h. – Tarifs : 2 € • Renseignements : 06 45 27 52 97 ou associationdesartisteslorrains.fr • Réservation au déjeuner insolite : 06 33 44 72 69

La Maison de Nicole Gauthier

Le siège social de l’association des Artistes Lorrains se situe au 101 de l’avenue de Strasbourg à Nancy, dans l’ancienne Maison de Nicole Gauthier. Vice-présidente des Artistes Lorrains, Nicole Gauthier a légué sa maison en 2000 à l’association dont la rénovation a été assurée par la ville de Nancy. Aujourd’hui, la maison de Nicole Gauthier est un lieu où expositions, ateliers et café-pinceaux sont organisés tout au long de l’année. En somme, un véritable lieu d’échanges, de rencontre et de travail.

Les ateliers et les cours de l’association

Outre sa grande exposition, l’association des Artistes Lorrains proposent, tout au long de l’année, différents ateliers et cours : aquarelle, dessin, peinture, sculpture, gravure, modelage et modèle vivant. « Ils s’adressent à toute personne ayant une fibre artistique, aux débutants comme aux confirmés » explique Francis Mangeot, président de l’association. Les cours sont dispensés par des bénévoles des Artistes Lorrains ou par des professionnels. Programme et tarifs : associationdesartisteslorrains.fr/activites

3 questions à Claude Semelet

Commissaire de l’exposition « À la Rencontre des Arts »

Vous succédez à Gil George comme commissaire de l’exposition, comment l’avez-vous appréhendé ?

Comme un défi ! Ce n’était pas prévu mais lorsque l’on me l’a demandé, je n’ai pas réfléchi longtemps. J’ai une très bonne équipe qui m’entoure pour organiser cette exposition. En plus, Gil m’a fait rencontrer les bonnes personnes avant de reprendre le flambeau.

Quel est votre rôle au sein des Artistes Lorrains ?

Je suis en contact avec les adhérents de l’association et je leur demande s’ils veulent exposer. Je trouve et je choisis les invités d’honneur ainsi que les clins d’œil en peinture et en sculpture essentiellement. Je m’occupe aussi de la scénographie et de l’installation du site Alstom. J’organise également le jury pour les différents prix qui seront remis. Le président de cette année est Michel Favier, un artiste graveur qui donne des cours au sein de notre association.

C’est important de conserver une manifestation comme celle-ci ?

Oui, car nous sommes une exposition grand public, nous touchons tous les publics. Nous voulons aussi montrer que des artistes vivent de leur passion. Mon souhait pour cette année serait d’avoir de plus en plus de sculpteurs pour habiller au mieux le grand espace du site Alstom ! Nous avons bien pris nos marques depuis 2014, c’est une salle qui donne une grande liberté pour la scénographie de l’exposition. Propos recueillis par Pauline Overney

Deux invités d’exception

Claude Goutin, sculpteur

Né à Nancy en 1930, élève de l’école des beaux-arts de Paris, il devient pensionnaire de la villa Médicis après avoir reçu le premier Grand Prix de Rome en 1956. L’artiste s’installe définitivement à Metz en 1960 et devient enseignant pendant 35 ans et reçoit le Grand Prix de Lorraine en 2007.

Claude Goutin est ce que l’on appelle un artiste complet. D’une part sculpteur, il utilise un matériau modeste, la tuile romaine, à qui il a redonné splendeur et noblesse et poésie. D’autre part peintre, il ne fait qu’un avec le crayon, la plume ou le pinceau. Goutin a consacré son œuvre à sa passion de l’humain dans toutes les phases de la vie. Le corps est au cœur de ses préoccupations artistiques. Notamment les courbes féminines qui ont souvent été le support de son inspiration. Chez Goutin, les seins sont coniques et les cuisses cylindriques. Mais cette simplification des formes n’enlève en rien l’émotion et la sensualité qui se dégagent de ses œuvres. Car il relève la femme belle et libre dans sa jeunesse, hardie dans ses combats, puissante dans ses victoires mais aussi prisonnière dans les préjugés. D’un humble quotidien à la mythologie antique, découvrez l’univers de Claude Goutin où tous souvenirs qui traversent son esprit peuvent apparaître dans une forme.

Clair Arthur, peintre et illustrateur

Durant toute sa carrière, le travail de Clair Arthur s’est articulé autour du dessin, du théâtre, de la mise en scène, de l’écriture. Depuis quelques années, après une année d’exil à New York, l’artiste spinalien s’est consacré à la peinture. Il peignait à la lumière du jour et lorsque celle-ci déclinait, il vagabondait dans les rues de Manhattan, ayant toujours sur lui son carnet à croquis. Au terme de cette expérience, où il avait mis de côté l’aspect caricaturiste de son travail comme dans ses images d’Epinal par exemple, il abandonné la peinture à huile. Depuis, il dessine sur du papier recyclé (revues, journaux, livres…), terrain jeu d’un graphisme au trait noir où l’humain évolue entre réalisme et onirisme. Et où la couleur maintenant se glisse en intruse. Ses œuvres font trois à quatre mètres de hauteur et se lisent recto verso. En déambulant parmi ces grands formats, on y croisera plusieurs personnages, aux visages mélancoliques fardés de joie de vivre où la théâtralité de la vie n’est jamais bien loin.

Les clins d’œil

Chaque année, l’exposition « À la rencontre des arts » met en avant le travail de trois artistes, peintres ou sculpteurs, dans la catégorie « clins d’œil ».

Emmanuel Perrin, sculpteur plasticien

L’artiste vosgien basé à Hurbache a plus d’une corde à son arc : sculpteur, plasticien, dessinateur… C’est un « touche à tout » comme le décrit Claude Semelet, la commissaire de l’exposition. Un créateur toutes techniques et tous supports (bois, métal, tissus…). Emmanuel Perrin est « hanté » par des thèmes dans ses créations : « Anges ou Démons ? Archanges ou Anges déchus ? Eve ou Lilith ? » aime-t-il se questionner. Depuis toujours, l’artiste fait des allers et retour sans fin, entre le bien, le mal, le féminisme mais aussi entre le fer, le dessin et le tissus. Tout dans son œuvre transpire la dualité. « Mais plus je vieillis, plus je me rends compte que je n’ai jamais pu choisir. J’ai toujours fait des Anges et des Démons, mes Anges et mes Démons. »

Mathias Prudent, artiste peintre

Mathias Prudent s’est formé à l’ENsAD de Limoges. Installé aujourd’hui dans la Drôme, son travail de peinture est axé sur le corps, hu ou habillé, l’attitude mais aussi le portrait. Chaque œuvre est réaliste et graphique dans laquelle est racontée une historiette où le corps et la figure son mise en scène par le biais du médium peinture. Une peinture prétexte à la narration. Ses compositions ne sont pas généralement pas accrochées au mur, elles sont posées au sol ou contre un mur, comme un objet.

Pour l’exposition, Mathias Prudent présente son projet « OH TOI ! », une installation où le visiteur déambule au mieux d’étonnements : il en devient un sujet mobile et vivant à part entière. Les croix au scotch au sol font référence au langage scénique du positionnement, repères hypothétiques du spectateur, passant et debout. Elles ont aussi fonction d’éléments graphiques. Ce projet se veut ludique, entre réel et fictif, décor et action, horizontalité et verticalité. Étonnant !

Pascal Matisse, artiste peintre

Pascal Matisse ou « Môssieur Matisse », comme aiment l’appeler ses étudiants en Arts appliqués, est ce que l’on appelle un véritable altruiste. Il sait apprécier le travail des autres, les rencontres et les amitiés qu’il tisse au fil des expositions. Ses peintures dévoilent sa maîtrise de différentes techniques et la précision du trait. Mais il préfère les appeler « ses dessins », inspirés d’artistes réels ou imaginaires. Sa démarche est simple, ses sujets sont choisis sur un moment suspendu, un envie subite de fixer sur un support l’émotion d’un ami ou la beauté d’un espace, parfois comme un illustrateur, parfois à la manière d’un peintre du XVe siècle. Il travaille avec la précision d’un réaliste et l’évocation d’un symboliste et voudrait être vu comme un catalyseur de regards et de sentiments. Ses œuvres sont à l’image de sa personnalité : il y dépeint un humanisme rigoureux mais exigeant, confiant et généreux.

Temps forts & animations culturelles

Un déjeuner insolite, le 16 juin

Avant l’ouverture officielle de l’exposition, les Artistes Lorrains proposent un déjeuner insolite, servi dans une salle à manger « hors du commun », au milieu des œuvres et en présence de Claude Goutin et de Clair Arthur, les invités d’honneur 2018. – Les exposants, mais également tous ceux qui veulent vivre un moment exceptionnel, peuvent s’inscrire.

Vernissage et remise des prix, le 16 juin

Le vernissage de l’exposition aura lieu à 17h30  sous le haut patronage du maire de Nancy Laurent Hénart. Il décernera également la Médaille de la Ville à Gil George pour les trente années de bénévolat engagés au service de la promotion de l’art. Il y aura également la remise des prix par le jury des artistes lorrains et le Prix spécial décerné par la Société centrale d’Horticulture de Nancy.

Ouverture du quizz en partenariat avec France 3, le 16 juin

Cette année, l’association des Artistes Lorrains s’associe à France 3 pour proposer aux visiteurs un quizz sur l’histoire de l’association. Le lauréat gagnera un an de cours (de son choix) dans les ateliers des Artistes Lorrains au sein de la Maison Nicole Gauthier.

Démonstrations par les professeurs et animateurs, les 17, 19, 24  et 30 juin

Yan Hovadik proposera des démonstrations de modèle vivant et de peinture à huile ; François Malnati des démonstrations de pastels ; Thierry Marié des démonstrations de peinture à huile et portraits. Le 24 juin, six artistes de la Société d’Aquarelle du Grand Est offriront une performance d’aquarelle.

Certains ateliers de peinture seront délocalisés de la maison Nicole Gauthier sur le site Alstom. Les visiteurs pourront ainsi assister en direct aux travaux  des élèves tels qu’ils se déroulent dans nos ateliers : le 19 juin avec Marie André Planche (peinture) et le 28 juin avec Marie Christine Mangeot (aquarelle).

Une nocturne, le 22 juin

Cette nocturne, de 19h à 22h, est l’occasion pour l’association des Artistes Lorrains d’inviter des Présidents des Associations artistiques de la Métropole du Grand Nancy.

Un café-pinceaux, 24 juin à 16h 

Une conférence sur le Street Art par Armelle Vigato-Brahy et Thierry Marié.

Un espace réserve à l’art thérapie, du 16 juin au 1er juillet

Dorota Szimanska, spécialiste de l’art thérapie, apportera ses conseils et proposera des démonstrations aux visiteurs. L’art thérapie est une méthode visant à utiliser le potentiel d’expression artistique et la créativité d’une personne à des fins psychothérapeutiques ou de développement  personnel.

Publi-reportage • Photos © J. Trichard, Abbaye Des Premontres, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire