Consultez les derniers articles
Grand angle sur des terres sacrées

Au Haut du Tôt, les Sentiers de la Photo invitent le promeneur à s’imprégner des terres vosgiennes et américaines à travers 130 photographies.

Une journée au début de l’été. Le sentier menant à l’exposition nous entoure de ses grands sapins. Ça sent bon les Vosges. Quelques rayons de soleil se frayent un chemin entre les branchages. 24 degrés, un vent léger… Toutes les conditions sont réunies pour apprécier comme il se doit cette exposition originale, à ciel ouvert. Bienvenue au Haut du Tôt, le village le plus haut des Vosges, à 800 mètres d’altitude. Depuis les Jardins de Bernadette – où, depuis plus de 30 ans, la maîtresse des lieux cultive des plantes aromatiques 100 % biologiques -, il faut franchir le talus vêtu de fleurs pour accéder aux premières photos de l’exposition. Quelques visiteurs, équipés de leurs chaussures de marche et de leur propre appareil photo s’éternisent, comme subjugués devant la beauté de ce lynx majestueux qui se lèche les babines. Plus loin, un troupeau de bisons dans l’obscurité de la poussière émanant du sol fonce vers nous. Là, notre regard croise celui d’un loup aux yeux bleus perçants. L’œuvre de Jim Brandenburg, célèbre photographe de National Geographic s’expose sous nos yeux. Il a répondu à l’invitation de Vincent Munier, photographe émérite lui aussi et vice-président de l’association les Sentiers de la Photo, qui considère l’Américain comme un « père spirituel ». « Vincent est très important pour moi, en tant qu’ami et en tant que personne. Je suis très fier d’être ici avec cette façon unique d’exposer. J’ai passé du temps en France, surtout dans l’Ouest et j’ai beaucoup de respect pour ce pays » explique le photographe venu spécialement des Etats-Unis pour l’événement. Jim Brandenburg a photographié le monde pendant plus de 30 ans. Au Haut du Tôt, il présente sa terre sacrée, ses origines : le Minnesota. « Ça me parle d’autant plus car c’est chez moi. Je connais cet endroit mieux que personne, je l’aime et je sais que l’appareil photo sait le retranscrire. L’émotion que ressentent les spectateurs est importante car ça les déconnecte de l’image en tant que telle. »

Saisir la vie

« Terre sacrée. Des Vosges aux Amériques. » Le thème était tout trouvé pour cette pemière édition des Sentiers de la Photo où les prises de vue de Jim Brandenburg côtoient celles d’Edward Curtis. Célèbre photographe américain décédé en 1952, Curtis avait une passion pour les peuples natifs. Ses portraits d’Indiens d’Amérique, entre mousse et lichens au cœur de la forêt, sont magistraux, témoins d’un temps révolu.

Des milliers de kilomètres les séparent et même une décennie. Pourtant, leur but est le même : saisir la vie, saisir l’instant, saisir une tradition. Joël Coucheron, reporter vosgien originaire du Sapois est également mis à l’honneur : « J’ai 40 ans de paysannerie derrière moi. Mon thème favori, ce sont les paysans qui travaillent à l’ancienne avec des bœufs, des chevaux… » Des photos en noir et blanc, de 1978 à nos jours. Saisissant. « Coucheron, c’est un peu notre Curtis à nous » souligne Vincent Munier. « Ces deux-là délivrent le même message en photographiant le lien qui unit l’Homme à la terre, le respect de l’Homme face à la nature. » De découvertes en émerveillements, voilà l’espace dédié à Julien Felix, un autre photographe vosgien. Ancien étudiant des Beaux-Arts d’Epinal, ses œuvres font l’éloge de la lenteur dans une technique très pointue : le collodion humide. Sous sa focale, Julien Felix fige le temps et magnifie les paysages vosgiens. Enfin, la balade se termine par une ultime surprise aux Jardins de Bernadette où une trentaine de photos animalières et de nature issues du Festival international de Montier-en-Der s’exposent fièrement.

Jusqu’aux premières neiges

Au départ, les Sentiers de la Photo, c’est une aventure humaine réunissant quatre amis. Une aventure passionnée et passionnante. Faire du Haut du Tôt un lieu de rencontre autour de la photographie. Vincent Munier et Michel Laurent, tous les deux photographes épaulés par le graphiste Yann Godé et Alain Grandemange des Jardins de Bernadette ont eu cette idée originale l’année dernière, pour l’édition 0. « Nous avons exposé une trentaine de photos de Vincent Munier. Plus de 10 000 personnes ont fait le déplacement, ça a vraiment été une réussite » s’enthousiasme Michel Laurent. Forts de ce succès, les quatre amis voient plus loin cette année et décident de fonder leur association en nommant Stéphanie Rauscent comme présidente : « Nous voulions structurer le projet. Je suis une de leur amie et je suis tombée amoureuse du Haut du Tôt. Nous avons monté l’association en novembre et nous avons eu l’accord de la commission européenne en juin. Depuis ce jour, nous avons travaillé pendant sept week-ends avec une trentaine de bénévoles à chaque fois pour installer l’exposition. » Montées sur des structures en bois, les photos, impressionnantes, s’acclimatent parfaitement à leur environnement vosgien. « Nous avons travaillé avec des grands cabinets de reprographie pour arriver à ce résultat » confie la présidente.

A la fin de la journée, l’air se fait un peu plus frais. La lumière change et donne une nouvelle perspective aux clichés. On serait presque tenté de visiter l’exposition une nouvelle fois. Pour nous reconnecter avec la nature, avec l’image et avec l’humain. Les Sentiers de la Photo sont ouverts tous les jours, gratuitement, de l’aube au crépuscule jusqu’au 15 novembre. Pour les premières neiges…

Immersion sonore

Durant l’exposition, Marc Namblard, audio-naturaliste, propose « d’écouter la nature ». Un espace de détente sera aménagé où chaque visiteur pourra s’immerger, à l’aide de casques audio, de la nature avec des sons très réalistes de vent, de pluie, de neige… « Il n’y a pas que la vue pour apprécier des photographies. Marc nous embarque dans un univers artistique et contemplatif qui donne encore plus de relief et de force à l’exposition » détaille Vincent Munier.

Prochains rendez-vous : les 8 septembre et 10 octobre

Les Sentiers de la Photo > Accès par les Jardins de Bernadette. Le peupre, 88210 Le Haut du Tôt • Contact : 06 15 64 00 74

Photos © Michel Laurent, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire