Consultez les derniers articles
Rencontre avec les reines de la nuit

Les 28 et 29 août, une trentaine de pays européens vivront une aventure nocturne exaltante au rythme des battements d’ailes de chauves-souris. Pour ces 19èmes Nuits européennes dédiées aux chiroptères, le public lorrain pourra lui-aussi découvrir ces petites créatures, pas si effrayantes que la légende le dit. Bienvenus dans leur royaume ! « Entrez librement et de votre plein gré »1.

La chauve-souris a mauvaise réputation. Le principal fautif ? Un certain Bram Stocker, écrivain irlandais, qui en 1897 la lie à jamais au personnage le plus effrayant de la littérature : Dracula. Un siècle plus tard, Batman n’a même pas réussi à la réhabiliter dans le cœur du public. Et pourtant cette créature de la nuit n’a rien du vampire : elle est même bien inoffensive. Et les Nuits européennes sont justement là pour démonter quelques idées fausses sur ces mammifères nocturnes si mystérieux, tout en sensibilisant le public à l’importance de leur protection. En France, trente-quatre espèces cohabitent et pas moins de vingt-trois pour la Lorraine seule. Parmi celles-ci, six sont inscrites à l’Annexe II de la Directive européenne « Habitats-Faune-Flore ». Par conséquent, elles font l’objet de toutes les attentions.

Des espèces en danger

Depuis 1979, la Commission d’Étude et de Protection des Chauves-souris de Lorraine (CPEPESC Lorraine) étudie l’animal, collecte des données et travaille à sa préservation en collaboration avec des organismes tels que le Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine. Sur ces cinquante dernières années, le nombre de chiroptères aurait diminué de 90 %. « Les dangers sont multiples pour ces derniers. D’un côté, le nombre de gîtes, où ils peuvent s’abriter en hiver comme en été, s’est raréfié. Auparavant ils pouvaient utiliser des secteurs délaissés comme certaines mines désaffectées ou des friches industrielles. Mais certains sites ont été fermés totalement, les empêchant d’y pénétrer. D’un autre côté, elles doivent faire face à la disparition de leur garde-manger avec une modification des paysages agricoles et forestiers. Avec l’intensification des cultures, les haies séparant les parcelles ont disparu et les insectes les colonisant aussi. Sans compter les conséquences des pesticides », détaille Pierre-Emmanuel Bastien, chiroptérologue à la CPEPESC. Les 28 et 29 août prochains, à travers des conférences, diaporamas et visites nocturnes, les « reines de la nuit » se montreront enfin sous leur vrai jour.

Les reines de Montmédy

De nombreux lieux participent à l’opération sur tout le territoire lorrain. La citadelle de Montmédy n’est pas la moins intéressante. En effet, dans les boyaux de cette fortification de Vauban, les pipistrelles et leurs congénères ont trouvé un logis idéal. « Il n’est pas rare qu’elles aillent se nicher dans d’anciens ouvrages militaires », continue Pierre-Emmanuel Bastien. « L’hiver, ce sont des endroits plus humides, plus tranquilles aussi. Et l’été, la température y est stable, idéale pour la reproduction ». Protégée au titre des Monuments Historiques depuis 1998, la citadelle est donc passée de la défense militaire à celle de la nature. Elle offre notamment l’hospitalité à une espèce rare de chauves-souris : le Grand rhinolophe. Le 28 août, le Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine (CREN) propose une série d’animations pour mettre en valeur ses habitants nocturnes ailés avec une conférence puis une visite de certains souterrains. Guidés par Nicolas Avril, animateur au CREN, les participants seront armés de bat-box, détecteurs d’ultra-sons qui permettent de repérer les individus dans leur antre. Dracula n’a qu’à bien se tenir !

Montmédy 2 ©Michel Laurent

1Phrase de bienvenue prononcée par le comte Dracula à l’arrivée de Jonathan Harker dans son château, extrait du roman de Bram Stocker.

Toutes les informations sur les Nuits européennes de la chauve-souris sur nuitdelachauvesouris.com. Pour la conférence et visite à la citadelle de Montmédy le 28 août : +33(0)3 29 80 15 90 ou sur le site tourisme-montmedy.fr

Une intervention de la CPEPESC aura lieu le 2 septembre à Maron à 19h30 à la mairie (intervention puis sortie terrain) et les associations LOANA et ETC…Terra proposeront des animations le 29 août à Montigny-les-Vaucouleurs et le 11 septembre à Saint-Dié des Vosges.

Si Vous avez récupéré une chauve-souris en difficulté, ou si des chauves-souris se sont installées chez vous ? Contactez la CPEPESC : 06 43 68 91 00 ou par mail chauve-souris-info@cpepesc-lorraine.fr




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire